Assignation à résidence et arrestations dans les services de renseignement russes pour l’Ukraine

Samedi, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a lancé un appel à Moscou, affirmant que « le moment est venu » de discuter de « la paix et de la sécurité », sinon les conséquences pour la Russie persisteront pendant des générations.

« Les négociations sur la paix et la sécurité de l’Ukraine sont la seule chance pour la Russie de minimiser les dommages causés par ses erreurs », a déclaré Zelensky dans une vidéo publiée sur Facebook et filmée dans une rue déserte la nuit.

« C’est l’heure des réunions. C’est l’heure des discussions. Il est temps de restaurer l’intégrité territoriale et la justice en Ukraine », a-t-il ajouté, avertissant qu’autrement, il faudrait des générations avant que la Russie puisse se rétablir.

Depuis l’invasion de l’Ukraine par la Russie qui a commencé le 24 février, plusieurs cycles de négociations ont eu lieu entre Kiev et Moscou. Et le quatrième tour s’est ouvert lundi à distance au niveau des délégués.

Le chef de la délégation russe a annoncé vendredi soir avoir constaté une « convergence » des positions sur la question de la neutralité de l’Ukraine, évoquant également les progrès de la démilitarisation du pays.

« La question de la neutralité de l’Ukraine et de son statut de non-membre de l’OTAN est l’un des principaux points des négociations, et c’est à ce moment-là que les parties rapprochent le plus possible leurs positions », ont déclaré les agences de presse russes citant Vladimir Medinsky.

Cependant, il a noté qu’il y avait des « différences » sur les « garanties de sécurité » demandées par l’Ukraine.

« La déclaration de la partie russe n’est que le début de leurs revendications », a déclaré sur Twitter un membre de la délégation ukrainienne, le conseiller présidentiel Mikhailo Podolyak.

« Notre position n’a pas changé : cessez-le-feu, retrait des troupes (russes), fortes garanties de sécurité avec des formules concrètes », écrit-il.

Mercredi, l’Ukraine a confirmé l’existence de « profondes contradictions » dans les pourparlers russo-ukrainiens, mais a estimé qu’un « compromis » était encore possible.

Les bombardements russes des villes ukrainiennes se sont poursuivis tout au long de ces négociations, ciblant une grande partie de l’infrastructure civile.

Concernant la ville assiégée de Marioupol, où un théâtre abrité par plus de 1 000 personnes a été bombardé mercredi par les troupes russes, Zelensky a indiqué que plus de 130 personnes avaient été extraites des décombres.

Il a souligné que « malheureusement plusieurs personnes ont subi des blessures graves. Mais à ce stade nous n’avons aucune information sur le nombre de morts possibles », expliquant que « les opérations de sauvetage se poursuivent ».

Il a indiqué que grâce au couloir humanitaire mis en place dans le pays, plus de 180 000 Ukrainiens ont réussi à échapper aux combats, dont plus de 9 000 depuis Marioupol.

« Mais les occupants continuent d’empêcher l’aide humanitaire, notamment autour des zones sensibles. C’est une tactique bien connue (…) C’est un crime de guerre », a ajouté Zelensky.

Depuis le 24 février, plus de 3,2 millions d’Ukrainiens ont quitté le pays, dont près des deux tiers pour la Pologne.

Le porte-parole du HCR, Matthew Soltmarsh, a déclaré que les besoins humanitaires en Ukraine étaient « de plus en plus urgents », avec plus de 200 000 personnes sans eau dans la seule région de Donetsk, parlant de « graves pénuries » de nourriture, d’eau et de médicaments dans des villes comme Marioupol et Soumy.

Éloise Leandres

"Explorateur hardcore. Fanatique de la musique hipster. Érudit du café maléfique. Fervent défenseur de la télévision."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.