Échos de fuites de la technologie d’espionnage française… Appel à poursuivre Paris pour son rôle dans l’arrestation de militants en Égypte | nouvelles politiques

Le Caire – Le mois dernier, les Egyptiens ont donné suite à une polémique déclenchée par des fuites sur les détails de l’assistance technologique française aux autorités égyptiennes. « Password » a été arrêté par de nombreux militants, défenseurs des droits de l’homme et opposants, où qu’ils se trouvent, depuis 2014 à nos jours, tandis que d’autres ont appelé à ce que le gouvernement français soit jugé pour sa complicité dans des atteintes aux droits de l’homme.

Dans un épisode de la série, le site Surveillance Disclosure, spécialisé dans la dénonciation des scandales de l’armée française, révèle de nombreux secrets de renseignement et de sécurité entre l’Égypte et la France, qui ont aidé Le Caire à mener des opérations militaires qui ont fait de nombreuses victimes, et d’autres opérations de sécurité qui ont conduit à des arrestations. , torture et emprisonnement Des milliers d’Égyptiens, qu’ils soient opposants, chercheurs en droits de l’homme, journalistes ou militants syndicaux.

Le premier a été la divulgation de la mission de renseignement française « Cirly », qui a débuté en février 2016, et les autorités égyptiennes l’ont utilisée pour lancer des frappes aériennes contre des passeurs et des civils, et non pour combattre des « djihadistes » comme le prétendait la mission, et cela a conduit à la mort d’un grand nombre de personnes, sans qu’aucun mouvement français ne s’oppose à cette opération, malgré la notification des autorités.

Selon la fuite française, un système de cybersurveillance massif mis en place par 3 entreprises françaises avec l’approbation des autorités françaises et le soutien des Émirats arabes unis à l’époque, a aidé le régime égyptien « à un acte de répression publique sans précédent, lorsque le régime a arrêté près de 65 000 personnes et causé la disparition de 3 000 autres personnes après leur arrestation.

Un témoin oculaire et un appel à poursuites

Un témoin de la perte de citoyens à cause de dispositifs de suivi et d’écoute a confirmé dans une déclaration à Al Jazeera Net que ces dispositifs et programmes ont joué un rôle dangereux dans les arrestations de nombreuses personnes. Cela permet à l’entreprise française de vendre l’appareil sans exiger de normes relatives aux droits de l’homme, comme il le décrit.

Le militant politique et des droits de l’homme Atef Abdel Rahman souligne qu’il a été témoin de dommages causés par des logiciels espions dans de nombreux rapports sur la sécurité nationale dans le cas de politiciens.Dans une enquête, il a été déclaré que le suivi avait été effectué via une page Facebook et dans une autre en traçant un téléphone. nombre, expliquant que cet outil existe depuis des années avant que l’Égypte n’acquière des logiciels espions modernes, les nouveaux programmes étaient plus sophistiqués et plus précis.

Atef – un avocat vivant hors d’Égypte – tient le gouvernement français responsable de l’arrestation et de la torture de milliers de citoyens, alors que des entreprises françaises vendent des logiciels espions et des appareils à l’Égypte, sachant qu’ils seront utilisés illégalement pour harceler la société civile et traquer les opposants et les indésirables. personnes ou dans leurs activités de quelque nature que ce soit, appelant à des poursuites contre ces sociétés et l’État français.

Poursuivre les responsables et cesser de coopérer

À son tour, le journaliste et militant des droits de l’homme Haitham Abu Khalil a appelé à poursuivre les entreprises françaises et le gouvernement pour avoir vendu une technologie de surveillance moderne aux autorités égyptiennes, « malgré les recommandations occidentales en matière de droits de l’homme de ne vendre aucun outil au gouvernement égyptien qui pourrait être utilisé pour faire pression sur la société civile ». société, mais malheureusement cette recommandation a été ignorée. » ‘, comme décrit.

Le directeur du Centre des victimes pour les droits de l’homme a indiqué, dans une déclaration à Al-Jazeera Net, que de nombreuses personnalités de l’opposition avaient été arrêtées avec de soi-disant « empreintes de vote », mais la France est allée jusqu’à respecter les responsables égyptiens pour leurs intérêts personnels. intéressant, ajoutant que « c’est une extension de la politique de Paris à deux visages, qui a une longue et horrible histoire de massacres contre les Africains et les Arabes à ce jour », comme il l’a dit.

L’ironie de l’affaire, selon Abou Khalil, c’est que malgré la connaissance par le gouvernement français de ce qu’il a décrit comme « le résultat désastreux de la coopération, à la fois en matière de renseignement et de sécurité, avec le régime égyptien depuis 2014, qui s’est soldée par des meurtres, des arrestations et des torture de milliers d’Égyptiens, « le soutien français ne s’arrête pas, et cela signifie que Paris ne s’arrête pas. Il se soucie de la vie de ceux qui sont morts à cause d’eux, ou avec leur vie, ou de ceux qui vivent dans les profondeurs de la prison. , et c’est un crime encore plus grand.

Il a appelé à ce que les choses se déroulent selon deux voies parallèles : la première est la poursuite des personnes impliquées, et la seconde est la nécessité pour la France de cesser immédiatement de fournir un soutien sécuritaire et logistique au régime égyptien.

Pièges électroniques pour l’opposition

Pendant ce temps, l’analyste politique Mohamed El-Sayed Ramadan a décrit le rôle de la France dans le soutien des services de renseignement et de sécurité égyptiens « avec complicité dans l’emprisonnement, la torture et le meurtre de milliers de civils innocents, qui nous ont longtemps calomniés en parlant des droits de l’homme, du droit à la vie et la sécurité. » la liberté d’expression, et est devenu un partenaire important, tant par la vente d’appareils auditifs que d’espions. » Les Égyptiens doivent ou fournissent des renseignements pour lancer des frappes aériennes contre des passeurs, et non des militants, et indépendamment de leur connaissance des responsables des abus. information, les présidents successifs préfèrent ignorer cette affaire.

Ramadan, le rédacteur en chef d’Al-Ahrar News, qui vit en France, a confirmé que les dispositifs d’écoute électronique aidaient les autorités égyptiennes et facilitaient leur travail et leur permettaient de violer les droits des citoyens. Avec l’aval des autorités françaises, qui espéraient réussir à conclure le premier accord d’avions Rafale avec l’Egypte, auquel elles sont parvenues par la suite.

Il a souligné que trois sociétés – dont une affiliée au géant militaire Dassault – ont formé une équipe unifiée pour créer un système d’espionnage et de suivi massif, qui aide les services de sécurité en Égypte à poursuivre et à piéger des milliers de civils. , et c’est comme un piège électronique, ou un piège « cloud » qui ronge toute l’activité politique depuis 2014 de manière accélérée, tranchante et violente.

La France est partenaire de la répression

Commentant le rôle de son pays dans ces opérations militaires et de sécurité, le chercheur français François Burga a déclaré à Al Jazeera Net : « Malheureusement, la France a été sans vergogne un partenaire dans la répression qui sévit en Égypte depuis de nombreuses années, et ce qui est exposé ne mènera pas à la justice. »

Borga – chercheur à l’Autorité nationale française pour la recherche scientifique à Aix-en-Provence – a critiqué la politique de son pays consistant à ignorer l’un des principes les plus importants de la liberté et de la liberté d’expression en France, et son choix de devenir plus à droite, et porter gravement atteinte à l’image du pays en soutenant un régime dictatorial au Moyen-Orient.

Il a souligné que ce qui comptait le plus pour le gouvernement français était la présence d’acheteurs d’avions et d’armes militaires Rafale, et que la rhétorique de criminalisation de l’islam politique dans ces pays était cohérente avec le discours politique en France et l’a aidée lors de ses élections internes. .

Il a regretté que la politique étrangère de la France vis-à-vis du tiers-monde n’évolue dans les couloirs de la politique et des médias français que pour une petite partie, car la tendance générale était de combattre et d’attaquer tout ce qui est islamique sous prétexte de s’opposer aux courants politiques islamiques extrémistes, ce qui sont hostiles aux pays de la région elle-même.

Enquête et verdict

Pour en revenir aux fuites publiées par le site français, les trois sociétés sont NexaTechnologies, ICCROM-Suneris, une filiale de Thales, et la troisième est Dassault Systèmes, une branche technologique de Thales. L’armurier et avionneur français Rafale.

La dernière pièce de cette construction d’espionnage massive est un moteur de recherche super puissant appelé Exalead créé par Dassault System qui permet de relier des bases de données disparates au nom du Service de renseignement militaire (MID) du régime égyptien.

La direction de « Nexa Technologies » a précisé que la justice française a ouvert depuis 2017, une information judiciaire contre Nexa et sa direction pour « implication dans des actes de torture et disparitions forcées » en Egypte et en Libye.

Le 12 octobre, il a été inculpé d’implication dans la torture et les disparitions forcées en Égypte entre 2014 et 2021.

Le 17 juin, Stéphane Salles et Olivier Bohbot, président de Nexa Technologies, ont été mis en examen, alors que Dassault et l’ICCROM ont jusqu’à présent opté pour une stratégie silencieuse.

Fernand Lefèvre

"Résolveur de problèmes typique. Sujet à des crises d'apathie. Mélomane primé. Nerd de l'alcool. Aficionado de zombies."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.