Critique d’Angry Annie : un drame français très féministe sur l’avortement

La mode, les tissus et les papiers peints à motifs croisés des années 1970 abondent dans « Angry Annie », une pièce d’époque française pratique peinte en vert avocat et orange Le Creuset, avec des accessoires tricotés à la main pour faire bonne mesure. Est-ce que le reste du ravissant drame sur l’avortement de Blandine Lenoir semble si démodé. En revanche, l’année où le renversement de Roe v. Wade signale un pas en arrière majeur dans la lutte collective pour les droits reproductifs des femmes, l’histoire de femmes se rassemblant pour affirmer l’autonomie de leur corps à l’ère de la révolution sexuelle semble trop opportune : non seulement un rappel convaincant de la façon dont les choses sont, mais des avertissements sur la façon dont ils peuvent être.

Un ton lumineux et plein d’espoir, et soutenu par la performance généralement agréable de la récente lauréate des César Laure Calamy (« Call My Agent ») en tant qu’épouse et mère douce conduite par le mouvement des femmes clandestines, c’est un récit moins approfondi et préféré par plusieurs. Une histoire des droits à l’avortement en France plutôt que le célèbre « Happening » d’Audrey Diwan – qui se déroule une décennie plus tôt que le film de Lenoir, avant que de nombreuses communautés autour de la cause ne se soient clairement formées. Mais ce n’est pas non plus un lob mou, impressionnant par ses vues inclusives et observatrices sur la façon dont les lois sur l’avortement affectent les femmes (et les hommes) à travers différents âges, positions sociales et situations domestiques, et plaidant pour une collaboration continue pour les défendre et les faire respecter.

Ton et narration, « Angry Annie » est plus proche dans l’esprit de « Call Jane » qui a été créée à Sundance cette année, son angle fictif sur le Mouvement français pour la liberté de l’avortement et de la contraception (MLAC) qui se déroule un peu comme le scénariste-réalisateur Phyllis Nagy. . face au Jane Collective qui est comparable à l’Amérique. Ces points parallèles largement reconnaissables aideront le film réalisé avec amour et le jeu sincère de Lenoir à attirer des distributeurs mondiaux après sa première à l’exposition Piazza Grande Locarno. (Certains voudront peut-être reconsidérer le titre anglais légèrement comique, qui ne reflète pas tout à fait l’orientation générale et les perspectives du film.) La société française Diaphana Films sortira le film au niveau national fin novembre.

La carte de titre d’introduction détaille la fondation en 1973 du MLAC, un mouvement visant à aider les femmes à avorter illégalement en toute sécurité et à accéder au contrôle des naissances, avec des sections locales à travers le pays composées principalement de femmes bénévoles et assistées par des médecins à l’esprit libéral, dont beaucoup sont Hommes. Mère de deux enfants bien élevée, Annie (Calamy) n’aime pas l’activisme, évitant même les réunions sur les droits des travailleurs à l’usine de matelas d’une petite ville où elle fait un travail sans intérêt : « Je n’aime rien de tout cela. des trucs politiques », dit-elle, et son mari aimant mais sans imagination, Philippe (Yannick Choirat) adore ça.

Cependant, lorsqu’elle est tombée enceinte d’un troisième enfant non désiré, elle a été forcée de considérer son corps comme un espace politique. Assistant timidement à une réunion secrète du MLAC et subissant un avortement réussi, pour la plupart indolore, selon la méthode Karman , elle est frappée par la camaraderie et la croyance des femmes du groupe, tandis que son esprit est ouvert aux théories féministes de la découverte du corps et de l’orgasme féminin. Avant longtemps, elle faisait du bénévolat avec elles, parlait à d’autres femmes à travers ses sentiments inculqués par le patriarcat et la honte et la culpabilité qu’elle avait autrefois pour elle-même, et ressentait un nouvel appel dans la vie – avec une inquiétude croissante de Philippe, qui pourrait soutenir les bonnes femmes voter, mais sont moins intéressés quand cela bouleverse les hiérarchies familiales établies de longue date.

L’objectif, bien sûr, est de garantir le droit légal à l’avortement, mais « Angry Annie » s’avère plus convaincante et émotionnellement nuancée lorsque cette victoire se fait au détriment de la validation et de l’appropriation que les femmes comme Annie trouvent dans des groupes comme le MLAC. « Ils n’auraient pas la solidarité que nous avons », marmonne-t-il, arguant que les avortements légaux pratiqués en clinique seraient marqués de respect mais pas de « tendresse », tandis que d’autres craignent que la légalisation des avortements n’aide pas beaucoup de femmes dans le besoin si la procédure est fait. . non couverts par la santé nationale. Même les hommes médecins d’extrême droite ont abandonné les convictions féministes du MLAC au profit d’un mouvement politique plus large. (« Vous ne comprenez pas », a osé expliquer quelqu’un à une femme qui s’interrogeait sur leur approche optimiste de l’activisme.) Le scénario de Lenoir et Axelle Ropert peut pencher vers le progrès et l’amélioration, mais ce n’est pas sans épines : il y a ici une considération agréable à les conditions et la complexité du changement. .

La chaleur et la bonne humeur de la performance de Calamy empêchent « Angry Annie » de se sentir comme un débat dramatisé à de tels moments. Même dans sa forme la plus didactique, le film semble rempli de personnages crédibles et compliqués plutôt que d’études de cas pratiques. Une scène particulièrement émouvante voit une femme, arguant qu’elle n’a ni les moyens ni l’énergie pour un septième enfant, se débattre avec ses propres doutes moraux alors qu’elle subit l’intervention : « Je n’ai pas le droit, mais je suis trop fatiguée, crie-t-elle . Pour d’autres, comme l’adolescent nerveux apaisé par la tutelle d’Annie, c’était l’occasion de commencer sa vie d’adulte à ses propres conditions ; dans un autre, une jeune femme recule après avoir réalisé que son mari veut un licenciement plus que lui. Il n’y a pas d’histoire unique dans ce film ouvert et empathique : le choix est un facteur commun qui différencie les droits dans la vie de différentes manières. Cela semble assez clair, cependant, avec les législateurs et les militants qui relancent cette bataille un demi-siècle plus tard, il semble qu’elle soit sur le point de se répéter.

Jacques Fontaine

"Fanatique de la musique amateur. Ninja de l'alcool. Troublemaker sans vergogne. Passionné de nourriture. Introverti extrême. Nerd du voyage certifié."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.