Des scientifiques français entraînent des fourmis à détecter le cancer avec un taux de réussite de 95%

Une équipe de scientifiques français a entraîné des fourmis à trouver des cellules cancéreuses, dans l’espoir que les insectes puissent un jour aider à détecter des tumeurs. L’étude a trouvé un taux de réussite de 95% dans la première étape du test.

Le laboratoire de scientifiques expérimentaux du Laboratoire d’éthologie expérimentale et comparée (LEEC), de l’Université Sorbonne Paris Nord (Villetaneuse, Seine-Saint-Denis) a formé près de 130 fourmis à détecter l’odeur des composés organiques volatils (COV) émis par le cancer cellules.

Des fourmis ont été maintenues à 24°C et entraînées grâce à un système de récompense, dans l’étude menée par la professeure LEEC Patrizia d’Ettorre et le directeur de recherche au CNRS Jean-Christophe Sandoz.

L’équipe espère qu’avec de nouvelles recherches, les fourmis pourront être utilisées comme moyen non invasif de détecter le cancer, qui est la principale cause de décès prématuré en France.

Le scientifique Baptiste Piqueret, qui a également participé à l’étude, a déclaré: « Actuellement, les mammographies sont effectuées tous les deux ans à partir de 50 ans, mais seulement environ 50% des femmes ont réellement ce test. »

Cependant, la méthode sera « complètement non invasive, sans aiguilles, biopsies, endoscopie ou autres procédures, et surtout, il n’y aura pas de contact direct entre le patient et les fourmis ».

En effet, les cellules cancéreuses produisent des composés volatils (COV) qui se retrouvent dans la circulation sanguine du patient, puis dans son urine, sa sueur, sa salive et l’air qu’il respire. L’idée est d’utiliser l’urine ou la salive du patient, et les fourmis de la sentir dans un premier temps.

Cette méthode sera plus rapide et moins chère que l’examen initial, et sera ensuite suivie d’un examen médical complet si les fourmis détectent un problème.

« Nous pouvons dépister plus régulièrement et plus tôt, et traiter les patients plus rapidement », a déclaré Piqueret.

Les résultats ont été publiés dans revue scientifique iSciencele 21 février.

Comment les fourmis sont-elles entraînées ?

Dans la première partie de l’étude, 36 fourmis ont été exposées à l’odeur de cellules cancéreuses humaines, chauffées à 37°C (comme le corps humain), avec de l’eau sucrée placée à côté d’elles. Les fourmis sont ensuite laissées à errer jusqu’à ce qu’elles trouvent de l’eau douce, en utilisant leurs antennes pour détecter le prix.

Le rapport dit : « Chez les fourmis, les antennes sont équivalentes à un nez humain. Elles vont en quelque sorte ‘renifler’ son environnement et remarquer qu’il y a une odeur à côté de la récompense, et associer les deux. »

Dans la deuxième partie du test, les fourmis ont reçu l’odeur des cellules cancéreuses, puis l’odeur des cellules non cancéreuses, et ont été étudiées pour voir si elles pouvaient faire la différence, « en fonction de la capacité d’apprentissage et de la personnalité des fourmis ». « , ont déclaré les chercheurs. Cette fois, les fourmis n’ont pas reçu la récompense.

Le professeur d’Ettore a déclaré : « Nous avons vu où la fourmi regardait, et le fait qu’elle ait passé plus de temps à regarder les odeurs qu’elle avait apprises, nous a prouvé que l’apprentissage était réussi.

Pour vérifier les résultats de l’étude, 50% des fourmis ont été entraînées à détecter le cancer tandis que l’autre moitié a été entraînée à détecter l’absence de cancer.

Trois types de cellules cancéreuses ont été utilisés ; un du cancer de l’ovaire et deux du tissu mammaire (un cancéreux et l’autre non cancéreux).

Pourquoi les fourmis ?

Les fourmis ont été choisies comme insectes utilisés dans cette expérience, car elles sont beaucoup plus rapides et moins chères à dresser que, par exemple, les chiens, qui ont également été utilisés jusqu’à présent pour détecter les cellules cancéreuses.

Les chiens peuvent prendre jusqu’à un an et des millions d’euros pour être correctement entraînés dans un cadre clinique. En revanche, le coût de formation des fourmis est minime.

M. Piqueret a déclaré: « En utilisant des fourmis comme alternative aux chiens, l’objectif est de réduire les coûts et le temps de formation tout en augmentant le nombre de personnes formées. »

Sera-t-il utilisé pour détecter un vrai cancer dans un futur proche ?

Et tandis que la recherche jusqu’à présent a montré un taux d’efficacité de 95% chez les fourmis détectant le cancer, Piqueret dit: « La science prend du temps ».

Le professeur d’Ettore admet : « Les cellules sont cultivées en laboratoire donc elles n’ont pas forcément la même complexité olfactive que lorsqu’une tumeur se développe à l’intérieur d’un organisme. »

Une étude plus approfondie sera nécessaire avant que l’œuvre ne soit utilisée, le cas échéant, dans un cadre médical.

C’est venu comme la France cette année a encouragé le public à choisir trois options gratuites de dépistage du cancer offertes à l’échelle nationale, à savoir le cancer du sein, le cancer du côlon (colorectal) et le cancer du col de l’utérus.

De même, le dépistage à domicile du cancer colorectal est désormais disponible gratuitement pour les personnes éligibles âgées de 50 à 74 ans.

Article associé

« Identifier les personnes à risque de cancer avant qu’elles ne tombent malades est un objectif clé »

Journée mondiale contre le cancer : la France encourage trois dépistages réguliers du cancer

Le dépistage du cancer colorectal est désormais disponible gratuitement à domicile en France

Rochelle Samuel

"Un fauteur de troubles incurable. Praticien de la télévision. Évangéliste de Twitter subtilement charmant. Entrepreneur de toujours."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.