[100% Afrique] Expo Afriques Capitales : Un rêve de Nabil Boutros

L’exposition Afriques Capitales se distingue par le nombre d’installation et de performances. Elle nous fait réaliser que ces médiums sont très exploités par cette génération d’artistes contemporains jeunes, libérés et décomplexés en vue de nous interpeller sur différents maux, fléaux et problématiques qui touchent le continent africain et par répercussion le monde puisque nous sommes tous liés par la mondialisation. Découvrez l’installation Un rêve de Nabil Boutros.

Exposition – Afriques Capitales Parc de La Villette – Source : intothechic

Un rêve

J’ai découvert Nabil Boutros lors de l’exposition Lumières d’Afriques qui a réunis 54 artistes africains du 27 avril au 6 juin 2016 à la Fondation Donwahi.  Pour cette nouvelle rencontre, je n’ai pas été surprise de voir que l’homme était encore au coeur de sa réflexion. La sculpture intitulée un rêve  interroge sur le devenir de l’homme. En effet, un nuage peut être interprété comme une menace et /ou une promesse. Ce nuage lumineux qui plane sur nos têtes est encerclé par un fil de fer barbelé. On se demande alors si le nuage a été encerclé par le fil de fer barbelé où si il est allé se blottir dans ce dernier. Une métaphore pour nous rappeler la nécessité de se libérer de nos entraves afin de mieux vivre l’instant présent.

Nabil Boutros

Né au Caire, Nabil Boutros vit et travaille entre le Caire et Paris. Il étudie d’abord aux Arts-Décoratifs du Caire, puis à l’École Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris. Son œuvre est à la croisée de différentes disciplines : la peinture, la scénographie, les installations mais la photographie est depuis 1986 son outil privilégié.

L’Égypte et le Moyen-Orient ont longtemps été au cœur de sa recherche. Comme une réponse à ses propres questions, il se consacre à la réalisation d’une grande série de portraits d’égyptiens au début des années 1990. À la frontière du documentaire, ses séries photographiques dépeignent, entre autres, les liens entre Alexandrie et Marseille, les rituels et le quotidien des Coptes, les chrétiens d’Egypte, la période de Ramadan au Caire. Mais aussi des sujets plus complexes tels que les hammams de San’aa et du Yémen, en passant par la modernité en Egypte et chez les bédouins de Jordanie. Plus récemment, il aborde des thèmes plus globaux, tels que les affiches publicitaires dans les pays émergents, la place de l’Homme dans un système de production mécanisé ou la violence à l’encontre des animaux.

Ses travaux ont été montrés dans des institutions culturelles de renom, notamment au Musée Guggenheim de New York en 1996, à l’Institut du Monde Arabe en 1998, 2005 et en 2012, au Musée d’Histoire Naturelle de Luanda en 2009, ou encore au MMK (Museum fur Modern Kunst) de Frankfort en 2014. Il participe à de nombreux festivals dédiés à la photographie et autres manifestations majeures dont les Rencontres de la Photographie de Bamako en 2003 et 2007, la biennale de Lyon en 2011, ou encore à la Gôteborg International Biennial for Contemporary Art en 2013.

source : Lumieresdafriques.com

A lire: 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s