Analyse : les plans centristes de Macron pour la politique française ont entraîné l’accaparement des terres par des partis marginaux

Alors que son alliance centriste, Ensemble!, s’est taillé la part du lion lors du vote du deuxième tour de dimanche – remportant 245 des 577 sièges – c’était moins que les 289 nécessaires pour une majorité absolue.

La coalition de Macron cherchera désormais à construire une alliance au parlement afin de pouvoir adopter des lois.

La Première ministre Lisabeth Borne a déclaré dimanche soir : « Dès demain, nous travaillerons à construire une majorité d’action. Il n’y a pas d’alternative à cette coalition pour assurer la stabilité de notre pays et mettre en place les réformes nécessaires.

Ces réformes comprennent le relèvement de l’âge de la retraite et un programme plus favorable aux entreprises, qui ont tous deux rencontré une opposition de tous les horizons politiques, y compris des protestations au cours du premier mandat de Macron. Il souhaite également faire pression pour une plus grande intégration au sein de l’Union européenne et s’est imposé comme le leader de facto du bloc depuis que l’ancienne chancelière allemande Angela Merkel a quitté ses fonctions l’année dernière.

Philippe Marlière, professeur de politique française et européenne à l’University College de Londres, estime que « Macron tentera de gouverner par des alliances ad hoc sur certaines questions », mais souligne que les partis d’opposition voudront peut-être attendre et voir si Macron dissout le Parlement et « en aura un autre ». élection dans un an environ. »

Les analystes décrivent déjà le résultat des élections de dimanche comme un échec personnel majeur pour le président français – un échec qui pourrait ternir son héritage.

Lorsque Macron a été élu pour la première fois en 2017, il l’a fait en tant qu’homme relativement inconnu, à la tête d’un mouvement politique qui semblait surgir de nulle part et qui a repoussé le centre-gauche et le centre-droit traditionnels français.

« Le but de Macron est de dépolitiser la politique française, dans un sens. Il veut un grand centre qui a des gens de gauche et de droite qui essaieront de résoudre les problèmes de la France avec un bon sens non partisan », a déclaré Gérard Araud, ancien ambassadeur de France auprès d’America United. États-Unis, a déclaré à CNN.

« Cela crée le sentiment que la seule véritable alternative pour Macron, ce sont les politiciens de gauche et de droite », a-t-il ajouté.

L’analyse d’Araud est difficile à réfuter. La deuxième plus grande force politique siégeant actuellement à l’Assemblée nationale française est la coalition de gauche Nouvelle Union populaire écologique et sociale (NUPES), dirigée par le gauchiste Jean-Luc Mélenchon.

Le troisième parti est le Rassemblement national d’extrême droite de Marine Le Pen. Le Pen était l’adversaire de Macron au second tour de l’élection présidentielle d’avril, où il a obtenu 41 % du vote populaire.

Le parti d'extrême droite du Rassemblement national, dirigé par Marine Le Pen, a terminé troisième avec 89 sièges.

Aurélien Mondon, maître de conférences à l’Université de Bath, spécialisé dans la politique d’extrême droite et la radicalisation européenne, a déclaré que le plus grand échec de Macron pourrait être la normalisation de Le Pen et de la droite au sens large.

« L’idée d’un grand centre créant un fer à cheval, avec Macron et ses centristes flanqués d’extrême droite et d’extrême gauche, permet à Le Pen de se mettre dans la même catégorie que la NUPES », explique Mondon.

Si la NUPES compte quelques radicaux, dont Mélenchon lui-même, elle comprend également les Verts et les Socialistes, qui sont les principaux partis français depuis de nombreuses années.

Mondon a déclaré que le nombre record de sièges au parlement permettrait à Le Pen de revendiquer le résultat « comme une victoire effective et de pousser l’idée que l’extrême droite se rapproche du pouvoir en France et dans toute l’Europe ».

Il ne fait aucun doute que la victoire de Macron en 2017 était historique. Dans le monde du Brexit et de Donald Trump, sa victoire centriste et pro-européenne a été saluée par beaucoup qui craignent l’instabilité politique ressentie dans le monde.

Cette victoire semble maintenant très longue et il est difficile de voir ce qu’il adviendra du centre politique de Macron une fois qu’il ne sera plus au pouvoir. Encore plus difficile à prévoir est ce qui arrivera aux électeurs qui s’opposent à Macron après son départ : peuvent-ils être tentés de revenir au centre de la politique française, ou sont-ils plus en marge de la gauche et de la droite ?

Charlotte Baudin

"Faiseur de troubles. Communicateur. Incapable de taper avec des gants de boxe. Défenseur typique du café."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.