À l’occasion de l’anniversaire de la naissance de Zaki Rostom … le magazine Barry Patch l’a choisi comme l’un des 10 meilleurs acteurs du monde

Aujourd’hui c’est l’anniversaire du regretté grand artiste Zaki RostomIl est l’un des principaux acteurs du monde du théâtre en Egypte, considéré comme l’un des géants de l’art d’autrefois, il a su incarner avec le plus grand professionnalisme tous les rôles joués au cours de sa grande carrière artistique, comme il a incarné de nombreux personnages complexes qu’ils sont difficiles pour un artiste qui n’a pas étudié l’art d’agir, son incarnation.

Zaki Rostom Bey, acteur égyptien appartenant à l’école d’intégration, est considéré comme l’un des représentants les plus importants du cinéma égyptien, et a été choisi par le magazine (Barry Patch) comme l’un des 10 meilleurs acteurs au monde, avec plus de 240 films à son actif, dont seulement 55 films étaient connus.

Il est né dans le palais de son grand-père, le général de division Mahmoud Rustom Pacha, dans le quartier Helmiya, habité par l’aristocratie au début du siècle dernier. Son père, Muharram Bey Rustom, était un membre éminent du Parti national et un ami personnel des deux dirigeants, Mustafa Kamel et Muhammad Farid.

En 1920, il obtient son diplôme d’études secondaires et refuse de terminer ses études universitaires, et le désir de son père est de l’inscrire à la Faculté de droit, mais il choisit l’art d’agir comme passe-temps.
En 1924, l’haltérophilie était son passe-temps favori et il remporta le titre de deuxième champion égyptien des poids lourds en haltérophilie.
Il a rencontré l’artiste « Abdul Warith Asser », qui l’a inclus dans l’un des groupes de théâtre amateur, et ce fut le tournant de sa vie.

Après la mort de son père, il se rebelle contre les traditions de l’ancienne famille, annonçant son entrée dans la troupe de George Abyad. Sa mère l’a expulsé des Sarayas parce qu’il était un mauvais exemple pour ses frères, après l’avoir choisi entre l’art et l’inscription à la Faculté de droit, il a donc choisi le théâtre et a été paralysé jusqu’à sa mort.
Il a rejoint la troupe « Aziz Eid », puis est parti après des mois pour rejoindre la troupe « Union des acteurs », et a été la première troupe pour laquelle le gouvernement a décidé d’une subvention fixe, mais cela n’a pas duré longtemps, alors l’a laissé.
Plus tard, il a rejoint le « National Band » et a été dirigé par l’artiste « Khalil Mutran » à l’époque et y est resté pendant dix ans.
Le réalisateur Mohamed Karim l’a choisi comme co-vedette du film muet « Zainab », écrit par le Dr « Hussein Heikal » et produit par Youssef Wehbe, et il était en face de l’artiste Bahja Hafez.

Son bilan artistique de films a atteint 240 films, mais les plus célèbres et les 55 films existants, il a présenté, par exemple, « Al-Azima » 1939, « Zulekha aime Ashour » 1939, « Forever » 1941, « The Evil » 1942, « L’ennemi des femmes » 1946 et « L’anneau de Soliman ». « Yasmine », « Au revoir, Zahr » 1947, « La vendeuse de pain » 1953, « La fatwa » 1957, « Femme sur la route » 1958, et son dernier film, « Vacances d’été » 1967.
Georges Sadoul, historien et critique de cinéma français, a écrit de lui qu’il est un artiste capable et une version égyptienne d’Orson Welles, avec ses traits expressifs et son apparence influente, et a été choisi par le magazine français Paris Match comme l’un des dix meilleurs films internationaux. acteurs.
Il était appelé « le pionnier de l’école d’intégration ». Il était un merveilleux modèle pour une star de cinéma solo dans son talent, capable d’assumer n’importe quel personnage, peu importe le nombre d’états psychologiques et leurs positions volatiles et colorées.La situation, Faten Hamama avait peur de fusionner quand elle l’a attrapé , alors il a dit: « Il a fondu au point que quand il m’a coupé le souffle, je me suis lancé dans les airs. »

Lorsque Columbia lui a proposé de jouer dans un film international, Zaki Rostom a refusé et lorsqu’on lui a demandé pourquoi il avait refusé, il a répondu avec colère : « Il est déraisonnable de travailler dans un film hostile aux Arabes ».
L’art pour lui était le plateau, et au moment où il l’a quitté, le lien entre eux était complètement rompu, c’est pourquoi il n’avait pas d’amis.
Son seul ami, Suleiman Najib, était connu sous le nom d’Ibn al-Basha, respectait et aimait l’artiste Abdel Wareth Aser, et a vécu toute sa vie de célibataire, sans penser au mariage, uniquement préoccupé par l’art.
Dans ses dernières années artistiques, il souffrait d’une perte auditive et hésitait à utiliser une aide auditive issue de ces inventions électroniques.
Il vivait seul dans un appartement de l’Immeuble Yacoubian rue du 26 juillet, et son unité n’était aimée que par un vieux domestique qui le servait depuis plus de trente ans et son chien, le loup, qui l’accompagne dans ses promenades matinales.
En 1962, il reçoit la Médaille des arts, des sciences et des lettres des mains du président Gamal Abdel Nasser.

En 1968, l’artiste Zaki Rostom a complètement cessé de jouer et s’est éloigné du cinéma et s’est retiré des gens après avoir progressivement perdu son sens de l’ouïe et passé la plupart de son temps à lire.

Il a subi une grave crise cardiaque, après quoi il a été transféré à l’hôpital Dar Al Shifa, et dans la nuit du 15 février 1972, son âme s’est envolée vers le ciel. Personne ne l’a entendu et personne ne s’est rendu à ses funérailles.

Fernand Lefèvre

"Résolveur de problèmes typique. Sujet à des crises d'apathie. Mélomane primé. Nerd de l'alcool. Aficionado de zombies."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.