Brexit news: Coveney se rend alors qu’il admet que le Royaume-Uni examine une proposition « réalisable » | Politique | Nouvelles

M. Coveney était l’invité de l’émission Today de la BBC Radio 4 avec le présentateur Amol Rajan lorsqu’il a été invité à commenter les récentes mesures prises par le gouvernement britannique pour permettre aux ministres de modifier unilatéralement certains aspects du protocole qui divise l’Irlande du Nord. Le ministre irlandais des Affaires étrangères s’est rangé du côté de l’UE dans le différend et a exprimé sa ferme opposition au projet de loi sur le Brexit, mais a été contraint en pratique d’admettre que la solution proposée par Boris Johnson à un régime d’inspection différent avec des pistes « rouges » et « vertes » pour divers biens était la solution, qui peut être appliquée aux impasses.

L’hôte, M. Rajan, a demandé au ministre irlandais : « Le gouvernement britannique est d’avis que les marchandises arrivant et séjournant en Irlande du Nord ne présentent aucun risque pour la République d’Irlande, et par conséquent, il est tout à fait possible d’avoir un système d’inspection différent dans tout le idée de la voie rouge et ce vert est un problème qu’est-ce qui ne va pas avec cette idée dans la pratique ?

M. Coveney a répondu: « C’est non seulement possible, mais c’est une solution proposée par l’UE pour tenter de trouver un compromis et répondre aux préoccupations unionistes légitimes concernant le protocole d’octobre dernier, qui ne semblait pas avoir eu beaucoup de couverture dans les médias britanniques.

« Mais en octobre dernier, la Commission européenne a soumis un document indiquant qu’elle souhaitait négocier la base de la mise en œuvre d’un régime de gestion des risques complètement différent pour les biens dont nous pouvons montrer qu’ils sont achetés et consommés en Irlande du Nord et, en d’autres termes, échangés dans l’économie britannique, que nous allons mettre en place un mécanisme d’inspection complètement différent pour supprimer pratiquement tous les contrôles sur ces éléments.

Rajan a noté: « Ainsi, les différents principes de vérification sur lesquels il pourrait être la base d’une solution négociée à l’avenir, auxquels j’essaie de réfléchir, sont une voie à suivre. »

UNIQUEMENT DANS : Les travaillistes peuvent-ils appeler à un vote de défiance ? Keir peut-il pousser Boris au-dessus de l’abîme ?

M. Coveney a déclaré que le projet controversé de renoncer au protocole d’Irlande du Nord était un « nouveau plus bas » pour les relations anglo-irlandaises.

S’adressant à l’émission Today de BBC Radio 4, il a déclaré: « Je pense que cela est incompatible avec le droit international et les obligations du gouvernement britannique en vertu du droit international et je pense que cela sera montré en temps voulu.

« Mais plus inquiétant, je pense, c’est vraiment un nouveau plus bas dans les relations anglo-irlandaises, bien sûr, je pense au cours des 25 dernières années. »

Il a ajouté: « Donc, malheureusement, si le gouvernement britannique va de l’avant avec cette action et transforme ce projet de loi en loi dans les prochains mois, ce qu’il va effectivement faire, c’est rompre le protocole.

« Ce que cela signifie d’un point de vue irlandais, c’est que toutes les questions que nous avons négociées au fil des ans avec le gouvernement britannique, y compris ce gouvernement britannique, pour se protéger contre la grave perturbation du Brexit sur l’île d’Irlande, la volonté du nord et au sud de la Grande-Bretagne. Bien sûr, c’est discutable.

M. Coveney a déclaré que la législation du gouvernement britannique démantèlerait le protocole d’Irlande du Nord.

Il a déclaré à l’émission Good Morning Ulster de la BBC: « Ce que le gouvernement britannique propose de faire, c’est de démanteler le protocole, qui est le droit international, qui a été soigneusement élaboré sur plusieurs années grâce à des négociations minutieuses impliquant ce Premier ministre britannique pour résoudre ou gérer la perturbation Le Brexit sur l’île d’Irlande est aussi bon que possible.

« Le gouvernement britannique veut maintenant gâcher tout ce travail pour des raisons politiques.

« Mais c’est un avertissement de l’Irlande, de toutes les capitales de l’UE, de la Commission européenne, de la Maison Blanche, tous les amis de la Grande-Bretagne disent effectivement s’il vous plaît ne faites pas ça.

« La majorité des habitants d’Irlande du Nord, où 52 députés sur 90 ont écrit au Premier ministre hier pour lui dire de ne pas faire ça.

NE MANQUEZ PAS:
Nadine Dorries fait exploser les espoirs du leadership de Remainer Hunt [REPORT]Tous ceux qui ont voté pour évincer Boris en tant que député ont voté dans une offre de censure [REPORT]« Seul le service est travail ! » Ann Widecombe a critiqué la députée conservatrice avec incrédulité [REPORT]

« Des chefs d’entreprise en Irlande du Nord et des chefs d’entreprise au Royaume-Uni ont dit s’il vous plaît ne faites pas cela. Cela déstabilisera une situation déjà difficile et se concentrera plutôt sur la négociation avec l’UE qui veut faire des compromis et veut répondre aux préoccupations des syndicats. »

Le Premier ministre Boris Johnson a signé le protocole dans le cadre du règlement du divorce de la Grande-Bretagne avec l’Union européenne, avec des mesures visant à empêcher une frontière dure sur l’île d’Irlande.

Mais en imposant des contrôles sur les marchandises traversant la mer d’Irlande depuis la Grande-Bretagne, elle a suscité l’ire des syndicats nord-irlandais et également combattu par les eurosceptiques du parti conservateur.

Le projet de loi permettrait aux ministres d’établir une « ligne verte » afin que les commerçants de confiance soient autorisés à déplacer des marchandises du Royaume-Uni vers l’Irlande du Nord sans contrôle, tant que le produit reste au Royaume-Uni.

Charlotte Baudin

"Faiseur de troubles. Communicateur. Incapable de taper avec des gants de boxe. Défenseur typique du café."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.