Candidat aux élections françaises. Différents postes au sein de l’Union européenne et de l’OTAN

Si aucun des candidats à l’élection présidentielle française ne s’est prononcé sur la sortie de leur pays de l’Union européenne, il existe de fortes divergences entre leurs plateformes de campagne concernant le statut de Paris dans la grande alliance politique et économique, selon le site « Actualités de l’Euro« .

Par exemple, le député européen Yannick Gadot, candidat des Verts, a proposé d’aller vers une plus grande intégration européenne, tandis que le candidat d’extrême droite, Nicolas Dupont-Aignan, a proposé de remplacer l’Union par une communauté d’États libres.

La candidate de gauche Natalie Artaud a déclaré sur sa plateforme que l’Europe était une « construction fragile », mais n’a pas précisé ce que le parti « Lutte ouvrière » proposait pour l’Europe, déclarant qu’elle rêvait d’une « Europe vraiment unie et fraternelle » comme le « États-Unis socialistes d’Amérique. » en Europe » sans capitalisme.

Pour lui, l’Europe doit aussi être sans frontières et doit permettre la libre circulation des migrants.

« Bienvenue aux immigrés »

Pour Philip Bhutto, candidat d’un petit parti anticapitaliste de gauche, il considère également les politiques d’immigration de l’UE comme « xénophobes » et appelle à l’ouverture des frontières, à un meilleur accueil des migrants et au respect du droit d’asile.

Bhutto s’oppose à la défense commune de l’Europe et soutient la sortie de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN).

Dans le même contexte, le candidat Jean-Luc Mélenchon, qui appartient au parti « La France invaincue », qui appartient également au cadre d’extrême gauche, a déclaré que de nombreux accords et politiques européens ne rentrent pas dans son programme, y compris les accords de libre-échange. contre le protectionnisme environnemental.

Il a clairement indiqué qu’il mettrait en œuvre le programme du parti au niveau national, même si cela impliquait de violer les règles de l’UE.

Il soutient les mesures visant à rendre l’Union européenne plus démocratique, plus verte et plus ouverte à l’accueil des immigrés.

Ses positions incluent la fin de la Convention de Dublin sur l’asile et la tenue d’un référendum sur le salaire minimum européen.

Sa plate-forme indique que les États membres de l’UE devraient retrouver leur souveraineté budgétaire, avec la fin des règles limitant les déficits budgétaires à 3 % du PIB et la dette à 60 %.

Melenchon s’oppose également à la présence de la France dans l’OTAN et au traité européen de défense mutuelle.

Venant au candidat du Parti communiste Fabian Roussel, ce dernier manque d’une plate-forme cohérente dans l’UE, mais voit de près les propositions de Melenchon, y compris l’opposition à certains accords de libre-échange et à Dublin.

Russell souhaite également mettre fin aux règles limitant les déficits budgétaires à 3% du PIB et souhaite un taux d’imposition minimum des sociétés de 25%, 6% du PIB des États membres de l’UE alloués aux questions climatiques et sociales et une sortie de l’OTAN.

« Renforcer l’unité »

De son côté, le candidat des Verts, Yannick Gadot, cherche à « renforcer l’Union européenne » en prenant des mesures pour la rendre plus démocratique avec des décisions plus simples.

Il est proposé que certaines décisions soient prises à la majorité des États membres éligibles et pas seulement à l’unanimité.

Gadot a également proposé que les commissaires européens soient élus par les parlementaires et augmentent le budget de l’UE, en allouant 1 % du PIB à chaque État membre du bloc.

Concernant l’environnement, il a proposé un plan d’investissement public de 200 milliards d’euros sur 10 ans pour la transition climatique, alloué 50% du budget pluriannuel de l’UE au climat et à la biodiversité, et conclu un nouvel accord sur l’environnement.

Alors que la candidate du Parti socialiste Anne Hidalgo s’oppose à certaines mesures européennes actuelles telles que le pacte de stabilité et de croissance, qui coordonne la politique budgétaire de l’UE, elle a déclaré que les Européens « doivent s’unir et travailler ensemble, et ne pas reculer au-delà des frontières nationales ».

Au cœur du programme Hidalgo se trouvent les principes de justice sociale, qui soutiennent que l’agenda européen devrait inclure un salaire minimum commun, l’égalité des sexes, une taxe sur les transactions financières, un taux minimum d’imposition des sociétés de 15 % et un contrôle accru des paradis fiscaux.

Hidalgo a fait valoir que les accords commerciaux devraient reposer sur des normes sociales et environnementales, tout en appelant à des réformes de Dublin pour soutenir la solidarité entre les États membres tout en luttant contre la migration irrégulière.

Il suggère également de rendre l’UE plus démocratique, par exemple en permettant au Parlement européen d’ajuster les budgets pluriannuels.

« Transparence et égalité »

Quant à l’actuel président de la France, Emmanuel Macron, il se présente à l’élection présidentielle alors qu’il assure la présidence tournante du Conseil de l’Union européenne.

Macron soutient un développement économique accompagné de mesures sociales et environnementales, dont une taxe carbone aux frontières de l’UE, et des clauses identiques (qui interdisent les importations non conformes aux normes européennes) dans les accords commerciaux, tout en maintenant des lignes directrices sur les salaires minimums, la transparence des salaires et le genre . égalité. .

Macron a souligné que la « force » de l’UE doit passer par des réformes de l’espace Schengen, y compris le mécanisme d’aide d’urgence aux frontières extérieures de l’UE.

Sur la défense commune de l’Europe, Macron a proposé six mois de service public européen pour les moins de 25 ans.

Le président sortant a également déclaré qu’il soutenait le développement d’infrastructures européennes telles que le cloud, Metaverse et l’écosystème satellitaire.

soutien frontex

La candidate de droite Valérie Pecres a appelé au renforcement de la frontière commune « en recrutant 10 000 gardes-frontières supplémentaires » pour l’inspecteur frontalier européen Frontex.

Il soutient également la présence d’une force de défense européenne aux côtés de l’OTAN, appelant à « faire de l’Europe un continent fier de son histoire, de ses racines et de sa culture, en mettant fin à l’éradication de la culture européenne ».

Becresse a également promis de privilégier les entreprises européennes en France.

En revanche, le candidat de centre-droit, Jean LaSalle, préfère un parlement français qui peut débattre et voter sur toutes les législations d’origine européenne.

Lassalle veut retirer à la Commission européenne le droit de représenter la France dans les négociations sur les « accords internationaux pour la protection des investissements », et soutient le retrait de la France de l’OTAN.

Quant à la dirigeante d’extrême droite, Marine Le Pen, elle n’a pas consacré de chapitre à l’Union européenne dans son programme, avec une clause de ne pas quitter la France pour l’Union à l’agenda de son parti.

Le Pen a déclaré qu’il soutenait les réformes et la formation d’une coalition européenne pour remplacer l’Union européenne.

La souveraineté nationale est au cœur des propositions de Le Pen pour l’Europe, notamment la primauté du droit national sur le droit européen en modifiant la constitution par référendum.

Le Pen a suggéré d’ajouter des contrôles aux frontières pour mieux contrôler l’immigration et de réformer l’espace Schengen afin que seuls les passages aux frontières soient simplifiés pour les citoyens de l’UE.

Il souhaite également simplifier les normes européennes imposées aux petites entreprises et aux agriculteurs.

Pendant ce temps, un autre ailier d’extrême droite, Eric Zamore, a vu la nécessité de créer une organisation « Nations européennes », et pour les États membres d’avoir un plus grand contrôle sur leurs frontières, afin de construire des murs sur le territoire extérieur de l’Europe. frontière.

Zammour a appelé à la suprématie du droit national sur le droit européen et au maintien de l’ingérence de l’UE dans les cas qui ne peuvent être réglementés au niveau national.

Zammour s’oppose à une nouvelle expansion du bloc et à tout nouvel accord de libre-échange.

Dans une proposition symbolique, il a voulu interdire le flottement du drapeau européen sans le drapeau français dans les bâtiments publics.

Lancelot Bonnay

"Érudit primé au bacon. Organisateur. Fanatique dévoué des médias sociaux. Passionné de café hardcore."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.