Comment regarder le Tour de France de loin

Mprofesseur edia aime diviser le divertissement en deux types. Le type « lean-forward » demande de l’attention et de la concentration : pensez aux polars, aux jeux vidéo ou compliqués, clignez des yeux et vous manquerez quelque chose d’important télévision des émissions comme « The Wire ». Le divertissement « lean », en revanche, est moins exigeant : le genre de chose que vous pouvez faire pendant votre temps libre.

Les sports télévisés peuvent également être classés dans une ou plusieurs de ces catégories. Le basket-ball, avec sa vitesse rapide de bout en bout et ses scores élevés, est un sport maigre. Le cricket – et en particulier la version d’essai de cinq jours du jeu – est un excellent exemple de jeu penché. Mais la dernière sauvegarde télévision Les compétitions sportives sont, bien sûr, d’excellentes randonnées cyclistes sur route.

Le plus grand de tous, le Tour de France, commence le 1er juillet. La course de cette année couvre 3 353 km, à peu près la même distance qu’entre la frontière canado-américaine et Mexico. Pour rester en tête de la compétition, les coureurs doivent parcourir une distance moyenne d’environ 40 km/h, jour après jour, sur des routes de campagne, sur des routes de montagne palpitantes et même sur des sections rocheuses glissantes et effrayantes, dans le festival de la souffrance. pendant longtemps, trois semaines.

La meilleure façon de vivre le Tour est d’être sur le bord de la route, avec un pique-nique (vin compris, bien sûr) au milieu des chuchotements de la radio, en discutant avec les autres badauds, avant qu’un défilé de camions n’arrive et que les automobilistes ne passent pour un bit. quelques secondes. Mais pour tout voir, le seul moyen est à l’écran et le sort du pilote n’a pas besoin d’être bien diffusé à la télévision. Il y a eu des moments dramatiques : qui pourrait oublier la foule qui a occupé la majeure partie du terrain au départ de la course de l’an dernier en se penchant à travers la foule avec une pancarte faite maison ? Cependant, personne ne peut échapper au fait que pendant que les concurrents halètent et transpirent, rien ne se passe, parfois pendant des heures. Pour profiter au maximum du Tour, et jouer ennui dans le plaisir, télévision le public doit s’appuyer.

Comme pour le test de cricket, les bons commentateurs gèrent la lenteur de l’action en commençant par de longues tangentes décousues. Bien fait, cela peut être intéressant. Les téléspectateurs britanniques de la tournée de l’année dernière ont eu droit à une discussion sur l’importance archéologique de certaines des peintures rupestres voisines, à des réflexions sur le style architectural des églises de campagne françaises et à une discussion sur les subtilités de la viticulture villageoise. Tandis que le cycliste se penchait sans relâche en avant, s’éloignant à grande vitesse département l’un après l’autre avec peu de chance de regarder autour d’eux, de bons commentaires peuvent conduire un spectateur allongé sur quelque chose qui se rapproche vraiment d’un tour de France. Aux beaux jours, la campagne est une star comme les cyclistes.

Et comme pour tout sport, plus vous y passerez de temps, plus vous apprécierez ses subtilités. Les cyclistes font du vélo en groupes serrés – le peloton – pour conserver leur énergie, tout comme les pilotes de voiture de course profitent de l’aspiration de leur adversaire. Protégés par le pilote devant, ceux du milieu peuvent s’en sortir avec beaucoup moins d’efforts qu’ils ne le feraient autrement, économisant ainsi beaucoup d’énergie précieuse. Ceux qui sont à l’avant subissent de plein fouet la résistance au vent et doivent travailler plus dur – mais aussi mieux contrôler le reste du peloton, entraver la progression de l’adversaire et réagir à ce qui les attend.

Être à l’avant place également le cycliste dans une bonne position pour les « attaques », où une ou plusieurs personnes tentent d’échapper à la foule. Parfois, il s’agit d’une véritable tentative de mettre une certaine distance entre les coureurs les plus forts et les plus faibles, ou de lancer un défi au leader de la course. Parfois, ce sont des tentatives ratées de personnes sans espoir qui veulent mettre les sponsors de leur équipe sous les projecteurs pendant quelques minutes. Vers la fin d’une étape, les membres de l’équipe peuvent se former devant le peloton, « diriger » un coureur spécial qui peut courir pour le terminer.

Dans un effort pour donner vie aux choses, Tour propose plusieurs façons pour les cyclistes de briller. Le maillot jaune revient au leader du classement général, le coureur qui a réalisé le meilleur temps dans toutes les étapes jusqu’à présent. Tadej Pogacar, prodige slovène et vainqueur en 2020 et 2021, est favori pour terminer la course en maillot jaune encore une fois. Mais d’autres cadeaux sont disponibles. Le maillot vert est porté par le coureur qui a accumulé le plus de points, qui peuvent être gagnés dans la partie désignée du sprint, souvent (mais pas toujours) vers la fin de l’étape.

Le maillot à pois est quant à lui revenu à « King of the Mountains », qui a fait de son mieux sur une partie très raide du parcours. Les ascensions sont notées sur une échelle de cinq points; Les sections raides portent la plupart des points. Et les maillots blancs sont portés par les meilleurs coureurs de moins de 26 ans. Lors de ses deux derniers matches, en plus de remporter la course au général, la domination de M. Pogacar était telle qu’il a également empoché les pois et le maillot blanc. Il y a même un prix pour la « combativité » – une mesure très subjective de qui roule le plus agressivement sur une étape donnée.

Le plus prisé de tous les observateurs penchés est le scénario global qui se déroule sur trois semaines de courses avant que le leader – selon la tradition, sans égal – roule le long des Champs-Élysées à Paris pour revendiquer la victoire. Les équipes changeront leur stratégie face au mauvais temps, aux blessures ou à d’autres performances des concurrents. Les coureurs sérieux au départ peuvent se contenter d’accumuler les victoires d’étapes ; les indésirables peuvent, par chance ou par ruse, se mettre en compétition.

Les drogues sont un sous-complot constant. L’ère des « héros » des années 1990 et 2000, lorsque le dopage était flagrant et que les coureurs escaladaient des montagnes comme sur des fusées, est révolue. Mais les rumeurs et les soupçons ne le sont pas. L’année dernière, une équipe, Bahrain Victorious, a vu sa chambre d’hôtel perquisitionnée au milieu du Tour par la police. Cette année, la police s’est présentée à la maison d’un membre de l’équipe juste avant le début de la course (aucune accusation n’avait été déposée au moment de la rédaction). L’opération Bloodletting, menée par la police autrichienne et allemande, a arrêté plusieurs conducteurs dopés au sang en 2019.

Donc, si vous voulez passer du temps par une chaude journée d’été, essayez Tours. Mettez-le sur le téléviseur en arrière-plan ou écoutez-le dans une fenêtre de navigateur en silence au travail. Embrassez l’étrangeté, gardez un œil sur le demi-drame à combustion lente, et vous pourriez même le considérer comme l’un des moments forts de l’été.

Jacques Fontaine

"Fanatique de la musique amateur. Ninja de l'alcool. Troublemaker sans vergogne. Passionné de nourriture. Introverti extrême. Nerd du voyage certifié."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.