Chez Brown, un cours innovant explore la « robotique responsable »

Cette session d’introduction à la sécurité était essentielle pour Abby Perelman, une danseuse de longue date qui se concentre sur les neurosciences cognitives et la maîtrise des données, obtenant son diplôme en mai.

En dehors de la choréorobotique, Perelman a passé une partie du semestre de printemps à faire des recherches pour créer un appareil portable capable de suivre les symptômes chez les patients atteints de la maladie de Parkinson, permettant aux médecins de leur fournir de meilleurs soins. Ensemble, le cours et ses recherches fournissent une réflexion approfondie sur la façon de créer une technologie qui a un impact positif – et comment s’assurer qu’elle n’est pas utilisée à des fins malveillantes.

Perelman n’avait jamais programmé de robot auparavant, mais avec l’aide de Rosen, il se sentait libre d’essayer et d’échouer.

« C’est un espace où les gens peuvent explorer et essayer et peut-être échouer et voir votre robot tomber et rire », a déclaré Perelman. « Je n’ai jamais eu de cours comme celui-ci auparavant où nous nous réunissons tous à partir de perspectives et de disciplines très différentes et apprenons et essayons ensemble. »

Skybetter reconnaît que le cours est une opportunité d’apprentissage pour les instructeurs ainsi que pour les étudiants. Ce cours est sa première tentative de traduire son initiative de recherche, la Colloque de Recherche sur les Interfaces Chorégraphiques, devient une expérience d’apprentissage appliquée impliquant des robots. Mais avec CRCI sur le point d’étendre sa portée à mesure que l’initiative évolue au sein de Institut d’art du chocolat, il pensait que c’était le premier d’une longue série. Skybetter travaille déjà avec Nora Ayanian et Stefanie Tellex, deux professeurs du Département d’informatique, sur un cours 2023 ou 2024 qui se concentre sur les essaims de drones – leur développement, leur histoire dans les opérations militaires et les arts de la scène, et leur potentiel pour mal et bien.

Navaiya Williams, qui vient de terminer sa première année à Brown et a une double concentration en informatique et en théâtre, pourrait s’inscrire l’année prochaine. Williams, qui a grandi en jouant et en participant à des cours de robotique au lycée, ne savait pas à quoi s’attendre lorsqu’elle a mis le pied sur Choreorobotics 0101 en janvier – mais, dit-elle, le cours a été une agréable surprise.

« Quand je dis aux gens que je me concentre à deux fois sur l’informatique et le théâtre, ils disent : ‘Qu’est-ce que tu vas faire avec ça ?' », déclare Williams. « Et honnêtement, je ne sais pas quoi leur dire – le théâtre et CS ont toujours semblé si différents et sans rapport. Mais ce cours m’a montré une voie que je ne connaissais pas auparavant, où je pouvais utiliser les deux matières de manière très créative et significative. Cela m’a fait réfléchir à de nouvelles possibilités de carrières liées à la cybersécurité et à la réalité virtuelle.

Williams a dû écouter entre les lignes lorsque Skybetter, un jour de mars, a guidé les étudiants à travers des exercices de mouvement à l’intérieur du studio de danse Ashamu à Brown. Allongé avec les élèves sur le sol, il leur demande de réfléchir à leurs mouvements physiques avant de bouger réellement. Considérez, dirige-t-il, l’appareil musculaire nécessaire pour lever la main et pointer les doigts – tension thoracique, faisceaux métacarpiens. Soyez conscient, dit-il, de la différence entre la pré-perception du mouvement et le ressenti du mouvement lui-même.

« Passez ce moment bizarre, dans ce studio bizarre, dans cette salle de classe bizarre, sur ce sol en plastique bizarre, en essayant des mouvements bizarres », a déclaré Skybetter. « Essayez de faire des choix que vous n’avez jamais faits auparavant. »

Lancelot Bonnay

"Érudit primé au bacon. Organisateur. Fanatique dévoué des médias sociaux. Passionné de café hardcore."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.