Avantage international face à la tyrannie de l’occupation israélienne

Avantage international face à la tyrannie de l’occupation israélienne

Le dernier rapport publié par Amnesty International sur les pratiques racistes et d’apartheid systématiques d’Israël contre le peuple palestinien est le dernier d’une série de gains juridiques et politiques que la société civile palestinienne, ainsi que la société internationale, réalisent au vu et au su de tous. de la politique d’occupation israélienne. L’importance de ce rapport, et de celui de Human Rights Watch, publié en avril 2021, sur le même sujet, découle du fait qu’il a été publié par deux des principales institutions mondiales des droits de l’homme, dont la plupart sont situées dans des capitales occidentales. Ces rapports font un saut qualitatif dans la description du conflit juridique avec l’occupation israélienne et montrent que c’est le modèle contemporain du régime d’apartheid, dans le langage du droit discipliné, qui trouve résonance et sympathie auprès de l’opinion publique mondiale. Il convient de noter que le travail de ces institutions est soumis à une pression intense de la part du gouvernement israélien et de ses alliés gouvernementaux et non gouvernementaux. Par exemple, en 2019, les autorités israéliennes ont décidé d’expulser Omar Shakir, directeur du bureau palestinien de Human Rights Watch, invoquant son implication dans les activités du mouvement international de boycott d’Israël.

Depuis les années 70, les intérêts arabes se sont concentrés sur le lien entre le sionisme et le racisme, incarné dans la résolution de l’Assemblée générale des Nations Unies publiée en novembre 1975, qui a également été abrogée par l’Assemblée générale en décembre 1991. La Charte arabe des droits de l’homme, publiée à la Ligue des États arabes en 2004, dans son préambule et son deuxième article, de rejeter « les formes de racisme et de sionisme ». Cependant, il n’y a pas de construction juridique claire des implications juridiques et juridiques du concept de sionisme à une époque où ses connotations historiques, idéologiques ou religieuses varient. Ce qui rend l’exportation de ce concept peu attrayant pour la sympathie mondiale, c’est la conviction établie par Israël que l’introduction du terme sionisme vise, avant tout, à rejeter Israël, et l’expression de l’antisémitisme. Mais ces dernières années, l’accent s’est déplacé sur la base juridique pour établir un système d’apartheid, qui est le plus précis et le plus discipliné, et qui a des critères objectifs qui peuvent être mesurés et démontrés. En outre, il fait partie des crimes internationaux définis dans le Traité international pour l’élimination et la répression du crime d’apartheid, entré en vigueur en juillet 1976, et fait partie des crimes réglementés par le Statut de Rome de la Cour pénale internationale. . , qui est entré en vigueur en juillet 2002. Les témoignages et les preuves documentés et publiés par le rapport d’Amnesty International, et Human Rights Watch les accepte, auront certainement une importance dans l’affaire actuellement examinée par la Cour pénale internationale contre Israël, dans laquelle la Cour Le procureur a commencé à enquêter après l’adhésion de la Palestine au Statut de Rome en janvier 2015. Le gouvernement palestinien a annoncé son acceptation de la compétence de la Cour à partir du 13 juin 2014. D’autre part, 47 rapporteurs spéciaux et experts indépendants aux Nations Unies en juin 2020, et les Nations Unies Le Comité des Nations Unies pour l’élimination de la discrimination raciale en décembre 2019 reconnaît qu’Israël a commis les crimes d’apartheid contre le peuple palestinien.

Le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme a annoncé une base de données de 112 entreprises israéliennes et internationales menant des activités économiques dans les colonies israéliennes en violation du droit international.

Au cours des trois dernières années, les avantages résultant de l’utilisation efficace des mécanismes juridiques internationaux ont augmenté, ce qui a augmenté les coûts moraux, économiques et politiques des politiques d’occupation d’Israël, en particulier dans les sociétés occidentales. Le début de ces avantages a été une décision de la Cour de l’Union européenne en novembre 2019, qui oblige les pays européens à distinguer les exportations provenant des colonies israéliennes illégales, et à montrer leur véritable origine aux consommateurs européens, et à ne pas les considérer comme des exportations en provenance d’Israël. . Un étiquetage correct de ces produits « induit en erreur les consommateurs européens qui ont le droit de faire des choix basés sur des considérations économiques, environnementales, sociales ou éthiques ». Le même tribunal a également demandé à la Commission européenne d’ici mai 2021 d’enregistrer une pétition populaire appelant à l’arrêt de tous les échanges commerciaux avec les colonies israéliennes. La pétition est soumise à la Commission européenne dans le cadre du mécanisme « Initiative citoyenne européenne », qui permet aux citoyens européens, sous certaines conditions et procédures, de contribuer directement à l’élaboration des politiques de l’UE. La Commission européenne avait précédemment refusé de reconnaître l’initiative populaire, intitulée « Assurer une politique commerciale commune conforme au droit international et aux traités européens » dans l’intérêt des relations bilatérales avec le gouvernement israélien. Il convient de noter qu’il existe environ 672 institutions financières européennes qui ont des liens financiers avec 50 entreprises opérant avec les colonies israéliennes, car le rapport de la Coalition internationale « Ne contribuez pas au financement de l’occupation », publié en septembre 2021, a révélé que ces entreprises ont reçu 114 dollars. milliards en espèces, prêts et souscriptions. Après une longue lutte des organisations palestiniennes, arabes et internationales de défense des droits de l’homme, le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme a annoncé en février 2020 une base de données de 112 entreprises israéliennes et entreprises internationales menant des activités économiques dans les colonies israéliennes en violation du droit international. mettre à jour la base de données.

Les institutions de la société civile ont réussi à obtenir des gains, tandis que la plupart des gouvernements arabes ont évité d’utiliser leurs moyens de pression pour soutenir le peuple palestinien

Face aux contraintes législatives et aux pressions exercées sur les membres (et partisans) du mouvement international de boycott, désinvestissement et sanctions (BDS) dans des pays européens comme la France et l’Allemagne, la Cour européenne des droits de l’homme, basée à Strasbourg, a statué dans d’importants En juin 2020, dans l’affaire « Baldassi et al. v. France » que la loi incriminant les activités de ce mouvement constitue une violation des libertés garanties par la Convention européenne des droits de l’homme, notamment le droit d’organisation et la liberté d’opinion et d’expression. Le tribunal a obligé le gouvernement français, par cette décision, à annuler sa condamnation des militants en vertu de cette loi d’ici 2015. Ce précédent devant l’un des plus importants tribunaux régionaux des droits de l’homme a contribué à donner une légitimité juridique et politique au niveau international aux militants. et les partisans du mouvement de boycott, les considérant comme des défenseurs des droits de l’homme.

Les institutions de la société civile ont réussi à obtenir cet avantage, à un moment où la plupart des gouvernements arabes ont évité d’utiliser leurs moyens de pression pour soutenir les droits du peuple palestinien.Les Arabes ont été impliqués dans le mouvement de boycott et d’arrestation d’Israël. Dans ce qui est arrivé à l’activiste palestino-égyptien Rami Shaath, nous avons un exemple, il a passé environ deux ans et demi derrière les barreaux, jusqu’à ce qu’il soit libéré après avoir été contraint de renoncer à sa citoyenneté égyptienne puis de se rendre en France. L’impact croissant de ce gain au niveau international sur la réalisation de l’objectif du droit à l’autodétermination du peuple palestinien reste soumis aux changements politiques palestiniens et arabes, en particulier la poursuite future des divisions politiques internes en Palestine. , et la tendance honteuse des gouvernements arabes à accorder une légitimité internationale et régionale à ceux qui ne la méritent pas par l’approfondissement sans précédent et accéléré des relations bilatérales avec Israël, comme si cette bataille juridique internationale face à l’occupation israélienne n’avait aucune importance pour eux.

Fernand Lefèvre

"Résolveur de problèmes typique. Sujet à des crises d'apathie. Mélomane primé. Nerd de l'alcool. Aficionado de zombies."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.