60 ans après la fin de la guerre : le « réalisme » gouverne la politique de de Gaulle en Algérie

Soixante ans après la fin de la guerre d’Algérie (1954-1962), dont les plaies ne sont pas encore cicatrisées, les historiens étudient toujours la politique du général français Charles de Gaulle en Algérie sous tous ses aspects. Ils expliquent ses contradictions et ses stratégies, concluant que, motivé par le principe de réalisme, il s’oriente progressivement vers un soutien à l’octroi de l’autodétermination par l’Algérie.

En mai 1958, Charles de Gaulle déclara après son retour au pouvoir à cause des effets de la guerre d’Algérie qui mit fin à la IVe République : « C’est un problème qui ne peut être résolu, mais nous vivons avec.

L’homme qui a lancé l’appel à combattre l’Allemagne nazie dans les années 1940 a toujours un air d’honneur, et est considéré comme un homme de scène, le seul capable de libérer la France du bourbier politique, économique et humanitaire de l’Algérie.

De l’autre côté de la Méditerranée, l’Algérie française croyait aussi que le peuple qui s’était battu 15 ans plus tôt pour libérer la France et maintenir son intégrité territoriale sauverait l’Algérie.

Mais de Gaulle, revenu au pouvoir après 10 ans, « ne savait pas ce qu’il pouvait faire », selon l’historien Maurice Weiss. Il s’entoura de personnalités favorables à la survie de l’Algérie française, et d’autres favorables à l’indépendance de l’Algérie, colonisée par la France depuis 1830.

Weiss a ajouté : « Il sait qu’il y a une tendance générale à arrêter le colonialisme, et il ne prétend pas que l’Algérie restera la France pour toujours », mais il n’a aucune position idéologique sur la question.

On lui attribue un poste au sein du conseil privé sur l’Algérie, qui n’a pu être vérifié. Mais dans ses discours publics, il a préservé l’histoire, notamment la phrase « je vous comprends », qu’il a adressée à la foule algérienne appelant à ce que l’Algérie reste française le 4 juin 1958, 3 jours seulement après son entrée en fonction.

Que comprend-il ? et comment? La phrase avait été interprétée de différentes manières, comme s’il voulait, exprès, pas tout à fait clair, plaire à tout le monde.

Cette contradiction est devenue la raison pour l’accuser plus tard par l’Algérie française et une partie de l’armée de « trahison », lui rappelant qu’il avait dit « Vive l’Algérie française » en marge d’une visite à Oran le 6 juin 1958.

Weiss estime que « nous ne pouvons pas parler de trahison », ajoutant : « Il cherchait les intérêts français. Point sur la ligne, et sa survie en Algérie. Comment ? Il ne savait pas comment c’était alors.

Cette ambiguïté lui a permis de gagner du temps. Au lieu de cela, il a commencé à suivre les traces des dirigeants français qui l’ont précédé, « étant donné que les réformes algériennes allaient lui permettre d’être sauvé. Il a fondé le Collège électoral unique et lancé un programme industriel avec le plan Constantin », selon l’historienne Sylvie Tino, spécialiste de la guerre d’indépendance de l’Algérie, qui dit avoir aussi tenté de lutter pour « la paix des braves », mais le National L’Armée de libération (la branche militaire du Front de libération) a refusé l’offre.

En 1959, sa politique connaît plusieurs changements.En mars 1960, devant les militaires en Algérie, il déclare que l’indépendance est un « truc », mais il choisit d’aller vers l’acceptation de l’Algérie par les Algériens.

Le tournant décisif s’est produit le 16 septembre 1959. Ce jour-là, de Gaulle a déclaré que les Algériens avaient le droit à l’autodétermination, ce qui était considéré comme un véritable acte de mort pour les Algériens. Il a pris en compte les réalités du terrain en Algérie, la déformation de l’image de la France dans le monde, les accusations portées contre lui à l’ONU et l’évolution de l’opinion publique française, au fur et à mesure que se répandait l’expression « la paix en Algérie ». sur tous les murs de toutes les terres françaises.

De Gaulle, qui avait toujours dit qu' »il n’y a pas de valeur pour une politique en dehors de la réalité », a pris la décision, estimant que tous ces sacrifices n’en valaient pas la peine. « Il était pragmatique et est parvenu à la conclusion que l’intérêt de la France était de mettre fin au colonialisme », a déclaré Weiss. Il a tourné une page de l’histoire de France, même si son impact résonne encore aujourd’hui.

Fernand Lefèvre

"Résolveur de problèmes typique. Sujet à des crises d'apathie. Mélomane primé. Nerd de l'alcool. Aficionado de zombies."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.