Brexit EN DIRECT: Colère à propos d’Ursula von der Leyen SILENCIEUX après que le Royaume-Uni a envoyé une ligne énergétique à l’UE | Politique | Nouvelles

EMMANUEL MACRON a suggéré que c’est un « problème » si l’Angleterre ne peut pas se dire amie de la France.

Ses commentaires surviennent au milieu d’une dispute diplomatique inattendue qui a été déclenchée par les remarques faites par la secrétaire d’État Liz Truss lors de l’investiture à la direction des conservateurs.

Le président français a déclaré qu’il croyait que la Grande-Bretagne était un « ami » malgré ce que le ministre des Affaires étrangères pourrait suggérer, après que Mme Truss a déclaré jeudi aux membres conservateurs à Norwich qu’elle avait des doutes quant à savoir si le dirigeant français était « ami ou ennemi ».

Macron, demandant son avis sur les commentaires, a répondu après une longue pause: « Écoutez, ce n’est jamais bon de trop perdre le contrôle dans la vie. Si quelqu’un pose une question – c’est comme ça que je vous répondrai – celui qui est considéré pour le leadership dans Royaume-Uni, je n’y penserais pas une seconde.

« La Grande-Bretagne est une amie de la France, et vous savez que nous vivons dans un monde compliqué, il y a de plus en plus de démocraties libérales, autoritaires, donc il y a un sentiment de déséquilibre. »

Il a déclaré à FranceInfo: « Si la France et l’Angleterre sont incapables de dire si nous sommes amis ou ennemis – les termes ne sont pas neutres – nous aurons des ennuis.

« Alors oui, bien sûr, le peuple britannique, le pays qu’est la Grande-Bretagne, est ami, fort et allié, quels que soient les dirigeants et parfois quels que soient les dirigeants et les petites erreurs qu’ils peuvent commettre dans leur discours. »

Un certain nombre de problèmes ont tendu les relations entre la Grande-Bretagne et la France ces derniers mois, notamment les traversées en bateau dans le détroit et le chaos des voyages autour de Douvres, qui, selon Truss, était causé par un manque de personnel des autorités françaises.

Les commentaires sont intervenus après que Mme Truss et son rival à la direction Rishi Sunak se soient vu poser une série de questions rapides dans la chasse à Norwich.

Julia Hartley-Brewer de TalkTV, animatrice de l’émission, a demandé à Truss : « Le président Macron, ami ou ennemi ? »

Mme Truss a répondu, sous une ovation debout: « Le jury est sorti.

« Mais si j’étais Premier ministre, je le jugerais sur ses actes, pas sur ses paroles. »

L’ancien chancelier, M. Sunak, n’a pas tardé à répondre « ami » lorsqu’on lui a posé la même question.

Charlotte Baudin

"Faiseur de troubles. Communicateur. Incapable de taper avec des gants de boxe. Défenseur typique du café."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.