Élections françaises : comment les candidats Macron et Le Pen voient-ils les relations avec la Russie ? | nouvelles politiques

La guerre en Ukraine et les relations avec la Russie et son président Vladimir Poutine sont au centre d’une confrontation indirecte entre le candidat centriste à l’élection présidentielle française, Emmanuel Macron, et la candidate d’extrême droite Marine Le Pen, qui risque de franchir la ligne. second tour des élections.

Lorsque Macron et Le Pen sont apparus successivement dans l’émission « Dix minutes pour convaincre » de la chaîne française One (TF1), Macron a rejeté ses accusations de maintenir ouvertes les voies du dialogue avec le président russe Poutine malgré la guerre en cours en Ukraine, et a défendu son approche diplomatique pour la guerre de Russie, en Ukraine, il exprime la politique française d’évitement de la guerre et de construction de la paix.

« Je suis absolument favorable à des pourparlers constants, au nom de la France, avec le président russe pour éviter la guerre et construire une nouvelle structure pour la paix en Europe. Je le fais depuis le début de mon mandat. Au début de l’été 2017, j’ai dit que M. Poutine s’était immiscé dans la campagne présidentielle et m’avait attaqué, donc je ne suis pas naïf », a déclaré Macron. Je n’ai jamais été naïf, contrairement à d’autres, et je n’ai jamais été impliqué, contrairement à les autres gens.

Quant au candidat, Le Pen, accusé d’avoir noué des liens étroits avec le régime de Poutine, il a critiqué ce qu’il considérait comme la position dure de Macron envers le président russe, affirmant qu’il souhaitait « la réunification de la Russie avec l’Europe ».

Encens et Hadith Butsha

Marine Le Pen a déclaré que les images, venant de la ville de Bucha, près de la capitale ukrainienne, sont « déprimantes, mais la Russie ne disparaîtra pas ou ne s’éloignera pas de l’Europe continentale, et il est inquiétant qu’elle aille inévitablement dans le giron de la Chine, et constituera probablement une menace pour la Chine. » L’Europe, qui est une superpuissance. »

Après que la guerre de la Russie en Ukraine ait semblé brouiller l’agenda des candidats présidentiels français au début de leur campagne, la guerre s’est rapidement transformée en débat électoral, entre avertissements sur les répercussions économiques et inquiétudes sur ses dimensions militaires, et menaces. qu’elle pose à l’Europe, et les sondages concluent que cette guerre et ses conséquences sont le deuxième problème qui préoccupe les électeurs français, et pourrait influencer leurs décisions.

Les sondages donnent toujours Macron et le candidat d’extrême droite Le Pen premier (26,5 %) et deuxième (22,8 %) au premier tour, et troisième à Jean-Luc Mélenchon du parti « La France Fière » (16,3 %), un parti de gauche. parti, tandis que le candidat de droite Eric Zemmour est arrivé quatrième (9,7%).

Sondage à deux tours

L’élection présidentielle française se déroulera en deux tours, les 10 et 24 avril, et Macron a battu Le Pen lors de la dernière élection présidentielle tenue en France, en 2017.

Les 12 candidats à l’élection présidentielle en France ont intensifié aujourd’hui leurs mouvements à l’avant-dernier jour de la campagne, à l’approche des scrutins qui ont vu chaque jour baisser l’écart entre les deux candidats les plus susceptibles de l’emporter, le président sortant Macron et le candidat d’extrême droite. Le Pen. .

L’inquiétude plane sur l’élection présidentielle avec un taux de golput élevé qui pourrait approcher ou dépasser le niveau record enregistré lors de la présidence de 2002 (28,4 %), alors que les candidats tentent de séduire les électeurs indécis, qui représentent un tiers de l’électorat.

Charlotte Baudin

"Faiseur de troubles. Communicateur. Incapable de taper avec des gants de boxe. Défenseur typique du café."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.