Benkirane révèle des détails sur « s’être mis à pleurer » devant le roi Mohammed VI

Abdelilah Benkirane, secrétaire général du Parti de la justice et du développement et ancien premier ministre, a révélé de nouvelles données sur sa relation avec le roi Mohammed VI pendant son mandat de premier ministre.

Benkirane a déclaré, dans un discours à la conférence régionale du Parti Justice et Développement à Beni Mellal aujourd’hui, dimanche : « Le projet de soutien aux veuves, que je voulais télécharger, a rencontré des obstacles qui ont duré des mois », sans préciser qui était derrière. cette barrière, ou « blocage » comme il l’appelle, et ajoute : Après la fin du conseil des ministres, le roi Mohammed VI m’a emmené personnellement dans l’une des salles et m’a donné son accord pour télécharger le projet de soutien aux veuves, notant qu’il ne pouvait pas contrôler lui-même à ce stade, alors il a commencé à pleurer et lui a embrassé la main.

Le chef du « Parti Misbah » a déclaré que le roi lui avait exprimé à l’époque son bonheur et sa satisfaction, notant qu’il « considérait que le projet de prise en charge des veuves s’apparentait à la sécurité sociale en France ».

Benkirane a également souligné que « le roi Mohammed VI est le véritable dirigeant du pays, mais il ne s’immisce pas dans tout, mais aide plutôt le gouvernement et l’encourage à télécharger des projets qu’il pense être au bénéfice des citoyens », s’est-il exclamé. membres du parti de distinguer entre le rôle du roi en tant que dirigeant qui pratique la politique comme un champ ouvert, à l’erreur et comme un symbole de l’État et exerce la fonction d’arbitrage.

Et si l’ancien Premier ministre ne voit aucun problème à critiquer la politique du roi « dans le cadre de la civilité nécessaire et obligatoire », alors « exposer » la légitimité de la monarchie « ne devrait pas du tout être abordé ; le roi est un symbole de l’État et garant de son unité. » Il a ajouté: « Si vous voyez quelqu’un publier une propriété sur les réseaux sociaux, ne l’écoutez pas. »

Benkirane considère également que la période qu’il a passée à la tête du gouvernement a été témoin d’importantes réformes dans l’intérêt du pays et de la société, et a déclaré : « J’ai pris des décisions dans l’intérêt du pays, et je sais que cela peut affecter ma popularité. et la popularité de mon parti, mais je fais ce qui est dans l’intérêt du pays. »

A cet égard, le secrétaire général Al-Bijidi a également évoqué la révocation de l’appui au fonds de compensation pour les hydrocarbures, notant que le budget de l’Etat a réduit la charge de 30 millions de dirhams par an, « sans ces réformes, le Maroc ne pourra pas se développer projets de protection », a-t-il dit.

Benkirane n’a d’ailleurs pas hésité à exprimer sa satisfaction quant aux réformes des caisses de retraite sous son règne, estimant « sans ces réformes, le pays aura du mal à payer les retraites ».

Fernand Lefèvre

"Résolveur de problèmes typique. Sujet à des crises d'apathie. Mélomane primé. Nerd de l'alcool. Aficionado de zombies."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.