2022 a été l’année du scandale politique en Europe, aux États-Unis

ISTANBUL

2022 a jusqu’à présent été une année de scandale politique pour de nombreux pays du monde.

La Grèce a récemment été secouée par un scandale d’écoutes téléphoniques, communément appelé la « porte d’écluse » du pays. La chancelière allemande fait face à de nouvelles accusations pour un scandale d’évasion fiscale. La France a vu un scandale sexuel frapper des ministres du gouvernement d’Emmanuel Macron. Le Parti conservateur britannique a connu une vague de démissions, dont celle du Premier ministre, après le récent scandale. Aux États-Unis, un groupe de journalistes et d’avocats ont poursuivi la Central Intelligence Agency (CIA) et son ancien directeur, Mike Pompeo, pour surveillance.

Voici les scandales qui ont secoué l’Europe et les États-Unis ces derniers mois.

Allemand

Le chancelier allemand Olaf Scholz a récemment subi une pression croissante à la suite d’une série de nouvelles révélations sur le scandale de l’évasion fiscale « cum-ex », qui aurait coûté des milliards d’euros aux contribuables allemands.

Les politiciens de l’opposition insistent sur le fait que Scholz et ses collaborateurs ont utilisé leur influence politique il y a six ans pour aider la Warburg Bank à éviter de rembourser 47 millions d’euros (48,2 millions de dollars) de déclarations de revenus illégales, alors que Scholz était Premier ministre de l’État de Hambourg, dans le nord du pays.

La Warburg Bank et des dizaines d’autres institutions financières auraient été impliquées dans une fraude boursière massive entre 2002 et 2012, aidant leurs clients à frauder le gouvernement et à réclamer le remboursement d’impôts qu’ils n’ont jamais payés.

Le chancelier a rejeté les allégations lors d’une conférence de presse la semaine dernière au Centre de presse fédéral, mais n’a pas fourni de réponses claires aux questions sur sa rencontre avec les cadres supérieurs de Bank Warburg et l’ancien député du SPD Johannes Kahrs à l’époque.

Il a déclaré que toutes ces allégations avaient fait l’objet d’enquêtes par des commissions parlementaires pendant plus de deux ans.

Scholz doit témoigner cette semaine devant un panel parlementaire chargé d’enquêter sur les allégations.

Grèce

Un scandale de surveillance en Grèce a secoué le gouvernement du Premier ministre Kyriakos Mitsotakis après que le service national de renseignement du pays a admis avoir mis sur écoute un journaliste.

Le scandale a éclaté plus tôt ce mois-ci lorsque le chef du Service national de renseignement (EYP), Panagiotis Kontoleon, a déclaré à une commission parlementaire que son agence avait espionné le journaliste Thanasis Koukakis.

La session parlementaire à huis clos a eu lieu après que Nikos Androulakis, chef du parti socialiste d’opposition PASOK, se soit plaint de tentatives de piratage de son téléphone portable avec le logiciel de suivi israélien Predator.

Le directeur de l’EYP, Panagiotis Kontoleon, et le secrétaire général du Premier ministre, Grigoris Dimitriadis, ont démissionné après l’admission du premier dans une commission parlementaire.

Le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis a reconnu que l’EYP avait mis Androulakis sur écoute, mais a nié avoir des informations sur la surveillance illégale.

France

Le ministre français de la Solidarité et de la Cohésion sociale Damien Abad a été accusé d’avoir violé deux femmes en 2010, selon un rapport du média français Mediapart en mai.

Au moins 188 femmes, dont des militantes féministes et des politiciennes telles que la députée Clémentine Autain et la conseillère parisienne Alice Coffin, ont envoyé une lettre ouverte au quotidien français Le Monde, exigeant la démission de la ministre française.

Le ministre de 42 ans a nié les allégations mais a quitté le gouvernement Macron le 4 juillet pour « se défendre sans entraver les actions du gouvernement ».

En outre, Chrysoula Zacharopoulou, une gynécologue nommée ministre du Développement en mai, a été accusée de viol par deux femmes qui l’ont accusé d’avoir pratiqué des procédures gynécologiques sans leur consentement.

Anglais

Chris Pincher, un député du gouvernement conservateur, a été accusé d’avoir peloté deux hommes dans un club privé.

Il avait démissionné le 1er juillet de son poste de chef adjoint du whip dans une lettre disant qu’il avait « trop ​​bu » et « gêné lui-même et les autres ».

L’ancien Premier ministre britannique Boris Johnson, mis sous pression, a finalement annoncé sa démission en juillet, suite au scandale Pincher, suivi d’une vague de démissions ministérielles.

Downing Street a initialement déclaré que Johnson n’était au courant d’aucune allégation antérieure spécifique contre Pincher, mais il est apparu plus tard que Johnson avait en fait été informé lorsqu’il est devenu secrétaire d’État en 2019 de cas d’inconduite antérieure présumée de la part de Pincher.

NOTRE

Un groupe de journalistes et d’avocats ont poursuivi la Central Intelligence Agency (CIA) des États-Unis et son ancien directeur, Mike Pompeo, pour des allégations selon lesquelles ils auraient été placés sous surveillance lorsqu’ils auraient rencontré le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, lors de son séjour à l’ambassade d’Équateur à Londres.

Le procès, déposé lundi devant le tribunal de district de New York, allègue que la CIA de Pompeo a violé le droit à la vie privée des journalistes et avocats américains en les espionnant.

Les plaignants comprennent les journalistes Charles Glass et John Goetz ainsi que les avocats Margaret Kunstler et Deborah Hrbek, qui ont représenté Assange.​​​

Le site Web de l’Agence Anadolu ne contient qu’une partie des informations proposées aux abonnés sur le système de diffusion d’informations AA (HAS), et se présente sous forme de résumé. Veuillez nous contacter pour les options d’abonnement.

Charlotte Baudin

"Faiseur de troubles. Communicateur. Incapable de taper avec des gants de boxe. Défenseur typique du café."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.