De la prison turque, une Française accuse la Grèce de « pressions »

BARCELONE, Espagne (AP) – Une Française a accusé les autorités grecques de l’avoir forcée, ainsi que d’autres migrants, à traverser la frontière vers la Turquie, violant ses droits en tant que personnes fuyant les persécutions et en tant que citoyennes européennes.

Dans des documents judiciaires consultés par l’Associated Press, la femme de 32 ans, qui a la nationalité turque et française, affirme qu’elle et son mari ont tenté de fuir la Turquie pour éviter une peine de prison à motivation politique.

Ils ont traversé la rivière Evros en bateau vers la Grèce en route vers la France, où la femme est née et a grandi. Mais il a dit que les responsables grecs l’avaient mal traité et l’avaient rejeté ; il est maintenant en prison en Turquie. Depuis sa cellule, la femme, qui a requis l’anonymat pour sa sécurité, envisage de porter plainte contre la Grèce vendredi devant la Cour européenne des droits de l’homme.

Alors que le soi-disant « rejet » des migrants est devenu de plus en plus courant malgré la violation du droit européen et international, les experts disent que l’histoire de la femme française semble être la première affaire portée devant un tribunal impliquant un ressortissant européen.

« Nous sommes passés d’accusations selon lesquelles il est de notoriété publique que des démentis sont faits régulièrement par les autorités grecques », a déclaré Hanne Beirens, directrice de l’Institut européen des politiques migratoires. « Ce sera un cas assez unique… Parce qu’il montrera à quel point les autorités grecques agissent sans discernement et comment cela affecte des personnes de tous horizons.

Au fil des ans, des journalistes, des avocats et des organisations de défense des droits humains ont documenté la résistance de la Grèce aux migrants et aux réfugiés qui traversent les frontières maritimes ou terrestres, les privant de leur droit aux procédures d’asile. En vertu du principe de non-refoulement inscrit dans le droit européen et international des droits de l’homme, les personnes ne peuvent pas être renvoyées dans un pays où elles risquent d’être torturées, punies ou blessées.

Les autorités grecques n’ont pas répondu aux demandes de commentaires envoyées par l’AP au ministère de la Migration et de l’Asile, au ministère de la Protection des citoyens et à l’ambassade de Grèce à Paris. Cependant, la Grèce a publié une déclaration jeudi soir après une enquête conjointe des médias allègue une réaction violente distincte impliquant deux demandeurs d’asile qui ont ensuite été retrouvés morts sur la côte égéenne.

« La Grèce protège les frontières extérieures de l’UE, se conforme pleinement au droit international et respecte pleinement la charte des droits fondamentaux », a déclaré Notis Mitarachi, ministre grec de la migration et de l’asile.

L’histoire de la femme française est contenue dans des déclarations au tribunal d’elle, de son mari et de sa sœur, y compris des illustrations qu’elle a tirées de la prison. L’AP a également utilisé des entretiens avec sa sœur à Paris et l’un de ses avocats ; des documents comprenant un passeport français, une carte d’identité nationale française et un certificat de mariage français ; e-mails, journaux d’appels et captures d’écran de textes et de données GPS que la femme a partagés en temps réel avec un avocat.

Née de parents turcs, la femme a quitté la France en 2013 pour poursuivre des études de premier cycle en Turquie. En avril 2018, elle et son mari faisaient désormais partie des dizaines d’étudiants arrêtés et accusés d’appartenir à la « Fethullahist Terror Organization » ou FETO. Le couple nie toutes les accusations.

À ce moment-là, la Turquie avait lancé une répression massive contre les partisans du prédicateur musulman basé aux États-Unis Fethullah Gulen, à la suite d’un coup d’État militaire manqué en 2016. Le gouvernement a qualifié le réseau d’organisation terroriste et a condamné près de 5 000 personnes à des peines de prison, selon le rapport. . Agence Anadolu gérée par l’État.

La Française a été détenue pendant 11 jours mais a été libérée sur parole. Quelques mois plus tard, il a été condamné à plus de six ans de prison et il a fait appel. En juin de l’année dernière, la peine de prison de son mari a été confirmée par la Cour suprême. Ils décident finalement de s’enfuir, vendant les bijoux de la famille pour payer des passeurs pour se rendre en Grèce.

La famille de la femme pensait qu’une fois qu’elle aurait mis les pieds en Grèce, un pays de l’UE et une partie de l’espace Schengen, la zone de voyage sans visa de l’Europe, elle serait en sécurité. Alors que le couple traversait la frontière orientale de la Grèce le matin du 19 octobre 2021, la famille attendait avec impatience des nouvelles de leur domicile à 90 km de Paris. Ils ont suivi les mouvements de la femme sur une application de localisation en temps réel.

A 09h38, la femme a envoyé un SMS sur WhatsApp : « Nous avons obtenu notre diplôme. »

Sa famille a ensuite contacté les autorités françaises et grecques, affirmant que le couple avait besoin d’aide.

« Ils sont victimes de persécutions par le gouvernement turc actuel », lit-on dans leur e-mail, qu’ils ont suivi d’un appel téléphonique. « Nous sommes TRES TRES inquiets pour eux ! »

Peu de temps après, des responsables grecs ont arrêté le couple, selon le procès. Après avoir présenté leur carte d’identité française, une copie de leur passeport français et un livret de famille français prouvant leur mariage, les agents leur ont demandé de s’agenouiller. Ils ont ensuite pris le téléphone, la banque d’alimentation, les vêtements et la nourriture de leur partenaire et ont coupé leurs lacets, selon le communiqué.

La femme a déclaré qu’ils avaient été emmenés à l’arrière d’un camion dans une « boîte fermée » à l’intérieur d’une zone fermée et qu’ils y avaient été gardés pendant des heures avec d’autres migrants, certains d’Afghanistan pieds nus. Il dit que l’officier a giflé l’un d’eux.

Pendant ce temps, en France, sa famille a perdu le contact avec lui et s’inquiète de plus en plus. Ses frères se sont précipités pour appeler et envoyer des courriels aux autorités grecques et françaises.

Après avoir fait part de leur inquiétude quant au retour de leur sœur en Turquie, un fonctionnaire de l’ambassade de Grèce à Paris a envoyé un SMS en français : « Puisqu’elle a un passeport français, pas de problème (…) Détendez-vous. Il n’y a aucun danger en Grèce. »

L’homme a confirmé à l’AP qu’il avait été en contact avec la famille de la femme mais a déclaré qu’il n’était pas autorisé à parler à la presse. Une demande de commentaires à l’ambassade de Grèce à Paris est restée sans réponse. La famille de la femme a déclaré avoir également échangé plusieurs appels téléphoniques avec le consulat de France à Thessalonique et envoyé un e-mail avec le dernier lieu connu de la femme et une copie de son passeport.

Après avoir été détenus pendant plusieurs heures, les migrants ont été parqués dans un camion et emmenés sur la rivière Evros, a déclaré la femme. On leur a dit de monter dans des canots pneumatiques sans gilets de sauvetage.

« Nous n’avons cessé de les supplier de ne pas nous renvoyer, en leur expliquant que j’étais français et que nous étions persécutés en Turquie », a-t-il déclaré dans son communiqué.

Il a parlé aux fonctionnaires en français et en anglais, mais en vain. Ils ont été attrapés par des soldats turcs de l’autre côté et emmenés au poste de police, a-t-il dit. Le lendemain, ils étaient en prison.

« Nous sommes vraiment déçus des autorités grecques », a déclaré sa sœur à l’AP à Paris, demandant à rester anonyme pour protéger sa sécurité. « Nous ne pensons pas qu’ils vont renvoyer les personnes persécutées aux persécuteurs. »

« Nous sommes également déçus par les autorités françaises que nous avons été laissés de côté », a-t-il déclaré.

Depuis lors, a-t-il dit, sa famille a écrit d’innombrables lettres aux législateurs et fonctionnaires français et européens, et même au président français Emmanuel Macron, demandant de l’aide. Le ministère français de l’Europe et des Affaires étrangères a déclaré à l’AP dans un communiqué écrit que des responsables à Paris, en Grèce et en Turquie « ont maintenu des relations étroites avec la famille (de la femme) depuis qu’ils ont été informés de la situation ».

Ils ont déclaré qu’ils sollicitaient également des visites consulaires pour les femmes incarcérées en Turquie. Là, dit-il à sa sœur, il avait été déshabillé trois fois pour la perquisition. Dans la première prison où il a été emmené, a-t-il dit, il partageait une cellule avec des souris.

Catherine Briddick, maître de conférences en droits humains internationaux et droit des réfugiés à l’Université d’Oxford, a déclaré que le cas de la femme « montre l’absurdité de Fort Europe ».

« (Cela) devrait donner aux Européens du monde entier une pause pour réfléchir à ce que cette politique nous fait, ainsi qu’aux personnes que nous essayons d’éviter », a-t-il déclaré.

Omer Shatz, avocate représentant les femmes françaises aux côtés de Violeta Moreno-Lax et Francesco Gatta, affirme que leur client est victime d’une discrimination raciale croissante aux frontières européennes.

« Il les a en fait suppliés, leur a montré sa carte d’identité (française) et ses documents de voyage, mais a été ignoré », a déclaré Shatz, directeur juridique de Front-Lex, qui s’oppose aux politiques migratoires de l’UE. « Pourquoi ? A cause de son apparence. Peut-être musulman, peut-être ressemblant à un réfugié, peut-être pas blanc. »

La migration a été placée au centre de la campagne présidentielle française, Macron et ses opposants d’extrême droite prenant une position de plus en plus ferme contre les passages irréguliers. Les pays européens ont dépensé des milliards de dollars en technologie de surveillance à leurs frontières, malgré les allégations croissantes de violations des droits de l’homme.

Un porte-parole de la Commission européenne a déclaré qu’elle n’avait pas commenté la procédure judiciaire en cours mais qu’elle était « préoccupée par les informations faisant état de déni et de mauvais traitements… Une gestion efficace des frontières doit être fermement ancrée dans le respect de la dignité humaine et du principe de non-refoulement. La famille de la Française a déclaré avoir reçu une réponse similaire à la lettre qu’elle avait envoyée à la commission.

« L’Union européenne, malheureusement, a déclaré que la Grèce était le bouclier de l’Europe… elle libère les autorités grecques de nombreuses contraintes », a déclaré François Crépeau, professeur à l’Université McGill au Canada et ancien rapporteur spécial des Nations Unies sur les droits des migrants. Alors que publiquement de nombreux responsables européens condamneraient le refoulement comme illégal, il a déclaré : « En fait, ils sont plutôt heureux que la Grèce fasse le sale boulot pour quelqu’un d’autre.

__

Les journalistes AP Theodora Tongas à Athènes, en Grèce et Elaine Ganley à Paris, ont contribué à ce rapport.

___

Suivez la couverture mondiale de la migration AP sur https://apnews.com/hub/migration

Fernand Lefèvre

"Résolveur de problèmes typique. Sujet à des crises d'apathie. Mélomane primé. Nerd de l'alcool. Aficionado de zombies."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.