Des sous-marins aux tensions avec la Grande-Bretagne, l’Algérie et le Mali… Quel est le secret des crises internationales successives de la France ? | nouvelles politiques

Paris- Il semble que la crise sous-marine que Paris a connue et le « coup de poignard dans le dos » qu’elle a reçu de ses alliés et partenaires à la suite de l’alliance AUKUS entre l’Australie, l’Amérique et la Grande-Bretagne, n’aient été qu’un arbre obscurcissant la forêt et le début de une série de crises politiques et diplomatiques successives entre la France et un groupe de pays.

Une nouvelle crise a éclaté entre la France et la Grande-Bretagne au sujet des droits de pêche sur l’île de Jersey, ainsi que des dossiers de migrants sur la côte de Calais et le détroit de la Manche entre celle-ci et le Royaume-Uni.

Quelques jours après que Paris a fait exploser une crise diplomatique avec les pays du Maghreb à propos de son annonce de réduire le nombre de visas pour les citoyens de ces pays, les tensions ont atteint un maximum entre la France et l’Algérie, à la suite des déclarations du président Macron, dans lesquelles il a nié l’existence de la Nation algérienne avant le colonialisme.

Comme les malheurs et les crises ne viennent pas individuellement, le ministère des Affaires étrangères du Mali a convoqué la semaine dernière l’ambassadeur de France à Bamako pour protester contre les propos de Macron sur la junte militaire au pouvoir au Mali, et a exprimé son espoir pour le « retour du pays à une nation africaine ».

Les crises successives pour la France avec son environnement régional et international soulèvent de nombreuses questions pour comprendre ce problème et ses causes.

Ces crises successives ne sont-elles qu’une coïncidence ou sont-elles le résultat de mauvaises politiques, stratégies et déclarations de Macron et de son administration ?

Ibrahim ben Mansour, expert à l’Institut d’études stratégiques et des relations internationales de Paris, estime que cette crise récurrente en France n’est pas nouvelle, mais est le résultat de beaucoup d’accumulations au cours des deux dernières décennies, et que c’est cela qui maintient la politique étrangère de la France en conflit et en contestation avec cette puissance nouvelle et traditionnelle qui représente le grand concurrent de la France. .

Pour confirmer cette affirmation, il a donné deux exemples à la Syrie et à la Libye, où, selon lui, la Russie et la Turquie ont pu être uniques dans ces deux pays et étendre leur influence en leur sein, au milieu de la confusion des politiques étrangères régionales et internationales et autres. puissances, dont la France.

Dans le même contexte, Ben Mansour évalue qu’il existe des erreurs à court terme de la politique étrangère française, comme le passage progressif d’une politique de neutralité et d’équilibre régionaux, notamment avec les pays du Moyen-Orient, à une politique d’affrontements, d’affrontements et d’alliances ratés. .

Le directeur de l’Institut de prospective et de sécurité en Europe, Emmanuel Depuy, a souligné qu’il n’y a pas de lien unifié entre les crises françaises successives, mais que chaque crise a ses causes, ses dimensions et son contexte.

Il a ajouté : « Je ne pense pas que ces crises successives soient le résultat des politiques erronées du président Macron et de la diplomatie française qui sont restées les mêmes et n’ont pas changé du jour au lendemain, et que la politique financière est sur la voie de l’apaisement et de l’indépendance des relations francophones, direction et rapprochement avec la partie russe.

Il a conclu en disant qu' »il est injuste de faire porter l’entière responsabilité de ce groupe de crise sur la France et ses politiques diplomatiques défaillantes, mais c’est finalement une responsabilité partagée entre tous ces pays du fait des changements de politique étrangère régionale et internationale ».

Des bateaux de pêche français se rassemblent au large de l’île de Jersey pour attirer l’attention sur leur incapacité à pêcher dans les eaux britanniques (France)

Comment lire cette crise dans un contexte d’accélération des mutations géopolitiques régionales et internationales ?

Concernant l’impact de l’accélération des changements géopolitiques internationaux sur la France et ses relations extérieures, le chercheur Ibrahim bin Mansour affirme que les évolutions géostratégiques et politiques ne sont pas régulées par hasard, mais ont des facteurs internes et objectifs clairs, et sont le résultat de déclarations ou de décisions de responsables ou de présidents.

Il estime que « ce qui s’est passé dans l’accumulation et l’accélération de la crise pour la France avec des pays comme le Mali, l’Algérie, l’Australie et l’Amérique a été le résultat d’évolutions géopolitiques mondiales et régionales, y compris l’émergence de nouvelles puissances régionales comme la Turquie, et la Russie revenir comme un acteur international majeur et le pouvoir d’équilibrage en jeu en Afrique et au Moyen-Orient, sans oublier bien sûr le géant chinois.

Il a souligné que l’alliance « Okos » est la preuve la plus évidente du changement rapide des alliances régionales et internationales, où les intérêts jouent un rôle fondamental même au détriment des relations internationales traditionnelles.

Il a ajouté à Al Jazeera Net : « Je pense que ce qui a frappé la politique étrangère de la France, c’est une étroitesse de vision et d’horizons en contraste avec un environnement régional et international très changeant et évolutif, et en même temps il y a des intersections entre des crises qui prennent du temps à apprendre . , les analyser et prendre position, comme la crise libyenne, et parmi les crises qui nécessitent une réponse rapide. C’est ce qui rend la tâche difficile à la diplomatie française, qui manque d’expérience et de sagesse.

Contrairement à l’opinion de Ben Mansour, l’expert stratégique Emmanuel Dupuy voit la France comme victime de l’évolution des intérêts stratégiques et de la politique étrangère des pays où la crise s’est produite, tout comme les États-Unis, qui privilégient leurs intérêts économiques sur leur relation historique avec les États-Unis. . La France.

Et de poursuivre : « D’un autre côté, la crise avec l’Algérie est devenue négative et a accéléré le développement, et il ne faut pas y voir une conséquence naturelle des déclarations du président Macron, aussi négatives et douloureuses soient-elles, mais elles sont beaucoup plus profond que cela, et parce qu’une certaine accumulation historique qui réduit l’espace ici pour les compter. Alors qu’au Mali, la France n’est pas responsable du coup d’État qui a eu lieu, mais plutôt victime de ceux qui viennent de prendre le pouvoir, donc ce n’est pas La France qui change de politique avec ses voisins et ses environs, mais la situation régionale et internationale qui change et se complique au gré des nouveaux intérêts et blocs.

Tebboune (à droite) salue le retour de l’ambassadeur de son pays à Paris avec un grand respect pour l’Etat algérien (Agence)

Quelle est la cause profonde et lointaine qui fait qu’une petite crise roule, gonfle et grossit comme une boule de neige qui peut tout détruire sur son passage ?

Dubuis estime que cette crise qui s’accélère est causée par un ensemble d’influences extérieures, les États-Unis revenant en tant qu’acteur majeur en Méditerranée et au Moyen-Orient, après une légère absence sous l’ère Trump. Nous n’oublions pas non plus la normalisation d’un groupe de pays arabes et africains avec Israël, qui est la bonne circonstance pour repositionner et repositionner certaines puissances régionales et changer leurs politiques étrangères.

Dans quelle mesure la crise affectera-t-elle l’avenir de Macron et de son parti lors de la prochaine élection présidentielle, dans moins de 7 mois ?

En analysant ce point important, l’expert stratégique Ibrahim bin Mansour a noté que la politique étrangère française n’affecte pas directement l’électorat français et son intention de voter, mais l’accumulation et la succession de crises étrangères peuvent conduire à un affaiblissement et à une déformation de l’image de Macron dans le devise. l’opinion publique française, et cela peut refléter négativement les chances de se qualifier et de se présenter pour un second mandat lors de la prochaine élection présidentielle, malgré ses efforts pour attirer les votes d’extrême droite en s’impliquant dans les questions d’immigration, par exemple.

Dans le même sens, le chercheur Emmanuel Debuy soutient que la politique étrangère du président Macron n’aura pas d’impact significatif sur son avenir et celui de son parti lors de la prochaine élection présidentielle, mais il voit en retour que les efforts de Macron pour enquêter sur les problèmes des immigrés, des réfugiés et les arabo-musulmans sont un processus complexe perdu, car il ne serait pas en mesure de gagner l’électorat français et de l’influencer, comme l’ont fait, par exemple, Eric Zemmour ou Marine Le Pen, qui sont considérés comme des sujets de prédilection pour les partisans de l’extrême droite. .

Les crises successives peuvent-elles ébranler et ébranler l’image et la position de la France dans le monde, et neutraliser son rôle géopolitique au profit de puissances traditionnelles nouvelles et émergentes ?

Et à propos de la possible perturbation et atteinte à l’image de la France à la suite de cette crise extérieure, Bin Mansour a déclaré à Al Jazeera Net : « La France reste une puissance économique et militaire en Afrique, en Méditerranée et dans certaines régions du monde, mais ce à quoi nous prêtons attention Ce sont ces déboires et déclins progressivement son image et son influence dans certaines zones comme l’Afrique, où des pays et des puissances peuvent se permettre Comme la Russie, la Turquie et la Chine, ils étendent leur influence sur le continent africain en y implantant des projets économiques et des bases militaires.

Quant à Debuy, à son tour, il affirme que cette transformation rapide et ce nouveau positionnement en Méditerranée, en Afrique ou en Asie-Pacifique auront un effet à l’avenir, non seulement en France, mais aussi dans l’Union européenne et d’autres pays concurrents. . pouvoir d’influence mondiale.

Quels sont les impacts et impacts négatifs de cette crise à court et long terme ?

À cet égard, Ben Mansour a souligné que depuis la présidence de Nicolas Sarkozy jusqu’à maintenant, il y a eu un changement dans la perception de la France de plusieurs pays en raison des changements de la politique étrangère française à Paris, et de l’entrée d’une série d’affrontements. et des affrontements qui ont impacté négativement son environnement régional et international, suite à la diplomatie française, autrefois fondée sur l’équilibre et la modération, de Charles de Gaulle à Jacques Chirac, efficace et se jouant sur une stratégie d’équilibre des forces.

Alors que Debuy a expliqué la question en disant qu’à court terme il n’y aura pas d’effet significatif de la crise mondiale et de la transformation sur la forme des relations internationales, notamment avec des appels au dialogue et au calme, et Macron lui-même va dans cette direction.

À long terme, il estime que l’absence du rôle actif continu de l’UE et son incapacité à adopter des politiques claires et solides pour relever les grands défis géopolitiques auxquels elle est confrontée précipiteront la fin de son rôle d’État actif. et des acteurs influents des relations internationales, en échange de l’émergence de nouvelles puissances d’influence internationale, et donc de la possibilité de remplacer le rôle de l’Europe pourrie en Asie, dans les océans Pacifique et Indien, voire en Méditerranée.

Comment l’Europe passera-t-elle la présidence de l’UE à la France l’année prochaine, compte tenu de la confusion et de la tension qui caractérisent les relations de Paris avec ses voisins et partenaires ?

Dubuis a souligné que la présidence tournante de l’Union européenne est un président d’honneur, que tous les pays européens participent à la politique étrangère européenne et que l’union avec diverses institutions détermine sa relation avec la communauté internationale.

Pendant ce temps, Ben Mansour estime que l’absence d’une politique étrangère unifiée de l’UE est ce qui fait que de nombreux pays européens – comme la France – vacillent et hésitent dans leur politique étrangère, et entrent ainsi dans une crise bien nécessaire avec les puissances régionales et internationales. Il a conclu : « Nous ne devons pas oublier que la présence de la plupart des pays européens au sein de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN) maintient ces pays sous l’égide de la politique américaine, ce qui les fait vaciller et confondre leur politique étrangère.

Fernand Lefèvre

"Résolveur de problèmes typique. Sujet à des crises d'apathie. Mélomane primé. Nerd de l'alcool. Aficionado de zombies."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.