De nouveaux détails sur l’implication de l’ancien patron de la « Sonatrach » algérienne dans la corruption

date de publication:
21 février 2022 17:12 Heure de Greenwich

Date de mise à jour: 21 février 2022 18:25 Heure de Greenwich

Un rapport publié par le site français « Touala » révèle des détails sur l’implication de l’ancien PDG de la compagnie pétrolière algérienne « Sonatrach », Abdelmoumen Ould Kaddour, et de son fils Nassim, dans l’affaire de corruption financière et administrative qui a poussé Bould Kaddour devant la justice, comme un premier pas dans la lutte contre la corruption depuis le renversement du régime d’Abdelaziz Bouteflika, selon l’élu.

Les autorités émiraties ont remis Abdelmoumen Ould Kaddour à l’Algérie le 4 août, et la télévision algérienne a diffusé des photos de son arrivée à l’aéroport algérien, dans le cadre de la première procédure d’extradition depuis le début d’une enquête anti-corruption après la chute du régime Bouteflika.

Extension régionale

Le rapport explique comment Ould Kaddour a fait fortune de manière suspecte, soulignant l’expansion régionale de son réseau relationnel qui l’a impliqué avec son fils et partenaire.

Le rapport montre que Nassim Ould Kaddour, le fils aîné d’Abdelmoumen Ben Kaddour, a ouvert deux comptes bancaires dans une banque suisse depuis 2005 (alors qu’il n’avait que 26 ans) d’une valeur de 8,6 millions de francs suisses, coïncidant avec le déclenchement de l’affaire B de la société RC, ou joint-venture algéro-américaine, liant Sonatrach à la filiale britannique de la société de services pétroliers Halliburton, une affaire impliquant son père.

Affrontement juridique

Le rapport présente la date de comparution d’Ould Kaddour devant la justice algérienne, étant donné que sa nomination comme président du conseil d’administration de « Sonatrach » de 2017 à 2019 a été précédée d’une confrontation avec la justice algérienne ; En raison de son implication dans de nombreux cas.

En 2007, le tribunal militaire de Blida l’a condamné à 30 mois de prison pour avoir divulgué des informations « secret défense » dans une affaire liée à la BRC, puis l’homme a été libéré 20 mois plus tard par l’Inspection générale des finances en Algérie.

Cette année-là, alors qu’il étudiait les termes d’un contrat d’environ 2,5 milliards d’euros par le ministère de la Défense nationale et Sonatrach avec la BRC, une décision politique a été prise de dissoudre l’entreprise algéro-américaine, selon un ancien responsable du rapport. Sonatrach, qui a refusé d’être nommé, a commenté: « Nous avons tout supprimé d’une manière ou d’une autre. »

Ainsi, Sonatrach a opté pour la liquidation amiable, qui a vu l’acquisition de la société nationale sur les actifs de BRC, après avoir acquis les parts de son partenaire américain.

arbitrage international

Le rapport poursuit : « Les opérations ont été confiées à Karim Jabbour, qui dirige la maison mère de Sonatrach en charge des services pétroliers et qui supervise la société BRC, entre autres filiales et joint-ventures liant Sonatrach à des partenaires étrangers.

Il est à noter que la liquidation de cette société a conduit à la saisine de « Sonatrach » devant la Cour Internationale d’Arbitrage ; Suite au report du transfert de l’indemnité des actions KBR, d’un montant de 1,6 milliard de dinars algériens, à verser en dollars américains, soit 24 millions de dollars, à verser au plus tard en juin 2008.

Sonatrach, qui a justifié ce retard par le refus de la Banque centrale de lui accorder l’autorisation de céder, a refusé et, le 12 mai 2011, un ordre a été émis de payer 19,5 millions de dollars, soit le solde restant du prix de cette action, en plus d’un intérêt Le taux de 6,5 % s’applique rétroactivement à compter d’octobre octobre 2008, date du dépôt de la plainte.

Le rapport affirme que cette joint-venture algéro-américaine, liant Sonatrach à des entreprises américaines, est un projet rentable, avec une bonne situation financière qui ne justifie pas la dissolution de l’entreprise.

Détournement de fonds

Le rapport indique que « peu après sa sortie de prison en 2009, Abdelmoumen Ould Kaddour a quitté l’Algérie pour s’installer en France, et lui et sa famille ont obtenu un logement à Neuilly-sur-Seine. Kaddour et sa famille n’ont pas été revus depuis lors jusqu’à son nommé de manière controversée à la tête de « Sonatrach » en mars 2017, huit ans après sa libération, en se demandant : « Comment Kaddour a-t-il financé l’achat de cette maison à cet endroit, où le mètre carré est l’un des terrains les plus chers du monde ? » pays ? la France et environ 12 000 euros ?

Selon le rapport, les données bancaires obtenues confirment le détournement de fonds signalé par l’Inspection générale des finances que les poursuites judiciaires contre lui en Algérie ont été abolies, pointant le record du mouvement important de fonds au cours de cette période, qui a été organisé par son fils . , qui n’avait pas plus de trente ans à l’époque et n’avait pas d’activité professionnelle majeure, ce qui a mis en évidence le problème de l’acquisition de cette propriété.

financement suspect

Le rapport explique que pour trouver un logement à Neuilly-sur-Seine en juin 2009, Kaddour a fondé une société immobilière appelée « Lima » dans la région de Nanterre en France. Nassim Ould Kaddour et son épouse Amal Yala sont tous deux associés. avec Mohamed Reda Ould Kaddour, les frères de Naseem et leur mère, Anisa Abdel Salam, détiennent chacun 250 actions.

Et de poursuivre : « En novembre 2013, Nassim et Amal, qui détiennent 500 actions de la société à 1 000 actions « Lima », ont cédé 350 actions à l’abbé Abdelmoumen Ould Kaddour. Libre, à condition qu’il accepte un solde de dettes (19 600 euros). avec la banque libanaise qui, selon lui, a obtenu un prêt bancaire pour demander un financement pour l’achat d’une maison, très probablement pour couvrir la piste qui a suivi, comme il l’a dit.

Le rapport explique que les prêts ont été accordés au Liban parce qu’une partie des fonds alloués par Ould Kaddour hors d’Algérie étaient gérés par des sociétés de crédit libanaises à travers des banques libanaises, notamment la Société Générale de Banque au Liban, notant qu’elle a récemment occupé le nom de l’un des Les gestionnaires de fortune libanais se sont associés à Nassim Ould Kaddour, qui a intensifié ses investissements, faisant la une des journaux aux États-Unis après avoir été inculpé par la Securities and Exchange Commission.

intérêts familiaux

Les rapports continuent qu’en 2014, Ould Kaddour a fondé la société « Mobisol » qui commercialise des équipements de la société chinoise « Huawei ». Sur le papier, la société est associée à Naseem et son frère Mohamed Reda Kaddour, mais leur père Abdel Momen est le commercial. agent, et le rapport dit que cela n’apporte pas grand-chose. Il a également été dissous en 2017 après sa nomination à la tête de Sonatrach.

Le réseau de relations de Nassim Ould Kaddour s’est élargi et il a pris Abdelhakim Ben Farhat, fils de Noureddine Ben Farhat, ancien officier des renseignements algériens, comme partenaire d’investissement en créant une société.

Le rapport note qu’après l’éclatement du scandale des « Panama Papers », Abdel Hakim bin Farhat s’est retiré dans la hâte du partenariat le liant à Nassim Ould Kaddour, compte tenu du texte du courriel qui disait : « Il vous est demandé de dissoudre la société et de la liquider définitivement dès que possible. »

Fernand Lefèvre

"Résolveur de problèmes typique. Sujet à des crises d'apathie. Mélomane primé. Nerd de l'alcool. Aficionado de zombies."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.