Après polémiques et oppositions, la France vote une loi visant « l’islam radical » | Nouvelles arabes DW | Dernières nouvelles et perspectives du monde entier | DW

Le parlement français a voté vendredi (23 juillet 2021) un projet de loi controversé contre le séparatisme, qui vise l’islam radical, et a finalement été adopté, mais a été vivement critiqué tant par la gauche que par la droite.

Après sept mois de débat entre le Parlement et le Sénat, les députés ont approuvé le texte « respect des principes républicains » qui était présenté comme un remède à la « domination islamiste » de la société, par 49 voix pour, 19 contre et 5 voix. abstenu.

Le gauchiste Jean-Luc Mélenchon, leader du parti France Fière, a vainement défendu la récente proposition de loi « pour des motifs anti-islamiques ». Mais le texte est « de portée générale » et « sans rapport avec les relations avec une religion », a déclaré le chef de la commission spéciale, François de Rugy (du parti du président français).

Ce texte, entériné par le ministre Gérald Darmannan, couvre un éventail d’actions autour de la neutralité des services publics, la lutte contre la haine en ligne, la protection des fonctionnaires et des enseignants, le contrôle de l’éducation familiale, le renforcement du contrôle associatif, l’accroissement de la transparence et du financement des pratiques religieuses, ou encore la lutte contre la polygamie. et les mariages forcés. .

Des représentants de gauche et de droite ont voté contre le texte pour diverses raisons. Les socialistes, notamment, y ont vu la preuve d’une « méfiance à l’égard de l’association », tandis que la droite y a vu « un surcroît d’action » sans être « ambitieux » pour « battre les islamistes ». L’extrême droite s’est abstenue de voter après avoir précédemment proposé un autre projet de loi plus radical.

Le texte a fait face à de vives attaques de la part de plusieurs dirigeants et mouvements islamiques à travers le monde, notamment la Turquie dirigée par Recep Tayyip Erdogan, provoquant des mois de tension entre Paris et Ankara. Le parlement français a approuvé le projet de loi en première lecture en février dernier.

Il est à noter que la France a été la cible d’une attaque extrémiste islamique sans précédent et sanglante qui a fait plus de 265 morts depuis 2015. Le projet de loi a été préparé avec les encouragements du président Emmanuel Macron après le choc d’une série d’attentats djihadistes, à commencer par l’attaque. dans l’hebdomadaire satirique Charlie Hebdo en janvier 2015. Jusqu’à la décapitation du professeur Samuel Bate en octobre dernier.

Le texte incrimine le « séparatisme », renforce le contrôle sur les associations et le financement des activités religieuses, serre la vis à la propagation de la haine en ligne et consacre le principe de neutralité (religieuse) pour les employés du secteur public. Elle vise notamment à prévenir l’infiltration de personnes considérées comme extrémistes dans l’appareil d’État, et à combattre « l’islam radical ».

AA/KHS (AFP)

Fernand Lefèvre

"Résolveur de problèmes typique. Sujet à des crises d'apathie. Mélomane primé. Nerd de l'alcool. Aficionado de zombies."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.