Deux outsiders obtiennent des boosts de carrière à Roland-Garros

Jeanjean a fait face seule à de nombreux obstacles, financiers et autres. Jusqu’au début de son adolescence, il était considéré comme l’un des joueurs juniors les plus prometteurs d’Europe et a obtenu des services d’entraîneur personnel à temps plein par la Fédération française de tennis à l’âge de 12 ans.

Elle domine la compétition dans son groupe d’âge, faisant peu de comparaisons avec Martina Hingis, la prodige suisse qui joue au tennis comme aux échecs, adapte sa tactique en fonction de son adversaire et essaie rarement de battre des points lorsque la compétence est encore une option.

Mais une grave blessure au genou a stoppé les progrès de Jeanjean, et elle a finalement choisi d’étudier aux États-Unis, jouant au tennis de Division I à Baylor et en Arkansas avant de terminer son éligibilité à Lynn University Division II, une petite université privée à Boca Raton, en Floride, où elle est une interprète exceptionnelle et a obtenu une maîtrise en administration des affaires en 2019.

Mais c’était un énorme bond en avant de la division II à Roland Garros, qu’il n’avait même pas visité depuis 10 ans.

« Ce qui m’a surpris, c’est de voir que mon jeu était très difficile pour ces joueurs », a-t-il déclaré jeudi après avoir trompé Pliskova, une ancienne n°1. 1 toujours en convalescence après une blessure, avec un changement de rythme pour gagner, 6-2, 6-2. « Je pensais que je serais battu et que je verrais des gagnants voler partout, mais ce n’est pas le cas. »

Jeanjean a déclaré que pendant « quatre ou cinq ans », elle n’avait jamais pensé jouer dans un tournoi du Grand Chelem, mais animée par le désir de respecter le potentiel qu’elle a montré dans sa jeunesse, elle a décidé de se donner une « seconde chance ». Il est dans les 1000 au début de 2021, et sans sponsor, il compte sur les fonds de subsistance du gouvernement et l’aide de son père, selon L’Equipe, la publication sportive française.

Maintenant, après avoir peiné dans les ligues mineures et gagné moins de 20 000 $ en prix de carrière, il est dans le coup avec une chance d’aller encore plus loin, vu qu’il a affronté Irina-Camelia Begu, une Roumaine outsider, au troisième tour. ce samedi.

Lancelot Bonnay

"Érudit primé au bacon. Organisateur. Fanatique dévoué des médias sociaux. Passionné de café hardcore."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.