D’archives, 2004 : Dji-où ? Les troupes américaines s’adaptent à la vie dans un pays méconnu

Plus de 1 000 militaires vivent au Camp Lemonier près de la ville de Djibouti, à Djibouti, en janvier 2004. (Kendra Helmer/Stars and Stripes)

Cet article est paru pour la première fois dans le numéro de Stars and Stripes Europe du 10 février 2004. Cet article est republié sans modification dans sa forme originale.

CAMP LEMONIER, Djibouti – Lorsque l’ordre est venu de servir à Djibouti, de nombreux soldats se sont emparés de l’atlas.

Certains des plus de 1 000 soldats du camp Lemonier ont déclaré qu’ils n’avaient aucune idée de l’endroit où se trouvait Djibouti, et encore moins de ce à quoi s’attendre là-bas.

« Pour ce qui est d’être un champ et d’être une zone de déploiement avancé, vous ne pouvez pas faire mieux que cela », a déclaré le sergent d’état-major de la Marine. James Newton, 40 ans, de Chicago, a fait écho aux sentiments de beaucoup d’autres au poste de 88 acres qui a également été déployé en Irak.

Contrairement à l’Irak, les troupes de ce pays d’Afrique de l’Est ne sont pas attaquées. Et bien que les restrictions à la liberté variaient par mesure de précaution, il n’y avait donc pas de modèle quant au moment où les troupes seraient en ville, beaucoup dînaient, faisaient du shopping ou faisaient la fête à l’extérieur de l’avant-poste.

Le camp propose des divertissements dans le bâtiment de loisirs qui comprend des canapés confortables, des téléviseurs grand écran, des jeux vidéo, des tables de billard et un baby-foot. Il y a une salle de sport de la taille d’un terrain de football et un terrain de basket. Un échange de base de la taille d’un dépanneur vendant des t-shirts, des CD et de la malbouffe. La nuit, plusieurs dizaines de soldats boivent de la bière à The Cantina, le bar du camp qui propose également des soirées karaoké.

Un joli panneau à l'extérieur de l'une des tentes du Camp Lemonier avertit les gens de rester à l'écart de l'herbe qui n'est pas là.  Le seul objet vert trouvé dans le complexe de 88 acres était une tente.

Un joli panneau à l’extérieur de l’une des tentes du Camp Lemonier avertit les gens de rester à l’écart de l’herbe qui n’est pas là. Le seul objet vert trouvé dans le complexe de 88 acres était une tente. (Kendra Helmer/Stars and Lines)

Marine Spear Caporal Jon Maines, 21 ans, avant de Crofton, Md., joue au football au Camp Lemonier près de la ville de Djibouti, Djibouti.  L'espace de divertissement de ce camp de 88 acres comprend également une table de billard, des jeux vidéo, un bar et une centrale Internet et téléphonique.

Marine Spear Caporal Jon Maines, 21 ans, avant de Crofton, Md., joue au football au Camp Lemonier près de la ville de Djibouti, Djibouti. L’espace de divertissement de ce camp de 88 acres comprend également une table de billard, des jeux vidéo, un bar et une centrale Internet et téléphonique. (Kendra Helmer/Stars and Lines)

Un chemin de terre traverse une centaine de tentes climatisées, dont certaines sont décorées de lumières de Noël. L’un des panneaux du chapiteau, « Gardez l’herbe », plaisante sur l’existence du désert.

Même s’il n’y avait que de la terre, du béton et du gravier sur les poteaux, c’était un spectacle coloré derrière les barbelés.

Dans la ville de Djibouti, qui abrite les deux tiers des 600 000 habitants du pays, des femmes vêtues de robes colorées couraient avec des chèvres sous leurs bras. Les rues sont jonchées, mais la ville possède des marchés animés, des restaurants en plein air et une architecture qui témoignent de son histoire en tant que colonie française. La nuit, des dizaines de restaurants, clubs et pubs regorgent de locaux, de soldats américains et français et de quelques prostituées.

Alors que certaines troupes n’ont pas encore quitté le poste, d’autres font régulièrement des excursions à terre et en bateau et visitent le lac Assal, un grand lac salé entouré de volcans. Les véhicules qui passent à toute allure devant des plages désertes aux eaux cristallines doivent souvent succomber aux chameaux et aux chèvres et parfois aux babouins.

Certaines unités n’autorisent pas leurs troupes à quitter leur poste, sauf pour des événements parrainés par la morale, le bien-être et les loisirs, ou pour des voyages de bonne volonté tels que des visites d’orphelinats. Certaines équipes jouent au baseball avec des orphelins locaux chaque semaine, et d’autres nourrissent les enfants dans un orphelinat pour nourrissons.

Le lieutenant de marine Cedric West, 29 ans, infirmier de Savannah, Géorgie, joue au basket-ball au coucher du soleil au Camp Lemonier près de la ville de Djibouti, Djibouti.

Le lieutenant de marine Cedric West, 29 ans, infirmier de Savannah, Géorgie, joue au basket-ball au coucher du soleil au Camp Lemonier près de la ville de Djibouti, Djibouti. (Kendra Helmer/Stars and Lines)

Le sergent d'état-major Arthur Dodds, 35 ans, un réserviste de Hopedale, Ohio, distribue de l'eau aux enfants djiboutiens dans une rue près de la ville de Djibouti qu'il aide à réparer.  Les membres des services américains en poste au Camp Lemonier à Djibouti disent qu'ils espèrent que de tels projets d'affaires civiles donneront aux Djiboutiens une bonne impression des Américains et les rendront moins susceptibles de soutenir les terroristes dans la Corne de l'Afrique.

Le sergent d’état-major Arthur Dodds, 35 ans, un réserviste de Hopedale, Ohio, distribue de l’eau aux enfants djiboutiens dans une rue près de la ville de Djibouti qu’il aide à réparer. Les membres des services américains en poste au Camp Lemonier à Djibouti disent qu’ils espèrent que de tels projets d’affaires civiles donneront aux Djiboutiens une bonne impression des Américains et les rendront moins susceptibles de soutenir les terroristes dans la Corne de l’Afrique. (Kendra Helmer/Stars and Lines)

Marines avec la Compagnie I, 3e Bataillon, 2e Régiment de Marines, 2e Division de Marines de Camp LeJeune, NC, prenant une courte pause de travail au Camp Lemonier près de la ville de Djibouti, Djibouti.

Marines avec la Compagnie I, 3e Bataillon, 2e Régiment de Marines, 2e Division de Marines de Camp LeJeune, NC, prenant une courte pause de travail au Camp Lemonier près de la ville de Djibouti, Djibouti. (Kendra Helmer/Stars and Lines)

Amusement et jeux avec le nom Djibouti

L’équipe a déclaré que le comédien Robin Williams s’amusait à crier le nom du pays (prononcé « Ja-boo-tee ») lors de sa visite.

Ceux qui ont cherché sans succès des t-shirts qui se moquent du nom du pays partagent quelques dictons qu’ils aimeraient voir sur le t-shirt : « le plus long appel au butin de l’histoire » et « embrasse mon Djibouti », pour n’en nommer que quelques-uns. .

Une autre chanson, chantée sur l’air de « Welcome to the Jungle » de Guns N’ Roses, fait allusion à la chaleur de plus de 130 degrés de l’été : « Vous savez où vous êtes ? Toi dans le butin, bébé, tu vas frire. ”

Éloise Leandres

"Explorateur hardcore. Fanatique de la musique hipster. Érudit du café maléfique. Fervent défenseur de la télévision."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.