Création d’une réserve naturelle nationale pour protéger les glaciers près de la capitale du Chili

Publié dans:

Titres du bulletin scientifique du jour : – Création d’une réserve naturelle nationale pour protéger les glaciers près de la capitale du Chili – Cent nouvelles espèces animales découvertes en Birmanie en dix ans – Découverte dans le sud-ouest de la France d’une grotte funéraire habitée à l’âge du bronze

Pour protéger 368 glaciers touchés par le réchauffement climatique, le président chilien Sebastián Piñera a annoncé la création d’un parc national de 75 000 hectares dans la région montagneuse de Santiago.

Le Chili est l’un des dix pays ayant la plus grande masse de glaciers au monde, avec le Canada, les États-Unis, la Chine et la Russie. Compte tenu des dangers du réchauffement climatique et de la fonte accélérée des glaciers dans le monde, la décision de créer une réserve nationale de glaciers à 60 kilomètres de la capitale chilienne dans les Andes vise à protéger l’énorme richesse en eau qui stocke 32 fois plus. l’eau du réservoir du lac El Dam Yeso alimente en eau Santiago.

En protégeant 368 glaciers, le gouvernement chilien vise à protéger environ 46 % de la superficie des glaciers de la zone métropolitaine. Cette zone du glacier contient 56% de l’eau stockée dans le glacier.

Outre la volonté du Chili de lutter contre la destruction de la nature et la fonte des glaciers, le Chili tente également de lutter contre la sécheresse dont il souffre depuis 13 ans. L’eau de fonte des glaciers est une ressource précieuse pour les besoins des habitants de Santiago, où vivent plus de 7 millions des 18 millions d’habitants du Chili.

Signe de la biodiversité «étonnante» de la Birmanie, les biologistes ont dénombré au moins 100 nouvelles espèces animales tout au long de l’expédition. Qu’est-ce qui ressort le plus de cet animal récemment découvert en Birmanie ?

Comme l’a déclaré l’ONG Fauna and Flora International, la Birmanie embrasse une richesse vitale dont la plupart des pays ne peuvent que rêver. Les forêts de Birmanie abritent certaines des espèces sauvages les plus fascinantes de l’Asie du Sud-Est continentale.

En 2010, l’étonnante séquence de nouveaux animaux découverts en Birmanie a commencé avec le singe Stryker au nez retroussé, un petit singe noir connu sous le nom de « singe qui éternue ». Parmi les animaux nouvellement dénombrés en Birmanie, on cite les crabes cavernicoles et les escargots carnivores. On trouve également en Birmanie 17 espèces de moules, qui vivent en eau douce. De plus, les scientifiques ont identifié 37 espèces différentes de gecko, un lézard qui vit dans les formations karstiques de l’est du Myanmar, dont beaucoup sont très isolées et n’ont été observées que sur une colline ou dans une grotte.

Au cours d’une expédition de deux semaines, les scientifiques ont identifié 15 nouvelles espèces animales, soit en moyenne « une nouvelle espèce par jour », selon le biologiste Aung Lin.

Après une longue attente, des images de la grotte-tombe découverte en France en février 2021 ont été rendues publiques. Quoi de neuf ?

À 20 mètres sous terre, de belles grottes naturelles se trouvent dans les tombeaux troglodytes de la ville de Saint-Projet, dans le sud-ouest de la France.

À l’intérieur de cette vaste grotte d’une longueur de plus d’un kilomètre, les archéologues et les géologues ont jusqu’à présent trouvé des dizaines de crânes humains, mais le nombre de restes osseux trouvés sur le site suggère que beaucoup y ont été enterrés, conduisant à la découverte d’autres crânes. sur le site est très probable dans les mois à venir.

Suite aux travaux de recherche effectués jusqu’à présent par les géologues, les archéologues et l’histoire de l’évolution humaine, la grotte a été habitée pendant plus de mille ans à l’âge du bronze et est restée une habitation humaine jusqu’en 900 avant JC, comme en témoignent les motifs distincts des nombreuses céramiques. . trouvé sur le site. .

Compte tenu de la richesse et de l’immensité de la grotte, il sera nécessaire de constituer dans les mois à venir une équipe d’archéologie pluridisciplinaire pour étudier ce site fragile sans permettre aux touristes de déambuler à l’intérieur afin de préserver les dépôts calcaires pétrifiés, à savoir les stalagmites de la grotte. forme de triangle équilatéral que l’on trouve rarement sauf dans les roches dolomitiques. Les recherches sur cette grotte de la Charente française prendront probablement des années, voire des décennies.

Fernand Lefèvre

"Résolveur de problèmes typique. Sujet à des crises d'apathie. Mélomane primé. Nerd de l'alcool. Aficionado de zombies."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.