Dix jours de grêle endommagent 30 000 hectares de vignes françaises

La grêle qui a traversé la région viticole française pendant 10 jours consécutifs en juin a endommagé 30 000 ha de vignes.

Le 18 juin, une vague de chaleur en France s’est transformée en orage de grêle, détruisant plusieurs dizaines d’hectares dans la région de Pessac-Léognan, selon Vitosphère.

Une tempête de grêle s’est ensuite propagée à certaines régions viticoles françaises sur une période de dix jours, détruisant les récoltes et endommageant gravement les vignobles.

Au moins 10.000 ha de vignes ont perdu plus de 30% de leur récolte en Gironde, selon Philippe Abadie, directeur du service entreprise de la chambre d’agriculture de Gironde.

Suite à différents épisodes de grêle, la chambre d’agriculture de Gironde a réalisé un état des lieux des dégâts subis et des besoins financiers de l’exploitation, et a réactivé son fonds de solidarité pour intervenir rapidement pour répondre au besoin urgent de replantation.

L’aide couvre jusqu’à 60 % des coûts supportés par les agriculteurs, avec un plafond de 5 000 €, dans la limite des fonds disponibles.

La chambre d’agriculture de la Gironde a créé une carte estimant l’étendue des dégâts de la Gironde, avec un certain nombre de zones connaissant des taux de perte de récolte supérieurs à 70 %.

Dix jours de grêle endommagent 30 000 hectares de vignes françaises

La grêle a également dévasté Cognac, où l’office de commercialisation a identifié des dégâts couvrant 170 zones sur 13 500 ha. La région a perdu 15 % de son potentiel de production en deux jours.

Se déplaçant vers l’est jusqu’au Beaujolais, la tempête a frappé la région à quatre reprises depuis le 21 juin. La chambre des lots agricoles estime une perte de 30 à 80 % dans un rayon de 20 km autour des deux sites.

L’Hérault et l’appellation Pic-Saint-Loup ont été frappés par une tempête le 24 juin, puis la Champagne et la Côte des Bar le lendemain, où 250 hectares ont été plus ou moins endommagés.

« Aux alentours de Claret, au centre de la tempête, 500 ha de vignes ont été touchés, dont 50 % avec 30 % de dégâts, 40 % entre 30 et 80 %, et 10 % au-dessus de 80 % », précise la chambre de l’agriculture, après avoir concentré la déclaration des viticulteurs du 1er juillet, telle que rapportée par Vitisphere.

Lancelot Bonnay

"Érudit primé au bacon. Organisateur. Fanatique dévoué des médias sociaux. Passionné de café hardcore."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.