« Crise ukrainienne » .. La France annonce l’évacuation et refuse la demande russe

La France, la Turquie et la Grèce ont annoncé qu’elles mèneraient une opération humanitaire pour évacuer dans les prochains jours la ville assiégée de Marioupol dans le sud de l’Ukraine.

« Ensemble, nous allons lancer, avec la Turquie et la Grèce, une opération humanitaire pour évacuer tous ceux qui souhaitent quitter Marioupol », a déclaré le président français Emmanuel Macron à l’issue d’un sommet européen à Bruxelles.

« Dans 48 à 72 heures, j’aurai une nouvelle conversation avec le président russe Vladimir Poutine pour bien expliquer les détails et sécuriser les arrangements », a ajouté le président français.

Le président français a exprimé l’espoir qu’un maximum d’acteurs soient impliqués dans ce processus, soulignant qu’il était « possible » de procéder à une évacuation « dans les prochains jours ».

Macron a révélé que « l’équipe de l’Elysée » s’était entretenue vendredi avec le maire de Marioupol, « une ville de plus de 400.000 habitants et dont la population actuelle ne dépasse pas 150.000 personnes » vivant dans des « conditions tragiques ».

Plus de 2 000 civils sont morts à Marioupol, selon le dernier bilan annoncé par le gouvernement de la ville, tandis que le président ukrainien Volodymyr Zelensky a déclaré qu’environ 100 000 personnes étaient toujours piégées dans la ville côtière stratégique de la mer d’Azov, qui est assiégée par Russie. troupes.

Macron a estimé que demander au président russe de payer les livraisons de gaz à l’UE en roubles et non en dollars ou en euros était « impossible » et « non réglementé dans le contrat ».

Répondant à une question adressée au sommet européen de Bruxelles au sujet de la déclaration publiée par Moscou mercredi, Macron a déclaré que la demande de la Russie « n’est pas conforme à ce qui a été signé, et je ne vois aucune raison de la mettre en œuvre ».

« Nous poursuivons notre travail d’analyse », a ajouté Macron, mais « tous les textes signés sont clairs : c’est interdit. Donc les opérateurs européens qui achètent du gaz et sont sur le sol européen doivent payer en euros ».

Macron a souligné qu' »il est impossible de faire ce qui est demandé, ce qui n’est pas prévu dans le contrat ».

Pendant ce temps, l’Allemagne, préoccupée par les achats de gaz de la Russie, a critiqué mercredi la « rupture de contrat » ​​de Poutine, qui a donné une semaine à son gouvernement pour préparer un nouveau système de paiement en roubles.

L’Allemagne est fortement dépendante du gaz russe, qui représente environ 55 % de ses importations totales de gaz.

Malgré les attaques ukrainiennes, le gaz russe continue d’affluer vers l’Union européenne, qui refuse de l’interdire. Mais les pays européens se sont engagés à accélérer la réduction de leur dépendance au gaz russe.

Cela survient alors que le Wall Street Journal rapporte que l’administration du président américain Joe Biden se prépare à imposer des sanctions aux entreprises russes qui, selon elle, fournissent des biens et des services aux services de renseignement et militaires à Moscou.

Le journal, citant des responsables américains, a déclaré que les sanctions du Trésor américain pourraient être annoncées dans quelques jours, tandis que le Trésor américain a refusé de commenter le rapport.

Selon le journal, la plupart des entreprises susceptibles d’être soumises aux sanctions signalées figuraient auparavant sur la liste américaine interdisant les exportations de technologies sensibles dans ce pays.

Le rapport indique que les sanctions prescrites n’interdisent pas toutes les transactions commerciales de ces sociétés.

Dans le même contexte, 134 réfugiés ukrainiens, sur les 2 500 que le gouvernement allemand a promis d’accueillir de Moldavie, sont arrivés vendredi en Allemagne dans le cadre d’un plan européen plus large visant à aider l’Ukraine voisine à prendre en charge ceux qui fuient les incursions russes.

Le gouvernement de la Moldavie, l’un des pays les plus pauvres et les plus petits d’Europe, a appelé à l’aide alors que des centaines de milliers de réfugiés ukrainiens arrivaient, épuisant des infrastructures vitales.

La ministre allemande des Affaires étrangères, Annalina Birbock, a promis d’accueillir des réfugiés lors d’une visite en Moldavie il y a deux semaines, et était aujourd’hui à l’aéroport de Francfort pour recevoir le premier lot.

Lancelot Bonnay

"Érudit primé au bacon. Organisateur. Fanatique dévoué des médias sociaux. Passionné de café hardcore."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.