Comment ‘Elden Ring’ a inspiré la série de jeux vidéo de Hans Ulrich Obrist – ARTnews.com

Entrez dans l’une des plus grandes institutions du monde et vous ne trouverez pas beaucoup de jeux vidéo. Mais de nos jours, si vous visitez la collection Julia Stoschek à Düsseldorf, ces pièces jouables sont les seules choses que vous trouverez. Pour célébrer le 15e anniversaire de l’espace, le collectionneur allemand au pseudonyme a cédé son musée privé au curateur Hans Ulrich Obrist, qui a organisé l’exposition « Worldbuilding : Gaming and Art in the Digital Age ». Une fois le spectacle terminé en décembre 2023, il sera amené au Centre Pompidou Metz en France.

Prenant comme point de départ des œuvres de la collection Stoschek, dont les imitateurs de formes de Sturtevant Pac-Man, cette exposition explore pourquoi les artistes ont été attirés par les médias au cours des dernières décennies. Les participants couvrent toute la gamme allant de Harun Farocki, un cinéaste pionnier dont les essais explorent comment la technologie a changé notre façon de voir, à Balenciaga, une marque de mode élégante connue pour ses collaborations avec de jeunes artistes. « Worldbuilding » est également un peu inhabituel pendant l’exposition, car la liste de contrôle n’est pas définitive et ne le sera probablement jamais – Obrist a fait venir un jeune artiste qui, espère-t-il, réalisera un projet de rêve au cours des 18 mois de l’exposition. De nombreuses œuvres d’art de la scène seront jouables; presque tout changera avec le temps.

Article associé

Pour en savoir plus sur l’exposition, ARTnews parler à Obrist par Zoom.

ARTnews : Comment en êtes-vous arrivé à organiser cet événement ?

Hans-Ulrich Obrist : Julia et moi nous connaissons depuis près de 20 ans et nous avons collaboré dans le passé sur des expositions, par exemple l’exposition Arthur Jafa. [in 2018]. Il m’a invité à faire cette exposition d’anniversaire. J’ai vu l’exposition du 10e anniversaire qu’il a faite, où [artist] Ed Atkins est le conservateur, et j’ai trouvé cela intéressant. Je me suis rendu compte que, dans sa collection, il y avait beaucoup d’œuvres, par exemple une de Sturtevant, liées aux jeux et aux jeux vidéo. Depuis quelque temps, je fais des recherches sur de jeunes artistes travaillant avec des jeux.

Il existe plusieurs niveaux dans lesquels les artistes travaillent avec les jeux vidéo. D’une part, des artistes comme Sturtevant ou Peggy Ahwesh ou Rebecca Allen se sont inspirés de l’esthétique existante du jeu vidéo et l’ont intégrée à leur travail. Récemment, Cory Arcangel a également travaillé avec elle. La deuxième façon dont les artistes font est de se lancer dans les jeux vidéo et de réaliser des projets en leur sein, comme des expositions. La troisième chose, plus récente à mesure que la technologie et les outils deviennent plus accessibles, est que de plus en plus d’artistes créent leurs propres jeux. Nous pouvons le voir de Jacolby Satterwhite à Danielle Brathwaite-Shirley. J’ai pensé qu’il serait intéressant de mettre tout cet art ensemble.

En particulier, je suis intéressé par la façon dont ce spectacle va durer si longtemps. Habituellement, le spectacle dure deux ou trois mois. L’invitation de Julia était de présenter un spectacle à l’échelle du bâtiment à Düsseldorf pendant 18 mois. Cela permettra au spectacle d’évoluer, car souvent le jeu change constamment, donc nous pouvons montrer différentes versions de temps en temps. Certains de ces artistes ont également des jeux non réalisés, qu’ils remarqueront également au fil du temps.

Outre Sturtevant, sur quelles autres œuvres de sa collection avez-vous fini par vous appuyer ?

La plupart des œuvres sont des œuvres nouvelles et de nouveaux artistes. Il y a plusieurs œuvres là-bas, comme BOB (Sac de confiance) par Ian Cheng Dan Même un coup de poignard par Ed Atkins, qui a utilisé l’esthétique du jeu dans son travail.

Rendu numérique d'un trou avec des vagues rouges qui en émanent.  Il semble être placé dans un paysage vide où les pixels planent.

Rebecca Allen, Âme de brousse #31999.
Meilleures salutations à l’artiste et à ZELDA

Selon vous, pourquoi les artistes s’intéressent-ils désormais aux jeux vidéo ?

Aujourd’hui, de nos jours, les artistes peuvent créer leurs propres jeux. Cela a beaucoup à voir avec le fait qu’ils peuvent être comme des portails, une forme de construction du monde. Un autre aspect est l’agence dans ce jeu. Et il y a une autre dimension : les artistes remettent en question les stéréotypes que nous avons dans les jeux vidéo grand public. [French theorist Guy] Debord appellerait cela un détournement – ils ont fait quelque chose de complètement différent avec ces jeux existants.

Ces artistes sont-ils formés au jeu vidéo ou les considèrent-ils comme des outsiders dans le domaine ?

C’est les deux, je dirais. Certains artistes ont une formation dans le jeu, puis ils plongent dans le monde de l’art. Par exemple, lorsque j’ai rencontré Jakob Kudsk Steensen il y a cinq ou six ans, il était surtout dans le monde des jeux vidéo. Il travaillait sur des jeux, et il a vraiment été formé dans ce monde, puis il est entré dans le monde de l’art et a commencé à faire des installations. Et puis il y a des cas où c’est l’inverse, où ils commencent comme artistes visuels puis créent des jeux.

Beaucoup de ces jeunes artistes utilisent les jeux vidéo pour imaginer un monde qui ne ressemble pas au nôtre. Quel est l’intérêt de créer ce monde pour ces artistes ?

Il s’agit d’une manière participative de faire de l’art, car nombre de ces œuvres sont des jeux multijoueurs. On voit de plus en plus d’artistes le faire. Mais fait intéressant, lorsque nous avons fait des recherches sur cette émission, nous avons constaté qu’il y avait tellement d’artistes qui avaient des jeux non réalisés. Il y a quelques semaines à peine, j’ai découvert que Korakrit [Arunanondchai] et Precious Okoyomon veulent créer un jeu ensemble, nous espérons donc que cela pourra arriver à un moment donné de la série. C’est incroyable le nombre d’artistes qui n’ont pas la possibilité de créer des jeux, mais qui le souhaitent.

Ce n’est pas la première fois que vous demandez à des artistes de créer des jeux. Vous l’avez également fait à la Serpentine Gallery, où, en tant que directeur artistique, vous avez engagé des artistes comme Gabriel Massan et Danielle Brathwaite-Shirley pour créer de nouvelles œuvres. .

Nous avons été très impressionnés par le travail, en particulier Danielle Archives trans noires, qui était un jeu vidéo sur lequel il travaillait depuis un certain temps. Cela se voit dans le fait que les personnes trans noires ont été retirées des archives. C’est un projet en pleine croissance, c’est un projet long et durable. Danielle a été inspirée par Sondra Perry et Jacolby Satterwhite, qui étaient également présentes à l’émission, c’est donc une exposition intergénérationnelle. De Rebecca Allen, qui l’a fait dans les années 80, aux générations de Ian Cheng, Jacolby Satterwhite et Sondra Perry, qui le font depuis 10 ans. Et puis ça passe à la jeune génération avec des gens comme Danielle.

Une voile est flanquée de deux longs morceaux de tissu attachés au sommet.  Au centre se trouve une plate-forme avec un objet rose brillant.

Danielle Brathwaite-Shirley, IL ME REND BIEN VIVANT2021.
Prêts d’artistes et de ZELDA

Lorsque les artistes ont commencé à le faire dans les années 80, était-ce respecté en tant que forme d’art, comme c’est le cas aujourd’hui ?

Non, je pense qu’ils l’ont amené de l’extérieur du monde de l’art. C’est ce que Sturtevant m’a dit un jour : il voulait introduire ce monde dans le monde de l’art.

Les spectateurs pourront-ils jouer les œuvres de ce spectacle ?

Oui, l’idée est que plus de la moitié des jeux seront joués dans la foire. Le public joue un rôle actif. C’est vrai pour le travail de Danielle, et c’est vrai pour tous les travaux que nous avons mentionnés. Les téléspectateurs s’engagent dans la façon dont le travail se déroule et est vécu. Certaines des œuvres sont des vidéos de jeux existants, mais une partie importante de l’émission réelle invite les téléspectateurs à jouer au jeu.

Avez-vous pu jouer à ces jeux vous-même ? Êtes-vous un grand joueur?

J’ai passé pas mal de temps au cours des 12 derniers mois à jouer. Au cours des dernières semaines, il a été Anneau d’Elden. Certains de mes amis ont passé des centaines d’heures avec le jeu. J’ai peut-être passé 10 heures avec Anneau d’Elden, ce qui n’est pas tellement, mais beaucoup par rapport à ce que nous dépensons pour d’autres choses. Si vous pensez qu’en moyenne, les gens passent 15 ou 30 secondes avec une œuvre d’art, il est intéressant de voir combien de temps les gens passent avec ce jeu.

Alors oui, ce n’est pas seulement un jeu que les artistes montrent, c’est aussi un jeu au sens large. Vous m’avez demandé pourquoi je voulais organiser cette émission. Eh bien, un tiers de la population mondiale joue à des jeux. Lors de visites en studio, de nombreux artistes se sont dits intéressés à lancer leur propre jeu. Je pense donc que nous venons de commencer quelque chose dans le monde de l’art.

Ce projet est en quelque sorte le reflet du métavers. Comment le métaverse pourrait-il être différent de la façon dont l’entreprise l’envisageait ? Il est très pertinent que nous écoutions les artistes d’aujourd’hui pour l’avenir.

Éloise Leandres

"Explorateur hardcore. Fanatique de la musique hipster. Érudit du café maléfique. Fervent défenseur de la télévision."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.