Chronique : 10 ans de ma mort

La fin du mois d’août marque le 10e anniversaire de ma mort.

Je n’y pensais pas beaucoup parce que j’étais occupé, avec des visites chez des cardiologues et des chirurgiens du pied. Plus vous êtes âgé, plus vous perdez de temps à essayer de rester en vie.

Ensuite, j’ai reçu un e-mail d’une femme se faisant appeler une « femme ole » dans son milieu des années 70, ce qui, je ne pense pas, est très vieux. West Side Berti avait lu ma chronique sur l’achat de voitures électriques et avait dit non merci, il était heureux de rester avec sa Toyota 2003.

« Il a un lecteur de CD et un lecteur de cassette !!!! » Berti a écrit sur sa voiture.

Il a dû louer une voiture récemment, mais elle contenait « tellement de matériel technologique obsolète » qu’il ne savait pas ce que c’était. Berti a déclaré qu’elle utilisait toujours une ligne fixe avec un répondeur pour filtrer ses appels, même si au plus fort de la pandémie, elle utilisait Zoom pour rester en contact avec ses amis.

Je peux facilement m’identifier à l’aversion pour l’intrusion de technologies nuisibles et inhumaines dans nos vies.

Vous avez besoin de votre montre pour trouver votre téléphone, mais pourquoi s’embêter, car vous ne pouvez pas connecter une personne vivante. Vous avez besoin d’une télécommande pour allumer le téléviseur, une pour changer de chaîne, une pour diffuser et une pour vous battre.

Vous avez besoin d’un mot de passe pour changer votre mot de passe, mais vous devez ensuite décider si vous souhaitez vous connecter à Facebook, Google ou par e-mail, ce qui nécessite bien sûr un mot de passe.

« J’ai vraiment eu du mal, et une grande partie de cela était l’attitude. Je pouvais l’apprendre, mais une partie de moi ne voulait pas », a déclaré Mike Washington, l’un des habitués que je connais au Tolliver’s Barbershop dans le sud de Los Angeles.

Washington, dans la soixantaine, a acheté une Mustang électrique et a déclaré qu’il ne pouvait pas déchiffrer la moitié des options technologiques. Sa femme lui dit qu’il vaut mieux s’entraîner, mais Washington dit qu’il n’apprend que ce qu’il doit faire, et rien de plus.

«Nous, les vieilles filles, essayons d’apprendre de nouvelles technologies parce que, je veux dire, nous sommes un peu coincées», explique Linda Harner, que j’ai rencontrée au Culver City Senior Center, où elle suit des cours d’espagnol.

Vous ne pouvez pas gérer efficacement le monde moderne à moins d’acquérir des compétences techniques, dit Harner, qui a récemment aidé un ami handicapé. La femme, qui vit seule, se remet d’une opération au genou et doit créer un compte auprès de son fournisseur de soins.

« Je l’ai aidé à se connecter pour obtenir le mot de passe », explique Harner.

« La société n’est pas faite pour vieillir », a déclaré Jill Thomsen, superviseur principal du centre. Il a la trentaine, a-t-il dit, et même il a parfois tressailli.

«Vous arrivez au point où c’est comme, TikTok? Je ne vais pas aller sur un autre site de médias sociaux et essayer de le savoir », a déclaré Thomsen.

Cependant, a noté Thomsen, alors que la pandémie ferme ses portes dans les centres pour personnes âgées, certains membres utilisent la technologie pour rester connectés.

« C’est à la fois une bénédiction et une malédiction », a déclaré Maribeth Dougherty, qui a enseigné des cours de danse MindBody au centre pour personnes âgées et a dirigé ses cours sur Zoom lors de la fermeture.

Aussi ennuyeuse que puisse être la technologie, dit Dougherty, « Lorsque vous créez de nouvelles voies neuronales dans votre cerveau, il y a un côté positif. »

Il y a aussi un côté positif à la force vitale sur la piste de danse, avec des dizaines de personnes qui se battent contre la montre. Je suis entré dans la classe de Dougherty et j’ai vu beaucoup d’inspiration.

« La petite femme à l’avant, qui, je crois, a dansé plus fort que quiconque dans toute la salle, est sur le point d’avoir 98 ans et elle a survécu à l’Holocauste. Il y avait une autre femme, de France, qui a survécu à l’Holocauste à l’âge de 95 ans et a bougé comme une adolescente », m’a dit plus tard Dougherty.

J’ai vu un homme agile dans un t-shirt de tennis de l’US Open et un sourire aussi large que la baie de Santa Monica.

« Je vous parle maintenant sur mon iPhone en regardant le double tennis à la télévision », a déclaré Homi Gandhi, 81 ans, lorsque je l’ai appelé le lendemain. Il conduit une voiture électrique, et quand je lui envoie un texto à propos des photos que j’ai prises de lui, il les envoie prestement à ses enfants et petits-enfants, qu’ils aiment le plus.

Gandhi, un comptable à la retraite, a déclaré qu’il n’aimait pas la façon dont la technologie était abusée par ceux qui ciblaient les personnes âgées avec des arguments de vente sérieux et violaient autrement leur vie privée. Mais qu’il s’agisse d’un cours Zoom ou de communiquer avec sa famille, il ne veut pas être laissé pour compte.

« Il n’y a pas d’autre issue », a déclaré Gandhi.

Pete Matus, enseignant et coordinateur des événements au Pasadena Senior Center, m’a dit que la pandémie transforme de nombreux membres en technologues. Ils achètent des tablettes et des smartphones et apprennent à faire leurs courses, à surfer sur les réseaux sociaux et à suivre des cours en ligne.

Il y a quelques problèmes. À savoir, certains cas de personnes oubliant de désactiver le flux vidéo tout en répondant aux appels de la nature. Et tout le monde n’achète pas dans le monde moderne, mais la majorité le fait.

« Je dirais qu’environ 80 % d’entre eux sont là pour changer avec le temps », explique Matus, qui donne des cours sur iPhone et iPad et me dit que lors de promenades panoramiques, les seniors apprennent la photographie et comment éditer leurs rouleaux.

Gene Dorio, un spécialiste en gériatrie à domicile à Santa Clarita, m’a dit qu’il dit aux patients férus de technologie qu’ils sont parfaitement capables d’apprendre les bases.

« Je pense qu’on nous dit ou qu’on nous fait croire que la technologie nous dépasse, mais ce sont des conneries, car une fois que vous l’apprenez, vous réalisez que ce n’est pas un problème », a déclaré Dorio, membre de la Commission du comté de Los Angeles pour les personnes âgées.

Dorio m’a dit qu’elle avait récemment rendu visite à un patient de 95 ans dans une maison dont la température était appropriée pour son âge. Il pensait que l’unité AC était cassée. Dorio a regardé, a changé la pile et la température a chuté de 10 degrés pendant qu’il était là.

Les membres de la famille et les autres devraient surveiller les personnes âgées fragiles, en particulier au milieu d’une vague de chaleur mortelle, a déclaré Dorio, et les aider à se familiariser un peu plus avec la technologie. Et les centres pour personnes âgées et d’autres organisations doivent souligner l’importance de la technologie comme un moyen potentiellement salvateur, avec divers Dispositif SOS qui peut détecter des chutes ou d’autres situations d’urgence.

Nous devons simplement nous assurer, avec toute cette technologie publiée, que la vie privée des patients est protégée et que la télémédecine n’est pas compromise, et que les gadgets qui sauvent des vies sont disponibles pour beaucoup, pas seulement quelques-uns.

Cela m’a ramené à ma mort et à ma résurrection il y a 10 ans. J’ai eu une crise cardiaque postopératoire suite à une arthroplastie du genou, mais j’ai été immédiatement réanimé et j’ai quitté l’hôpital avec un nouveau genou et un stimulateur cardiaque. J’ai ensuite subi une deuxième arthroplastie du genou quelques mois plus tard et je suis resté parmi les vivants au deuxième essai.

Si mon cœur est inversé, j’utilise un moniteur de stimulateur cardiaque pour lire mon état et alerter mon cardiologue. Lors de ma visite avec le Dr. Leslie Saxon la semaine dernière, elle a dit que j’étais d’accord pour me faire opérer de la jambe si je le voulais. Il m’a suggéré d’envisager une montre intelligente car, où que je sois, elle pouvait surveiller mon rythme cardiaque et même faire un électrocardiogramme, que je pouvais télécharger et lui envoyer.

Cela pourrait être utile si, pour fêter les 10 ans de ma mort, je m’inscrivais à un cours de danse MindBody à Culver City, comme l’a suggéré le professeur Dougherty.

J’ai dit à Dougherty que j’avais une jambe cassée et deux arthroplasties du genou.

« Tout le monde dans la classe a une articulation artificielle », a-t-il déclaré.

L’astuce consiste à continuer d’avancer quoi qu’il arrive.

Steve.lopez@latimes.com

Lancelot Bonnay

"Érudit primé au bacon. Organisateur. Fanatique dévoué des médias sociaux. Passionné de café hardcore."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.