Le Pantsula sud africain, cette danse de voyous

J’ai découvert le Pantsula Sud Africain lors du Festival Rayon Frais 2010 qui s’est tenu du 13 au 17 juillet 2010 à Tours (France). Ce fut une agréable surprise de pouvoir apprécier Via Katlehong Dance Company, ce groupe de danse devenu au fil des années l’ambassadeur d’une danse sud-africaine populaire de rue et de contestation exécutée en bottes de caoutchouc.

Le Pantsula

C’est sous le régime de l’Apartheid, dans les années 60-70 que le pantsula émerge en Afrique du Sud. A cette époque, une majorité des populations rurales noires a été déplacé de force vers les townships, ces zones d’habitations très précaires située en périphérie des villes où règnent chômage et criminalité. C’est dans ce véritable réservoir de souffrance, d’espoir et avec une rage de s’exprimer que naîtra une nouvelle culture : le Pantsula, très souvent appelé danse des voyous.
La culture du Pantsula, tout comme celle du Hip Hop, revendique un style de vie recouvrant la mode, la musique, la danse, des codes gestuels, un langage… auxquels les jeunes des ghettos s’identifient.

Via Katlethong Dance Company

 

Via Katlehong Dance Company, Ambassadeurs des townships sud africains

Dans les années 1992, Buru Mohlabane, Vusi Mdoyi et Steven Faleni s’associe pour faire naitre dans le township de Katlehong une compagnie intitulée Via Katlehong Dance Company.
L’objectif de cette compagnie était d’éloigner les jeunes de la criminalité en introduisant la danse dans leur quotidien, puisque Katlehong est l’un des plus dangereux townships d’Afrique du Sud. A travers les cours de danse et l’art, des jeunes pouvaient oublier les problèmes sociaux et le contexte environnemental dans lequel ils évoluaient. C’était aussi un moyen d’éviter que certains d’entre eux tombent dans la drogue.

C’est ainsi que ce projet a pris plus d’ampleur que prévu et que le groupe s’est retrouvé au « rang d’ambassadeur » du townships et contraint d’endosser un rôle de porte parole de cette jeunesse désireuse d’un avenir meilleur et souffrant des discriminations. Aujourd’hui, Via Katlehong Company Dance fait partie du paysage chorégraphique international et a réalisé de nombreuses tournées et succès dans le monde entier. Quelques choses de quasi inimaginable pour les trois fondateurs de la troupe au moment de la création du projet.

Via Katlehong Dance Company, un mélange unifié de danses sud africaines

Les danseurs de la compagnie proviennent des neuf différentes culture d’Afrique du Sud qui correspondent au neuf régions du pays. Chaque région a sa particularité mais pour survivre dans le township, il a fallu s’unir autour d’idéaux communs. Cette culture a été appelée « isi-pantsula ». C’est une danse urbaine protestataire qui raconte la vie quotidienne. Via Latlehong Company Dance a donc fait de la vulgarisation de la danse Pantsula sont fer de lance. Ensuite, le groupe a décidé de mélanger cette danse du township avec les danses traditionnelles issues des cultures zoulou, xhosa, sotho… mais aussi avec le gumboot dance, une dance qui tient son nom des bottes en caoutchouc des mineurs sur lesquelles ils tapaient en dansant lors des grèves pour manifester leur mécontentement.

Pour apprécier Via Katlehong Company Dance, cliquez ICI;

Vous savez maintenant tout sur cette danse pleine d’énergie qui saura vous redonner du Pep’s.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s