des documentaires dégoûtants traitent la mort comme un divertissement

Vous pourriez penser qu’il y a trop de vrai mal à la télé. Vous auriez tout à fait raison. Laisser Meurtre dans les Alpes (Channel 4) s’étirant entre les horaires pendant trois nuits de suite n’aide certainement pas. Ce documentaire enquête sur le massacre brutal d’une famille britannique en France il y a dix ans. En septembre 2012, la police est arrivée sur une aire de pique-nique en forêt près du lac d’Annecy pour trouver l’ingénieur du Surrey Saad al-Hilli, la femme de son dentiste, Iqbal, et sa mère, Suhaila, abattus dans leur voiture.



Zaid al-Hilli envisage la mort de son frère - Channel 4


© Canal 4
Zaid al-Hilli envisage la mort de son frère – Channel 4

A proximité gisait le corps du cycliste local Sylvain Mollier. La fille de sept ans de Saad et Iqbal, Zainab, a également été abattue et laissée pour morte, mais a miraculeusement survécu. Blottie sous la jupe de sa mère se trouve la sœur de Zainab, Zeena, âgée de quatre ans, terrifiée mais toujours en vie.

Un autre récit de l’enquête internationale labyrinthe est la litanie de l’incompétence. La gendarmerie a attendu huit heures l’arrivée de l’équipe médico-légale. La police britannique et française n’a pas réussi à communiquer. Des erreurs embarrassantes et des arrestations injustifiées ont été commises. Non seulement c’est ennuyeux, c’est carrément dégoûtant. Avons-nous vraiment besoin du détective à la retraite Mark Preston se pavanant sur une scène de meurtre avec ses doigts dans une arme à feu, en criant « Bang, bang! » ? Ou une référence graphique à « une tête avec un trou de balle dedans » ? Ou le reportage sensationnel d’un « vélo rose d’enfant abandonné à l’abandon » ? J’espère que les filles d’al-Hilli, maintenant adolescentes, ne regardent pas.

Au fur et à mesure du générique, les deux parties suivantes sont disponibles en streaming sur All 4. Le deuxième épisode voit l’histoire disparaître dans une impasse, tout comme l’enquête elle-même. Le frère de Saad, Zaid, a-t-il embauché un tueur à gages roumain pour un litige d’héritage ? Un homme de Louisiane a-t-il été empoisonné le même jour dans le cadre d’un complot d’espionnage ? Y a-t-il un vague lien avec les millions manquants de Saddam Hussein ? Non, non et non respectivement.

Parmi les excuses rarement entendues figuraient l’ami de la famille James Matthews, qui a cité les nuances racistes de la couverture médiatique, et l’écrivain policier de la Royal Marine Andrew Rigsby, qui s’est moqué des hypothèses paresseuses. L’épisode de clôture a au moins renversé l’affaire avec une nouvelle théorie, mais a été laissé en suspens désespérément. Le tueur reste introuvable.

Il existe un phénomène connu sous le nom de « Netflix est gonflé”, où le service de streaming n’a pas réussi à éditer l’émission, apparemment pour garder les yeux ouverts. C’est l’équivalent terrestre. La narration est répétitive, au rythme lent. Une histoire qui se raconte en 60 minutes se déroule en trois heures ce qui est finalement insatisfaisant.

Inscrivez-vous à la newsletter gratuite de la page d’accueil : votre guide essentiel de l’agenda d’aujourd’hui du Telegraph – directement dans votre boîte de réception sept jours sur sept.

Jacques Fontaine

"Fanatique de la musique amateur. Ninja de l'alcool. Troublemaker sans vergogne. Passionné de nourriture. Introverti extrême. Nerd du voyage certifié."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.