Cleary Gottlieb pris alors que la France approche de la nationalisation d’EDF 10 milliards d’euros

Cleary Gottlieb Steen & Hamilton a joué un rôle de premier plan dans la nationalisation d’Électricité de France (EDF), conseillant l’État français dans le cadre de l’offre publique d’achat annoncée de 9,7 milliards d’euros pour le plus grand fournisseur d’électricité du pays.

L’Etat français, qui détient déjà 84,1% du capital d’EDF, a l’intention d’acquérir les 15,9% d’actions restantes ainsi que les 60% d’obligations convertibles non encore détenues, a indiqué Cleary dans un communiqué.

Le gouvernement français veut prendre des mesures pour empêcher les factures énergétiques de monter en flèche dans un contexte de crise de l’approvisionnement en gaz en Europe, en grande partie en raison de la détérioration des relations avec la Russie, un fournisseur majeur d’une grande partie de l’Europe continentale, lors de l’invasion de l’Ukraine.

Le projet de nationalisation renforcerait le désir d’indépendance énergétique de la France. EDF exploite l’ensemble du parc nucléaire français, qui fournit ensemble 70 % des besoins électriques de la France. Beaucoup de ces usines nécessitent des investissements importants pour la modernisation et pour accroître l’efficacité.

EDF exploite également des centrales sur tout le continent et au Royaume-Uni

Le prix de l’offre en question est de 12 euros par action EDF et de 15,64 euros par obligation convertible dans l’hypothèse d’une ouverture de l’offre le 29 septembre 2022.

L’offre devrait être déposée début septembre 2022, sous réserve de l’adoption d’une loi de finances révisée permettant le financement de l’offre proposée, selon Cleary.

L’offre de 12 € par action représentait une prime de 53 % par rapport à la valeur de clôture de 7,84 € des actions EDF le 5 juillet, la veille de l’annonce de la nationalisation par le Premier ministre Elisabeth Borne.

Les actions EDF, qui ont été suspendues le 13 juillet alors que les investisseurs attendent les détails des plans du gouvernement, se sont négociées cette semaine sur Euronext Paris pour environ 11,75 €, valorisant l’ensemble de l’entreprise à environ 45 milliards d’euros.

Lancelot Bonnay

"Érudit primé au bacon. Organisateur. Fanatique dévoué des médias sociaux. Passionné de café hardcore."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.