Deux syndicalistes français accusés d’espionnage en Iran

Le 11 mai, dernier jour de la visite de l’envoyé de l’UE Enrique Mora, le ministère iranien du renseignement annoncé que deux autres Européens ont été arrêtés, les accusant d’avoir fomenté et participé à la grève des enseignants de cette année.

Il a été révélé plus tard que les détenus étaient deux ressortissants français, Cécile Kohler, 37 ans, et son mari Jacques Paris, 69 ans. Ils sont arrivés en Iran avec des visas touristiques le 28 avril et ont été arrêtés alors qu’ils embarquaient sur leur vol de retour. Kohler, 37 ans, est membre de la Fédération nationale de l’éducation, de la culture et de la formation professionnelle (FNEC-FP FO) et Chuck Paris, 69 ans, auparavant secrétaire général de la division des collèges et lycées (SNFOLC).

Aujourd’hui, une semaine plus tard, les médias iraniens contrôlés par l’État rapport que ces deux « espions » avaient formé un canal « organisé et coordonné » pour inciter les syndicalistes à étendre leurs activités.

Le 12 mai, le ministère français des Affaires étrangères confirmé et condamné arrestations, qualifiant les allégations contre le couple de « sans fondement ». Les fonctionnaires ont exigé leur libération et appelé le chargé d’affaires de l’ambassade d’Iran. Confirmé depuis négociation pour sécuriser la libération de la paire est en cours.

Affaire en construction

Une vidéo par l’agence de presse Fars diffusée sur la télévision d’État iranienne destinée à détailler les « espions » présumés dans lesquels Kohler et Paris étaient impliqués. Il s’ouvre sur une scène de nuit à l’aéroport international de Khomeiny et se termine par une autre scène au même endroit. Le couple, selon la voix off, prévoit de partir ensuite pour la Turquie. Il les montre ensuite aux côtés d’un certain nombre de militants et d’éducateurs, dont Reza Shahabi, Rasoul Bodaghi, Massoud Nikkha, Chaban Mohammadi et Eskandar Lotfi, la position assise varie à la maison, dans un restaurant ou dans d’autres espaces publics. L’une des photos montre également la militante des droits des travailleurs Anisha Asadollahi qui juste attrapé la semaine dernière avec son mari Keyvan Mohtadi.

La voix affirme que Kohler et Paris sont surveillés par le ministère du Renseignement depuis leur arrivée en Iran. Leurs passeports sont également montrés dans le film, mais pas leur photo à l’aéroport. Aucune preuve n’a non plus été présentée pour montrer qu’ils avaient pris part aux manifestations.

Plus tard dans la vidéo, nous entendons (mais ne voyons pas) des images d’un homme et d’une femme parlant en anglais. On peut les entendre dire « C’est une bataille… pour obtenir la majorité du syndicat » et « Pour conclure, on va voir ce qu’on peut faire, avant tout on reste en contact » et « Je dirais que je suis du type révolutionnaire » cette déclaration anodine, exactement ce que les syndicalistes espéraient se dire, tenue par Fars comme si elle était la preuve d’un « complot » instable.

Méfiance en France

L’Iran est l’un des pays qui a été codé rouge par le gouvernement français pour un avertissement de voyage, ce qui signifie qu’il alerte ses citoyens ne pas voyager dans ce pays dans la mesure du possible. « Le gouvernement français condamne cette arrestation sans fondement », a déclaré un communiqué la semaine dernière, ajoutant que le personnel resterait « pleinement mobilisé » jusqu’à sa libération.

IranWire ne comprend pas que malgré les efforts de l’ambassade de France à Téhéran, les diplomates dans la capitale iranienne n’aient pas pu rencontrer les deux détenus.

Cécile Kohler est membre du personnel du syndicat français de l’éducation FNEC FP-FO. Le secrétaire fédéral Christophe Lalande a confirmé qu’elle était en vacances avec son mari et qu’elle n’était pas revenue. Les médias français ont également visité le lycée où il travaillait ; les étudiants ont déclaré : « C’est une personne ordinaire. C’est un professeur » et un autre, plus choquant, « Je ne savais pas que l’Iran avait pris notre professeur en otage ».

IranWire a demandé plus d’informations à un certain nombre de militants des droits de l’homme, d’avocats et de syndicalistes iraniens et français, mais ils ont tous gardé leurs commentaires en attendant les négociations. Ils attendent également une réponse officielle du FNEC FP-FO. Si le couple a une représentation légale est, à ce moment, inconnue.

Otage évident

Récemment, la pratique de la République islamique consistant à détenir en otage des ressortissants ayant la double nationalité et d’autres ressortissants a refait surface. Plus tôt en mai, le tribunal a déclaré qu’il prévoyait d’exécuter Ahmad Reza Jalali, un médecin irano-suédois spécialisé dans la médecine des catastrophes. Le même jour à Stockholm, les procureurs ont présenté leurs derniers arguments pour la condamnation à perpétuité d’Hamid Nouri. Quelques jours plus tard, le complice du diplomate iranien Asadollah Asadi a été condamné à une peine de prison pour un complot terroriste avéré à Anvers.

Jeudi, Amnesty International a confirmé qu’elle considérait le Dr. Jalali est un otage et sa détention est un crime au regard du droit international. Behrouz Farahani, membre du groupe de campagne français Solidarité socialiste avec les travailleurs iraniens, a déclaré qu’à son avis, on pouvait en dire autant de Cécile Kohler et de Jacques Paris.

« Le mari de Mme Kohler s’est déjà rendu plusieurs fois en Iran », a-t-elle déclaré. « Ils ont profité de ces vacances pour rencontrer et parler avec leurs homologues iraniens. Où dans le monde quelqu’un qui conspire pour commettre un acte illégal rencontre son co-conspirateur. au milieu de la ville pour déjeuner et prendre des photos ensemble ? C’est un rassemblement public amical.

Il n’y a pas de lois contre les personnes syndiquées qui se rencontrent, a-t-il déclaré : « Selon les règlements de l’Organisation internationale du travail, dont les membres ne sont pas seulement les syndicats mais la République islamique elle-même, l’échange de vues et la solidarité entre les travailleurs de différents pays est un droit inaliénable. Il a également souligné que des militants iraniens avaient participé à des réunions organisées par des syndicats français, et ne les avaient jamais gardées secrètes.

Exploitation politique intérieure

Les éducateurs iraniens ont été en grève et ont manifesté au cours des 12 derniers mois pour des promesses non tenues de remédier aux salaires inégaux et inadéquats, ainsi qu’à l’emprisonnement de leurs pairs. Les manifestations du 1er mai surviennent au milieu d’une nouvelle vague d’arrestations dont Mohammad Habibi, porte-parole du principal syndicat.

Selon les chiffres publiés par les médias officiels iraniens, quelque 4 122 grèves et manifestations de travailleurs distinctes ont eu lieu à travers l’Iran l’année dernière, sans précédent dans le monde moderne. IranWire a rapporté à plusieurs reprises l’année dernière à quoi ressemblaient les manifestations d’une semaine ; ils acceptent les ouvriers des usines automobiles, les chauffeurs-livreurs, le personnel hospitalier, les travailleurs du pétrole et du gaz, les retraités et plus encore.

« Lorsque le mouvement de contestation atteint un tel niveau », a déclaré Behrouz Farahani, « la répression ne fonctionne plus. Ils essaient donc de lier les manifestations à l’incitation d’autres pays », a-t-il déclaré. « Il en a été de même pendant les dernières années de la monarchie également. Ils ont utilisé la police secrète, les Savaks, pour réprimer les gens, et lorsque les Savaks n’ont plus été en mesure de les réprimer, ils ont dit que des éléments de Palestine et des États arabes ou du KGB de l’Union soviétique étaient venus en Iran. Ils veulent montrer que ce sont les étrangers qui causent des problèmes. C’est ce que font les dictatures lorsqu’elles ne dialoguent pas et que leurs méthodes de répression s’avèrent inefficaces. La République islamique est maintenant dans la même impasse.

Pourquoi citoyen français ?

La raison la plus courante d’être pris en otage par la République islamique est en vue d’un futur échange de prisonniers. Dans d’autres cas, c’est de l’argent, ou pour essayer d’obtenir un certain résultat dans les affaires politiques. Dans ce cas, l’objectif pourrait être des pourparlers sur le nucléaire – la France fait partie du P5+1, les pays qui sont parties aux négociations – ou un échange, ou peut-être que l’exécutif n’a pas encore décidé.

La France, a spéculé Farahani, a également un droit de veto au Conseil de sécurité de l’ONU. La République islamique entretient également des relations économiques tumultueuses avec des entreprises françaises, notamment pétrolières Total et constructeurs automobiles Peugeot et Renaudqui ont tous été retirés à l’étranger en 2018 et 2019.

Cependant, il existe une autre possibilité. « Cette prise d’otage est un signe contre la France, deuxième puissance d’Europe », a déclaré Farahani. « Je dois souligner qu’au cours de la dernière décennie, les syndicats français ont porté une attention particulière au mouvement ouvrier en Iran.

« Parce que les vrais représentants du mouvement ouvrier iranien sont absents de l’arène internationale, et que la République islamique envoie toujours des agents de renseignement et de sécurité aux sessions de l’Organisation internationale du travail à Genève, la France est devenue le porte-parole des travailleurs iraniens dans les rencontres internationales.

« Par conséquent, la République islamique a une rancune sérieuse contre les organisations syndicales françaises. Il ne fait aucun doute qu’avec l’arrestation de ces deux syndicalistes français, la République islamique voit une opportunité de donner une « leçon » au gouvernement français et au mouvement ouvrier français.

La solidarité donne naturellement aux militants des deux camps plus de pouvoir pour concrétiser leurs revendications. Mais à part cela, dit Farahani, il y a une raison particulière pour l’attention particulière des syndicalistes européens aux problèmes iraniens : « La révolution iranienne a été la plus grande révolution de masse de la fin du XXe siècle. Puis elle a échoué, exacerbée par la domination du clergé et la montée de l’islamisme et du djihadisme.

« Depuis des années, les mouvements de défense des droits civiques dans d’autres pays prêtent attention à l’Iran. Et la pratique de la République islamique d’envoyer ses agents de sécurité déguisés en militants civils est devenue bien connue. Par conséquent, les syndicats français ont essayé de présenter au monde notre véritable militant. Ils ont joué un rôle important en disant au monde que les travailleurs iraniens ne sont pas seuls, qu’ils ne sont pas sans voix. Ainsi, malgré la répression à plusieurs niveaux contre l’Iran, leurs voix et leurs demandes sont toujours entendues. » Maintenant, a-t-il dit, il était du devoir du peuple iranien de rendre la pareille : « Nous devons défendre ces deux citoyens français emprisonnés et être leur voix comme nous défendons nos propres prisonniers ».

Charlotte Baudin

"Faiseur de troubles. Communicateur. Incapable de taper avec des gants de boxe. Défenseur typique du café."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.