Comment la politique environnementale de la France pourrait changer après les élections de ce week-end

« Une défaite pour le climat et l’environnement. »

C’est ainsi que Greenpeace a symbolisé le vote qui a placé Emmanuel Macron et Marine Le Pen en tête de l’élection présidentielle française.

On pourrait supposer que cela a dérangé les électeurs français qui ont déclaré dans un sondage que, à côté du coût de la vie, le changement climatique était l’une de leurs préoccupations les plus importantes.

Mais cette priorité ne s’est pas traduite dans les sondages où Yannick Jadot, le candidat des Verts français (EELV), n’a obtenu que 4,6 % des voix.

Alors maintenant qu’il n’y a plus que deux candidats, qu’adviendra-t-il du climat et de l’environnement en France ?

A seulement quatre jours de la course, retour sur la politique environnementale des candidats.

Quelle est la politique climatique du candidat présidentiel français ?

L’actuel président Macron et le candidat d’extrême droite Le Pen se sont tous deux engagés dans l’accord de Paris de 2015 à limiter le réchauffement climatique bien en dessous de 2 degrés, mais leur approche est différente – surtout à énergie.

En tant que deuxième économie européenne, l’orientation de la politique climatique de la France pourrait se répercuter dans toute l’UE, ce qui pourrait nuire aux objectifs climatiques.

Après avoir légèrement battu Le Pen au premier tour, Macron a cherché à gagner les électeurs de gauche dans les derniers jours de la campagne avec ce qu’il décrit comme « mise à jour complète» de sa politique climatique.

Il s’est engagé à construire jusqu’à 14 réacteurs nucléaires d’ici 2050 et à régénérer les centrales existantes. La France compte actuellement sur nucléaire l’électricité pour environ 67 % de son énergie et environ 6,7 % de la main-d’œuvre industrielle française est employée dans ce secteur.

Pendant ce temps, Le Pen construira 20 centrales nucléaires et visera à ce que l’énergie nucléaire fournisse 81% de l’énergie de la France d’ici 2050. Les 19% restants seront couverts par l’hydroélectricité, l’hydrogène, le solaire et la bioénergie.

Mais centrale nucléaire cher et prendre des années à compléter, donc les critiques disent qu’aucun des plans du candidat n’avance assez vite pour réduire les émissions.

Sur les énergies renouvelables, Macron s’est engagé à préparer 50 parc éolien en mermultiplier par 10 les panneaux solaires et nommer un nouveau ministre de l’énergie.

Contrairement à certains de ses homologues d’extrême droite aux États-Unis et ailleurs, le chef du Rassemblement national n’est pas un négateur du climat et, sur le papier, soutient les réductions d’émissions.

Cela dit, il était tout à fait contre énergie renouvelableappel éolienne « une horreur qui nous a coûté une fortune. » Il mettra fin à toutes les subventions aux secteurs de l’énergie solaire et éolienne, arrêtera davantage de constructions et démantèlera les turbines existantes.

Bien que l’énergie éolienne fournisse environ 8 % de l’électricité française et que les investissements mondiaux dans cette forme d’énergie aient augmenté de 50 % entre 2019 et 2020 seulement, selon le Global Wind Energy Council.

Critique de l’Union européenne, Le Pen a rejeté l’Union européenne Accord vertdit que c’était trop restrictif et qu’il préférait laisser « la France répondre » [the Paris Agreement] la manière qu’il choisit. »

Il encourage le « localisme » et souhaite que 80% de la nourriture des dîners scolaires français provienne de fermes françaises.

Le Pen a aussi promis de baisser la TVA le carburant de 20 % à seulement 5,5 %, faisant rapidement baisser le prix à la pompe. Lorsque Macron a tenté d’augmenter les taxes sur le carburant en 2018, des manifestations de « gilets jaunes » ont éclaté et l’ont forcé à démissionner.

Que disent les militants français pour le climat ?

Une analyse de la campagne électorale par le groupe d’activistes écologistes « The Issue of the Century » a révélé que seulement 5 % du temps de diffusion a été consacré à des discussions sur le climat.

Groupe d’experts intergouvernemental des Nations Unies sur l’évolution du climat (GIEC) a déclaré plus tôt ce mois-ci que le monde devait réduire de moitié ses émissions pour atteindre son objectif de limiter le réchauffement à 1,5 °C.

Macron n’a pas atteint cet objectif. L’année dernière, un tribunal français a conclu que le gouvernement coupable d’inaction climatiquea déclaré que ce n’était pas suffisant pour atteindre son objectif de réduction des gaz à effet de serre.

Le groupe climatique a déclaré que ni les politiques de Macron ni de Le Pen ne mettraient la France sur la voie du zéro émission nette.

Dans leur fil Twitter après le premier tour de scrutin, Greenpeace a écrit :

Le Climate Action Network (Réseau Action Climat), une union de 26 groupes de climat et de justice sociale, évalue toutes les propositions du candidat à la présidentielle sur le climat avant l’élection.

Cela a donné à Macron et Le Pen une note globale négative, affirmant que leurs plans ne respectaient pas les valeurs climatiques du réseau et ne réduiraient pas les émissions de manière adéquate.

Le rapport du réseau a décrit les plans de Macron comme « vagues, incomplets et imprécis », et ceux de Le Pen comme un « pas en arrière climatique ».

Charlotte Baudin

"Faiseur de troubles. Communicateur. Incapable de taper avec des gants de boxe. Défenseur typique du café."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.