Crimes nucléaires coloniaux en Algérie. Quel est le document du rapport français ? | nouvelles politiques

Algérie- A l’heure où l’empire colonial français subit les coups de la révolution de libération algérienne il y a 62 ans, Paris inscrit son nom dans le « club nucléaire » en faisant exploser sa première bombe atomique le 13 février 1960, sous le nom de gerboise bleue, dans le grand désert d’Algérie.

Un membre du Centre de recherche nucléaire, Ammar Mansouri, a confirmé que la France a utilisé le désert de son pays à partir de cette date jusqu’au 16 février 1966 comme site de 57 explosions et essais nucléaires.

Des expériences sur le site du laboratoire français d’énergie atomique, qu’ils ont abandonné en 1967 et basé dans le désert algérien, ont fait de nouvelles victimes civiles et militaires algériennes, en plus des victimes d’une période de bombardements parmi les ouvriers, indigènes et nomades algériens. . , ainsi que les Algériens qui ont servi de laboratoires expérimentaux, note le chercheur Mansouri. Veer, le premier numéro de la revue scientifique « Les sources de l’histoire contemporaine de l’Algérie », est paru en 2019.

L’ancien ministre algérien des Affaires étrangères, Sabri Boukadoum, a révélé que cette explosion nucléaire équivalait à quatre fois l’attentat d’Hiroshima au Japon. Le bilan algérien de cette expérience s’élève à au moins 30 000 morts, après avoir contracté la maladie causée par l’exposition à la radioactivité, selon l’agence de presse officielle.

Chengriha exige que la France remette une carte topographique de la zone d’enfouissement des déchets radioactifs non découverts d’Algérie (Al-Jazeera)

Carte et compensation

Lors de sa rencontre avec son homologue français, François Lecointre, en avril dernier, le chef d’état-major de l’armée algérienne, le général de corps d’armée Saïd Chanegriha, avait revendiqué la réhabilitation de l’ancien site d’essais nucléaires français. Il a souligné la nécessité pour l’Algérie de soumettre des cartes topographiques pour déterminer les zones d’enfouissement des déchets polluants, radioactifs ou chimiques qui n’ont pas été découverts à ce jour.

C’est la même demande qui a été répétée début juin par le président Abdelmadjid Tebboune dans une interview au journal français Le Point.

Cependant, l’ancien ministre moudjahidine Tayeb Zitouni a déclaré plus tard que Paris avait refusé de soumettre cette carte topographique à son pays, soulignant que cette question est « la plus sensible des dossiers de mémoire (entre la France et l’Algérie), et nécessite une action pratique urgente pour être résolue ».

Le Parlement français avait précédemment adopté le 5 janvier 2010 la loi dite « Moran » pour reconnaître et indemniser les victimes de l’essai nucléaire français, auquel environ 150 000 personnes, militaires et civils, ont participé.

Reconnaissance du Parlement et de l’Armée

Quant à l’effet de l’expérience, selon ce que le rapport du Sénat français a publié sur son site officiel, l’expérience « Surface Blue Gerboise » avait une puissance de 70 kilotonnes utilisant du plutonium, et elle a provoqué des retombées radioactives dans l’est de la région de Reggane . dans le désert algérien, puis une rotation de nuage nucléaire qui s’étend jusqu’à N’Djamena et d’autres capitales africaines, avant son arrivée le huitième jour dans la ville d’Algérie.

Un spécialiste de l’histoire moderne et contemporaine, Dahmane Touati, a été consterné par le document du Parlement français décrivant l’explosion nucléaire comme une expérience réussie et son affirmation selon laquelle il n’y avait pas d’habitants dans la région à l’époque.

Toati a expliqué dans une déclaration à Al Jazeera Net qu’une carte des attentats à la bombe publiée par l’armée française en 2014, sous l’influence des poursuites judiciaires contre les travailleurs français concernés, contredit les rapports parlementaires.

Des spécialistes de l’histoire affirment que la pollution nucléaire française a atteint le sud de l’Espagne, selon le ministère français de la Défense, alors que la loi « Moran » ne reconnaît l’indemnisation qu’à ceux qui prouvent leur présence dans la « zone noire ».

Touati s’est demandé : pourquoi la France a-t-elle réduit la charge utile de la deuxième explosion nucléaire de surface de 70 à 5 kilotonnes et l’a-t-elle transférée de la surface vers le sol ? Justifiez cela avec des mesures de négligence et de pollution dans la première expérience.

Les historiens algériens ont confirmé l’occurrence d’une fuite radioactive importante et dangereuse dans l’expérience « Birley » sur le mont Arak dans la zone ciblée, en raison de la propagation de ses nuages ​​​​qui ont touché les humains, les animaux et l’environnement, ce qui a provoqué des responsables de l’aviation française avant qu’ils ne soient immédiatement débarrassé des fortes doses.

peur du crime

En revanche, l’historien Amer Rakhila estime que les différences de classes politiques en France ont empêché d’aborder une décision définitive sur sa position officielle sur le dossier de l’explosion nucléaire et des problèmes de mémoire en général avec les Algériens.

Rakhila a déclaré à Al Jazeera Net que la remise des cartes de bombardement à l’Algérie et la purification des tranchées d’équipements, d’équipements et de matières radioactives enfouies dans les profondeurs, révéleraient l’étendue des crimes en cours contre les êtres vivants, conduisant à une réfutation française. accusations de procès.

Il a expliqué que la loi « Moran » exclut pratiquement les Algériens en faisant reposer la charge de la preuve des dommages scientifiquement et médicalement sur les épaules des victimes des bombardements, par le dépôt de dossiers privés.

S’il y a une volonté des autorités françaises pour que les victimes algériennes bénéficient d’une indemnisation, elles négocieront avec les agences gouvernementales pour finaliser la procédure, et ouvriront un bureau en Algérie pour mettre en œuvre les mesures prévues par la loi, comme le croit Rakhila.

traquer la france

D’autre part, le conseiller juridique international Kamel Filali a appelé l’Algérie à s’appuyer sur le droit international humanitaire et les conventions relatives aux droits de l’homme pour poursuivre la France pour ses crimes nucléaires.

Il a expliqué que 4 conventions internationales (Convention de Genève du 12 août 1949) préviennent les violations du droit à la vie et d’autres droits en temps de guerre et de paix. Le droit international interdit également aux États coloniaux de commettre des actes irresponsables et criminels contre les peuples autochtones.

Il a pointé la possibilité de s’appuyer sur la Convention européenne de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés (1950) et d’autres textes dans le cadre des Nations unies pour rattraper la France.

Des experts de l’ONU ont souligné, dans une déclaration à Al-Jazeera Net, que la France n’avait pas ratifié le 5 août 1963, à Moscou, un traité relatif à une interdiction partielle des essais nucléaires aériens et sous-marins, et n’avait pas signé auparavant cette déclaration de suspension des essais nucléaires en 1958.

Filali, qui est également ancien vice-président de la Commission de l’Union africaine sur le droit international, a considéré la loi « Moran » comme une discrimination flagrante entre les victimes en acceptant une indemnisation des militaires français en échange du déracinement des Algériens.

Il a conclu que la seule façon de traiter les questions soulevées était de déposer une plainte auprès de la Cour internationale de justice, qui ne traite que des différends entre États.

Il a souligné la nécessité de poursuivre les efforts de la « commission mixte Algérie-France », qui a débuté ses travaux en 2008, avec la nécessité d’intensifier les recherches sur le dossier.

Fernand Lefèvre

"Résolveur de problèmes typique. Sujet à des crises d'apathie. Mélomane primé. Nerd de l'alcool. Aficionado de zombies."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.