Ce labo de start-up parisien peut-il construire un futur champion du Web3 ?

Un nouveau mot à la mode a envahi le vocabulaire du monde de la technologie : Web3. Bien que cette nouvelle version d’Internet n’existe pas encore et que la technologie soit encore en cours de développement, l’Europe essaie activement de l’adopter.

Il n’est donc pas surprenant que City of Lights tente d’élever les champions Web3 du continent. Le startup studio français PyratzLabs a ouvert ses portes à Paris dans le but d’aider les startups du Web3 à prospérer.

L’idée d’un Internet décentralisé a fonctionné au cours de la dernière décennie avec l’explosion des crypto-monnaies et de la blockchain, et il existe sans doute déjà quelques premières applications Web3.

Les grandes entreprises technologiques misent déjà gros dessus et sont même en train de constituer une équipe Web3 ; la course aux infrastructures est lancée et les pays ne veulent pas être laissés pour compte.

Qu’est-ce que le Web3 ?

Web3 est défini par la technologie blockchain, le même système utilisé par les crypto-monnaies et les jetons non fongibles (NFT), mais vise à utiliser une philosophie égalitaire pour contourner les gardiens centraux d’Internet, tels que Google et Facebook.

La façon la plus simple d’y penser est de revenir à la première version d’Internet, ou World Wide Web, qui a été créée en 1989 lorsque peu de gens savaient comment publier des informations en ligne par eux-mêmes.

Environ 10 ans plus tard, le Web2.0 a vu le jour lorsque des entreprises comme Google et Facebook ont ​​fourni l’accès à des outils nous permettant de publier notre propre contenu en échange de nos données.

En théorie, Web3 sera une combinaison des deux versions précédentes d’Internet mais prendra le pouvoir des géants de la technologie et des entreprises et le remettra entre les mains des utilisateurs.

La blockchain en sera le moteur, et l’une de ses principales caractéristiques est le métaverse, la crypto-monnaie et la finance décentralisée (DeFi).

Web3 l’avenir de l’Europe

Les gouvernements européens ont souligné l’importance de construire leur propre écosystème Web3. Le président français Emmanuel Macron, par exemple, a déclaré qu’il souhaitait que l’Europe ait son propre métaverse.

Alors que la France est l’un des champions européens en matière de startups et de technologie, elle manque de structure de soutien et d’espace de travail physique pour les entrepreneurs du Web3, a déclaré Bilal El Alamy, directeur et co-fondateur de PyratzLabs.

Lui et deux autres fondateurs d’entreprise ont parlé entre eux de l’évolution de la blockchain et ont noté que si la France avait déjà des champions comme Ledger et Sorare, le secteur avait besoin d’aide.

PyratzLabs ouvrira un bureau de 1000m2 ; dédié aux entrepreneurs du Web3, ce grand espace permet aux startups de se rencontrer et de se former auprès d’experts en entrepreneuriat et technologies.

« La mission de PyratzLabs est simple : guider et faciliter. Le Web3 permet de nouveaux modes de consommation qui se développent, notamment à Paris qui pourrait être la capitale de l’Europe », a déclaré El Alamy à Euronews Next.

Jusqu’à présent, une demi-douzaine de start-ups se sont jointes et il y a un grand intérêt de la part d’autres.

« J’ai reçu tellement de curriculum vitae de diplômés ces derniers temps, ce qui montre qu’il y a un élan et que cette nouvelle génération veut intervenir », déclare El Alamy.

« Les lieux physiques donnent vie aux écosystèmes. Nous n’avons pas encore vu cela. Eh bien, il n’y a pas un tel endroit à Paris.

PyratzLabs se concentre sur l’accueil d’acteurs des industries du jeu et de la DeFi pour construire et financer l’écosystème, après avoir levé 3 millions d’euros auprès d’investisseurs de premier ordre pour lancer le projet.

L’appétit des investisseurs pour le Web3 est élevé, dit El Alamy, ce qui lui donne de l’espoir pour l’avenir du Web3 Europe.

Il est également optimiste que la France puisse défier les poids lourds américains de la technologie avec son talent.

« Nous avons énormément de talent et d’intérêt et bien que les entreprises soient structurées à l’étranger, la plupart d’entre elles comme The Sandbox ont été développées par des diplômés français des écoles françaises », a déclaré El Alamy.

« Nous avons beaucoup de talent et bien sûr il y a aussi la reconnaissance des investisseurs ».

Mais l’Europe a une grande tâche à accomplir si elle veut concurrencer les États-Unis.

De nombreux leaders technologiques du monde Web2 sont allés travailler pour des entreprises Web3 américaines.

L’ancien vice-président de Google, Surojit Chatterjee, est désormais directeur des produits chez Coinbase, Pravjit Tiwana d’Amazon a quitté AWS Edge Services pour devenir directeur de la technologie chez Gemini, et l’ancien responsable des jeux chez YouTube, Ryan Wyatt, est désormais PDG de Polygon Studios.

Mais avec plus de réglementation sur les entreprises Web3 en Europe qu’aux États-Unis, El Almy pense que le bloc a d’autres avantages.

« En Europe, nous avons un environnement assez bien réglementé en ce moment, et je pense que nous pouvons construire de futurs champions avec le bon écosystème dès le premier jour », a-t-il déclaré.

Lancelot Bonnay

"Érudit primé au bacon. Organisateur. Fanatique dévoué des médias sociaux. Passionné de café hardcore."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.