« Age of Empires IV » veut vous donner une leçon

La clé de Le grand jeu de l’histoire consiste à s’assurer que l’histoire ne ruine pas le jeu. Relic Entertainment savait, dès le début, que Âge des empires IV devrait présenter les Mongols. Ils sont la clé de voûte de la civilisation, qui sont tous deux des forces emblématiques dans Âge des empires II et une puissance emblématique de l’histoire, réputée pour sa cavalerie à cheval ultra-rapide, avec un empire qui s’étendait sur 9 millions de miles carrés, d’est en ouest, englobant presque tout le monde du jeu Relic.

Ou, franchement: « Nous étions comme, d’accord, eh bien, ils se battent contre tout le monde », a déclaré Quinn Duffy, directeur du jeu. « Alors maintenant, nous pouvons commencer à déterminer qui d’autre nous pouvons inclure. »

Sa tâche est maintenant de réduire 500 ans d’histoire à « l’essence » d’une civilisation : une abstraction faite pour s’adapter aux règles du jeu.

Certains des éléments historiques sont parfaitement cartographiés. Odegaï Khan, le troisième fils de Gengis, élargit le réseau de Yam des premiers express géants de poneys : des postes où les chevaux ou les coureurs pouvaient se reposer pendant qu’ils envoyaient des messages à travers l’empire. L’équipe de Relic a réorganisé cela en un petit cercle de pierre : des avant-postes qui donnent aux unités un bonus de vitesse lorsqu’elles tournent autour de la base des joueurs.

D’autres idées ont été abandonnées. Les chevaux capturés par le mouvement de l’équipe. Au lieu des dessins animés que les animaux tournaient sur un sou dans les jeux précédents, dans le nouveau jeu, les chevaux seront réalistes, avec un ensemble complet d’animations, ralentissant et se courbant en cercles vers leurs cibles. Le jeu ne peut pas être joué. « Tout le monde l’a détesté », a déclaré Adam Isgreen, directeur créatif de la franchise chez World’s Edge, qui a collaboré avec Relic sur le jeu.

Enfin, il y a des aspects qui, selon Duffy et Isgreen, sont tout simplement anhistoriques. Mongols en Âge des empires IV sont nomades : leurs villes peuvent être emballées dans des charrettes et déplacées sur la carte. En réalité, dit Duffy, même si cela peut sembler « authentique », c’est inexact : lorsque les Mongols se sont propagés de l’ère de Gengis Khan à ses fils et petits-enfants, ils se sont installés, construisant des villes et des forts. « Cela a toujours été un combat intéressant », a-t-il déclaré. « Nous avons toujours lutté avec l’impact que l’authenticité et l’abstraction de l’authenticité ont sur le gameplay. »

Avec l’aimable autorisation de Microsoft

Fernand Lefèvre

"Résolveur de problèmes typique. Sujet à des crises d'apathie. Mélomane primé. Nerd de l'alcool. Aficionado de zombies."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.