Blake Pontchartrain: Un marqueur près du parc de sculptures de City Park rend hommage à un habitant de la Nouvelle-Orléans qui a combattu pendant la Première Guerre mondiale | Blake Pontchartrain | Gambit hebdomadaire

Salut Blake,

Près des portes entourant Sydney et le jardin de sculptures Walda Besthoff dans City Park se trouve un marqueur en l’honneur de Donald Bradburn. Il mentionne son service militaire et dit qu’il a été tué en 1918 en France. Qui était-il et qu’avait-il à voir avec la Nouvelle-Orléans ?

Cher lecteur,

Donald Bradburn est né à la Nouvelle-Orléans en 1892, fils de WP Bradburn. Il a fréquenté le Soule Business College et prévoyait de suivre son père dans le secteur pharmaceutique, mais est parti pour le Colorado, où il a travaillé dans le secteur du bois.

Selon les articles de journaux faisant état de sa mort, il s’est enrôlé dans l’armée lorsque les États-Unis sont entrés dans la Première Guerre mondiale en 1917. Il a été affecté au 341e bataillon de mitrailleuses, 89e division D Company. Il a combattu les attaques de Saint-Mihiel et de Meuse-Argonne en France et a été tué en combattant au Bois de Bantheville, en France. Il mourut le 21 octobre 1918, quelques jours avant la fin de la guerre. Il a été inhumé avec tous les honneurs militaires au cimetière de la Métairie.

Un mois après sa mort, The Times-Picayune a publié l’une de ses dernières lettres à la maison de ses parents depuis le champ de bataille. « Les huit derniers jours ont été les plus importants de ma vie », a-t-il écrit, ajoutant « il faut trois ou quatre tablettes pour décrire ce que j’ai vu et fait ». Il a conclu en écrivant : « Ne t’inquiète pas pour moi, souviens-toi de la cause.

La lettre de Bradburn mentionne le caporal Thomas Gragard, un autre natif de la Nouvelle-Orléans décédé au combat en France. Les deux étaient voisins sur Octavia Street. Un mémorial à Gragard se trouve également dans City Park, non loin de Bradburn’s.

Le 4 juillet 1919, Bradburn et Gragard étaient deux des 63 résidents de la Nouvelle-Orléans honorés par l’inauguration de la forêt commémorative de chênes vivants dans le parc Audubon. « Le sens a imprégné la réunion », rapporte The Times-Picayune, « mais cela semblait être un doux service, rendant un dernier hommage à ceux qui dormaient sur les champs de bataille de France. »

Lancelot Bonnay

"Érudit primé au bacon. Organisateur. Fanatique dévoué des médias sociaux. Passionné de café hardcore."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.