Apprenez à connaître Mai Al-Telmisani après avoir été anoblie de France.. Photo

Hier, l’Ambassade de France au Caire a rendu hommage à l’écrivain Mai Al-Telmisani, après son anoblissement, en présence de plusieurs amis de l’écrivain.

L’auteur Mai Al-Telmisani a annoncé en novembre dernier qu’elle avait été décorée de l’Ordre des Arts et Littératures françaises et a posté sur sa page personnelle sur le site de réseautage social « Facebook » en disant : « Bonne nouvelle aujourd’hui que j’ai reçu la Médaille française des Arts et des Littérature, chevalier, et moi avons reçu un message du ministre français de la culture par l’intermédiaire de l’ambassadeur de France au Caire de la minute.

May Al-Telmisani est née au Caire en 1965. Elle est issue d’une famille de cinéastes. Elle est la fille du réalisateur de documentaires égyptien Abdel Qader Al-Telmisani (1924 – 2003) et son oncle est le réalisateur Kamel Al-Telmisani.

Dans sa jeunesse, il envisage d’étudier le cinéma, mais se tourne vers l’écriture. Elle a fait ses études à l’école française des religieuses, et a étudié la littérature française à l’Université Ain Shams, où elle a obtenu son BA en 1987.

En 1995, il obtient une maîtrise à l’Université du Caire, et le sujet de sa thèse de maîtrise était le livre de Marcel Proust Pleasures and Days (en français : Plaisirs et Jours), qui était le premier livre de Proust.

Al-Telmisani a travaillé comme professeur à temps partiel au Département de littérature française de l’Université du Caire entre 1996 et 1998, et en 1998, il a reçu une bourse de l’Agence canadienne pour le développement international pour étudier un doctorat en littérature comparée à l’Université canadienne Université de Montréal. , et le sujet de sa thèse de doctorat était « Al-Hara fi Egyptian Cinema : 1939 ». 2001 », qui a ensuite été publié dans un livre au Centre national de traduction, traduit par Rania Fathi et révisé par Mai Al-Telmisani elle-même.

De 2001 à 2005, El-Telmisani a travaillé comme chargé de cours en cinéma et en études arabes aux universités de Montréal, Concordia et McGill au Canada, puis a été nommé professeur adjoint de cinéma et d’études arabes à l’Université canadienne d’Ottawa en 2006.

Mei Al-Telmisani publie des ouvrages littéraires, notamment : Sculpture répétitive (recueil d’histoires) : 1995, Dunyazad (roman) : Dar Sharqiyat, Le Caire, 1997, Trahison mentale (recueil d’histoires) : L’Autorité générale des palais culturels, Le Caire, 1999 , Heliopolis (roman) Dar Sharqiyat, Le Caire, 2001, pour le comité du mur (journal) : Dar Sharqiyat, Le Caire, 2009, Acapella (roman) : Dar Sharqiyat, Le Caire, 2012.

Parmi les études et traductions, Le cinéma arabe du Golfe à la mer (1994), Fouad Al-Tohamy et Zahrat Al-Musahili (1995), Pourquoi lisons-nous la littérature classique (Italo Calvino, traduction, L’Autorité publique des palais culturels, 1999) , Les Grandes Ecoles Esthétiques (Français : Les Grandes coles Esthétiques) – (Alan et Oduit Fermo, traduction, 2001)

Rochelle Samuel

"Un fauteur de troubles incurable. Praticien de la télévision. Évangéliste de Twitter subtilement charmant. Entrepreneur de toujours."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.