Alain Graillot, qui a mené le Crozes Hermitage français à la gloire, est décédé

Alain Graillot, dont le domaine éponyme est devenu le porte-drapeau de l’appellation Crozes-Hermitage dans le nord de la vallée du Rhône en France, est décédé d’un accident vasculaire cérébral le 3 mars, selon son exportateur de longue date. Il a 77 ans.

En 1985, Graillot vivait à Paris et poursuivait une carrière dans l’agrochimie quand il change brusquement de direction. Il achète un vignoble dans la région des Chênes Verts, à l’extérieur de la petite ville de Pont de l’Isère, et élabore son premier vin avec l’inspiration et l’aide des vignerons et amis bourguignons Jean-Pierre de Smet du Domaine de l’Arlot et Jacques Seysses. du Domaine Dujac. À l’époque, Crozes-Hermitage était largement méconnu, même avec le célèbre nom de colline Hermitage qui lui était attaché. (L’ermitage prestigieux est une désignation de voisin beaucoup plus petite.)

A la fin des années 1990, Graillot s’est fait connaître grâce à deux embouteilleurs de Syrah, un Crozes régulier et une sélection de barriques appelée La Guiraude qui n’a été produite que dans les années où il estimait que la qualité était méritée. Les raisins ont développé une excellente tenue au vieillissement et Graillot a progressivement étendu ses exploitations à plus de 20 hectares à Crozes, ainsi qu’à de petites parcelles à Saint-Joseph et à l’Hermitage. Les raisins Graillot obtiennent sept apparitions dans Public du vin liste annuelle du Top 100, dont trois Top 10. Le Domaine génère environ 8 000 caisses par an.

À la voix douce mais sérieuse et dédiée à la vinification à l’ancienne – pas d’insultes, pas de fûts de chêne neufs – Graillot a contribué à définir la direction de Crozes-Hermitage dans son ensemble. Avec son terrain principalement plat, Crozes-Hermitage offre aux jeunes vignerons un moyen abordable de démarrer un domaine par rapport aux autres appellations du Rhône septentrional, qui sont généralement situées sur des coteaux escarpés et portent le prix du prestige du nom. Graillot est devenu un leader et un enseignant pour la génération de vignerons qui l’a suivi, bien qu’il ait toujours été prompt à repousser les éloges.

« Peut-être que des jeunes m’ont vu – quelqu’un de Paris sans expérience – réussir ici, alors ils ont aussi créé un domaine », a déclaré Graillot. Public du vin en 2005. « Mais je ne suis le professeur de personne. »

En 2008, Graillot avait cédé le contrôle de son domaine à son fils Maxime, qui avait monté son propre domaine, Equis, en utilisant l’espace du sous-sol paternel. Deux élevages de vins en cuves séparés par un éclat de peinture blanche au sol. Alors que Maxime a opté pour l’éviscération et l’utilisation de chêne neuf pour ses propres cuvées, il a suivi l’approche de son père pour l’étiquette A. Graillot.

Le vigneron Tegan Passalacqua, dont les raisins Sandlands ont été importés en France par Graillot, a fait les vendanges pour Alain en 2005. « C’est l’un de mes héros, pas seulement dans le vin, mais dans la vie », déclare Passalacqua. « Il a réalisé son rêve. Tous ses amis avaient une maison en Bourgogne mais il n’avait pas les moyens, alors il est allé à Crozes et a fait le meilleur vin possible. Je me souviens qu’un jour, il ne nous laissera pas tomber. [moving juice from tank to barrel] parce qu’il n’était pas là pour s’assurer que les barils s’aligneraient parfaitement après. Il avait l’habitude de les enchaîner. C’est un parfait perfectionniste, mais aussi très sympathique. »

L’épouse de Graillot est décédée en 2019. Il laisse dans le deuil ses fils Maxime et Antoine et leur famille.

—avec reportage de Suzanne Mustacich


Restez au courant des histoires de vin importantes avec le Wine Spectator gratuit Dernières alertes de nouvelles.

Roul Dennel

"Écrivain extrême. Passionné d'Internet. Passionné de télévision indépendant. Fan de nourriture diabolique. Introverti. Penseur hardcore. Future idole des adolescents. Expert en bacon."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.