Brexit news: Pelosi accusé de vouloir diviser la Grande-Bretagne après avoir « encore poignardé le couteau! » | Politique | Nouvelles

Le gouvernement britannique travaille avec des responsables bruxellois pour parvenir à un accord sur le protocole d’Irlande du Nord depuis près de deux ans. Les pourparlers ont été bloqués à de nombreuses reprises, en particulier sur les aspects de l’accord qui exigent que les marchandises circulant entre la Grande-Bretagne et l’Irlande du Nord (c’est-à-dire d’une partie de l’Angleterre à une autre) soient soumises à une inspection.

L’Amérique a été en lice plus d’une fois, le président de la Chambre des représentants ayant décrit plus tôt cette année les plans de la Grande-Bretagne visant à déchirer les protocoles en vertu d’une loi introduite par Liz Truss comme « profondément préoccupants » et menaçant de couper un possible américano-britannique. accord de libre-échange.

Mme Pelosi a décidé hier qu’une intervention n’était pas suffisante et a doublé son affirmation selon laquelle un tel accord serait abandonné si la Grande-Bretagne choisissait de « ruiner l’accord du Vendredi Saint ».

Il a rencontré hier la vice-présidente du Sinn Fein, Michelle O’Neill, pour discuter des protocoles.

Après leur rencontre, Mme O’Neill a écrit dans un post sur Twitter : « Alors que je me prépare à retourner en Irlande, c’est un plaisir de rencontrer la femme la plus influente de Capitol Hill, la présidente de la maison, Nancy Pelosi.

« Nancy réitère sa position, il n’y aura pas d’accord commercial avec le Royaume-Uni s’ils sapent l’accord du Vendredi Saint. »

Ben Habib a maintenant riposté contre l’intervention, arguant que les arguments de Mme Pelosi étaient infondés et simplement des insultes partisanes.

L’ancien législateur du Brexit a déclaré que ce sont les protocoles eux-mêmes – et non la déchirure de l’accord – qui constituaient une menace pour la paix en Irlande du Nord. Et plus encore – que les principaux démocrates le savent.

Il a déclaré à Express.co.uk : « Le protocole présente une menace existentielle pour le Royaume-Uni ; en effet déjà divisé le pays avec une frontière sous la mer d’Irlande. L’administration Johnson a fondamentalement laissé tomber le Royaume-Uni.

LIRE LA SUITE: Des remordeurs ricanants blâment le Brexit pour le désordre du port de Douvres

« Cela lui convient car il veut voir l’Irlande du Nord unie à la République d’Irlande.

« Lui, comme les nationalistes irlandais, ne considérait pas l’accord de Belfast comme un règlement définitif. Il y voyait une étape pour la création d’une Irlande unifiée et la destruction de l’Angleterre. »

L’analyste de la politique étrangère et ancienne assistante Margaret Thatcher Nile Gardiner, qui opère maintenant aux États-Unis, convient que « l’agenda de Pelosi est de diviser la Grande-Bretagne ».

Il a écrit dans un post sur Twitter: « Nancy Pelosi plonge son couteau au Royaume-Uni, une fois de plus, tout en embrassant les amis lointains de l’IRA du Sinn Fein. »

Des informations plus tôt cette semaine suggéraient que les responsables bruxellois prévoyaient d’adopter une ligne plus dure dans les négociations lorsqu’un nouveau Premier ministre serait choisi en Grande-Bretagne.

Ils espèrent que le prochain chef conservateur sera intéressé à conclure rapidement un accord – aussi favorable ou défavorable que cela puisse être pour le Royaume-Uni – pour revendiquer la victoire avant les prochaines élections générales, selon le Telegraph.

Mais Habib insiste sur le fait que c’est la pire chose que le prochain PM puisse faire – que ce soit Liz Truss ou Rishi Sunak.

Il a déclaré : « Le protocole est un grand pas vers son objectif illégitime. Notre gouvernement doit ignorer Mme Pelosi et d’autres pressions pour ne pas ignorer les protocoles.

« Notre gouvernement doit se rappeler fermement que son premier devoir – qui est ses obligations envers le peuple britannique – n’est pas Nancy Pelosi. »

Charlotte Baudin

"Faiseur de troubles. Communicateur. Incapable de taper avec des gants de boxe. Défenseur typique du café."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.