Jamaïca Jamaïca ! De Marley aux deejays – Du 4 avril au 13 août 2017 à l’Espace Philharmonie de Paris

A partir du mardi 4 avril 2017, Paris vivra au rythme du Reggae avec l’exposition Jamaïca, Jamaïca! De Marley aux deejays. Cette exposition vise à faire découvrir cette musique qui fut une « caisse de résonance de la colère d’un peuple, et qui porta sa supplique bien au-delà des frontières de la Jamaïque pour en faire la plus populaire des musiques du monde ».  Découvrons les grandes lignes de cette exposition. 

Jamaïca, Jamaïca ! de Marley au deejays

L’exposition Jamaïca, Jamaïca! se déroulera du 4 avril au 13 août 2017 à l’Espace Philharmonie de Paris. Elle a pour objectif de mettre en lumière la musique jamaïcaine à travers cinq (5) prismes :

  • La Jamaïque, une île minuscule qui a donné vie à l’un des courants majeurs de la seconde moitié du XXe siècle;
  • Replacer la musique jamaicaine dans l’histoire des musiques noires : une musique trop souvent stigmatisée et réduite à des clichés;
  • Bob Marley, la première superstar issue du tiers-monde;
  • De l’esclavage au panafricanisme : l’histoire d’une décolonisation par la musique;
  • Sound system, DJ, clash, remix, twerk : une musique dont les inventions des années 1960 irriguent toutes les musiques urbaines d’aujourd’hui, du rap à l’électro.

 

Le principe de l’exposition :

  • Un parcours chronologique et thématique en 7 parties évoquant le trajet musical et politique unique de la Jamaïque.
  • Une musique visuelle : le mural art des rues de Kingston, les pochettes de disques, les flyers, l’exubérance graphique des discomobiles de rue.
  • Une exposition qui présente la richesse d’une culture grâce aux prêts exceptionnels et inédits en Europe de nombreuses institutions jamaïcaines dont la National Gallery de Kingston (Mallica « Kapo » Reynolds, Evadney Cruickshank, Sidney McLaren, Karl Parboosingh…).
  • Une exposition qui présente l’influence de la culture jamaïcaine sur la musique, le graphisme, la mode, l’art contemporain, en Jamaïque comme en dehors de ses frontières (Tony McDermott, Xavier Veilhan, Nik Nowak, Leasho Johnson, Beth Lesser, Patrick Cariou, etc.).
  • Une scénographie qui sublime l’élégance architecturale dans le foisonnement graphique de ces musiques grâce à l’agence d’architectes Encore Heureux.

Une sélection artistique et culturelle variée

  • Les peintures et fresques in situ du street artist jamaïcain Danny Coxson, invité par la Cité de la musique – Philharmonie de Paris et l’Institut français.
  • Les installations interactives : un sound system et des sélections à piloter soi-même, des soirées dansantes dans l’exposition tous les vendredis soir.
  • Des instruments uniques : la guitare M16 en forme de mitrailleuse de Peter Tosh, des sound systems vintage, la console de mixage customisée de King Tubby, etc.
  • La reconstitution d’univers : les studios mythiques Studio One, Black Ark et King Tubby.
  • Des morceaux et vidéos rares ou inédits de Bob Marley and The Wailers.

 

Des concerts, rencontres et ateliers thématiques sur la culture reggae et rastafari

Du 21 au 23 avril 2017 une sélection de concerts, spectacles, projections et ateliers thématiques sur la culture reggae et rastafari se tiendront.

Pour tout savoir sur la programmation, cliquez ICI.

 

A lire : 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s