Débat sur la reconnaissance faciale de la Ligue des champions des Spurs

Point culminant de la saison sportive européenne, la finale de la Ligue des champions à Paris, a suscité un débat sur l’intelligence artificielle et la reconnaissance faciale.

Une tentative d’utilisation d’un « faux billet » a retardé le coup d’envoi entre le Real Madrid et Liverpool de 35 minutes. La police a utilisé des gaz lacrymogènes pour disperser les fans voyous. Des milliers de supporters de Liverpool avec des billets valides ont été coincés dans des files d’attente pendant des heures, avec peu de portes disponibles pour entrer et une pénurie de membres du personnel sur le terrain.

Le chaos a rouvert le débat sur la reconnaissance faciale.

L’Union européenne envisage d’interdire cette technique dans une prochaine loi sur l’intelligence artificielle (IA). La France a déjà interdit la reconnaissance faciale dans les espaces publics, une position imposée pour des raisons de confidentialité par l’agence de protection de la vie privée du pays, la CNIL.

Mais les violences au Stade de France ont incité à repenser. Le maire de Nice, Christian Estrosi, éminent homme politique conservateur, dire il voudrait « qu’on arrête enfin ce que la CNIL nous a interdit de faire, ce genre d’institution poussiéreuse qui interdit l’usage de la reconnaissance faciale ». La principale autorité du football du pays le soutient, et le débat prend de l’ampleur alors que Paris se prépare à accueillir les Jeux olympiques d’été de 2024.

La police ne peut pas arrêter 1 000 ou 2 000 fans sans grand risque, a déclaré Estrosi. Mais si des supporters dangereux sont identifiés par reconnaissance faciale, « on peut aller les chercher aux petites heures du matin à leur domicile pour les détenir. L’intelligence artificielle jouera pleinement son rôle.

Les défenseurs de la vie privée ne sont pas convaincus. La technologie de reconnaissance faciale a été déployée lors de la finale de la Ligue des champions 2017 au Pays de Galles entre la Juventus et le Real Madrid. Sur les 2 470 avertissements émis par les programmes de reconnaissance faciale, seuls 173 étaient trouvé justifié – 92% de taux de faux positifs.

Bien que les lois françaises et européennes autorisent certaines exceptions à l’interdiction de la reconnaissance faciale, principalement pour des « raisons importantes d’intérêt public », l’identification des supporters aux entrées du stade n’est pas incluse. En février 2021, la CNIL a émis une mémorial au club de football FC Metz pour avoir expérimenté des systèmes de reconnaissance faciale pour filtrer les personnes interdites d’accès aux stades dans le cadre d’une campagne antiterroriste. Selon l’organisme de surveillance des données, le club n’a pas le droit de baser son système sur les données biométriques des personnes, qu’il considère comme des informations sensibles.

Ce débat français sera bientôt au centre de l’attention à Bruxelles. Le Conseil de l’Union européenne et le Parlement européen examinent actuellement Proposition de la Commission européenne réguler l’IA – en particulier, aligner les règles de reconnaissance faciale. L’article V de la proposition interdit « l’utilisation de systèmes d’identification biométrique à distance » en temps réel « dans des zones accessibles au public à des fins d’application de la loi », à quelques exceptions près.

Cette question fait actuellement l’objet de vifs débats au Parlement européen. En octobre 2021, la plupart des législateurs ont adopté une résolution appelant à une interdiction complète de cette technologie, sans exception.

D’autres législateurs, cependant, voient la technologie comme une excellente occasion de prévenir et de combattre la délinquance et le crime. « Nous ne devrions pas jeter les bébés dans l’eau du bain », a déclaré le député chrétien-démocrate belge Tom Vandenkendelaere lors d’un débat sur la résolution. Les législateurs conservateurs ont présenté plusieurs amendements pour assouplir la résolution, proposant d’échanger un moratoire sur la reconnaissance faciale dans les espaces publics contre une promesse de « garantir le respect des droits fondamentaux ».

Alors que les négociations finales sur la loi sur l’IA auront lieu, le sort de la reconnaissance faciale sera l’une des questions clés auxquelles il faudra répondre. Le Real Madrid a remporté la Ligue des champions de cette année par un score serré de 1-0. Les décisions concernant la reconnaissance faciale seront tout aussi brûlantes.

Mathieu Pollet est correspondant technologique pour Euractiv.

Lancelot Bonnay

"Érudit primé au bacon. Organisateur. Fanatique dévoué des médias sociaux. Passionné de café hardcore."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.