Les masques Guèlèdè du Bénin

Vous n’êtes pas sans ignorer ma passion pour les masques africains. En effet, je trouve que les masques sont un témoignage vivant de l’histoire de nos pays car ils sont la matérialisation de nombreux rites et coutumes constitutifs des sociétés africaines.  Découvrons, le masque Guèlèdè du Bénin.

Les masques Guèlèdè du Bénin- source : internet
Les masques Guèlèdè du Bénin- source : internet

 

Le masque Guèlèdè et société secrète

Au Bénin, il existe deux (2) sortes de sociétés de masques : la société à moitié secrète et la société secrète. La première est représentée par le guèlèdè et la deuxième par le oro, le koutito et le zangbéto. Fabriqués dans le pays, par des initiés, sur la demande du chef de la société concernée, ces masques sont utilisés pour marquer différents moments forts de la vie de la société de masques notamment les cérémonies annuelles des fétiches, celles de l’initiation des nouveaux adhérents, les fêtes agricoles, l’exorcisme des mauvais esprits, la guérison et des cérémonies de divertissement. Dans ce dernier cas, le porteur du masque se conduit comme un fou / un bouffon qui doit faire rire le public.  Il faut toutefois noter que cette dernière pratique  ne signifie pas pour autant qu’il rompt avec le monde des esprits.

Pour comprendre le monde des masques du Bénin, il faut se positionner dans une compréhension de la religion vaudoun et des rites associés puisque la majorité des sociétés de masques béninoises sont essentiellement animistes bien que leurs adeptes soient parfois athées ou pratiquants de diverses religions plus modernes et récentes.

A lire : le vaudou, l’un des seuls héritages africains jeté dans le Nouveau Monde

La société Guèlèdè : une société féminine?

La société Guèlèdè a particulièrement attirée mon attention car elle est dirigée par un groupe de femmes dont le titre le plus élevé est Iyalashè (iya = mère et lashè = permission). Iyalashè est la femme qui détient la position-clé de la sorcellerie. Elle est le chef suprême qui ordonne la danse Guèlèdè. C’est elle seule qui a le pouvoir de commander ou de décommander les actions des forces occultes. Elle supervise tous les cultes fétichistes, ses adeptes, et dirige la vie sociale de tout le village.

De nos jours, Iyalashè est aidée dans ses fonctions par Babalashè (baba = père et lashè = permission).

Les Nago et les Yoruba, ethnies respectivement du Bénin et du Nigéria, pensent que la femme a deux forces : une positive et une négative. Cette dernière est aussi appelée ajè.
Il faut noter que si les femmes dirigent la société guèlèdè, ce sont les hommes qui portent les masques en vue d’implorer la bonté de ces dernières. Ainsi selon certains membres de la société guèlèdè, le guèlèdè serait le tribut à payer aux pouvoirs mystiques des femmes dont il faut se protéger et qu’il faut apaiser, voire même changer, transformer en puissance bénéfique pour la société. C’est pourquoi on adhère à la société guèlèdè pour se protéger (i) de la sorcellerie, (ii) de la maladie, (iii) de la mort et (iv) pour assurer son propre épanouissement.

Les masques Guèlèdè du Bénin- source : internet
Les masques Guèlèdè du Bénin- source : internet

Des sociétés pleines de sens

Vous comprenez donc la nécessité d’associer cette réflexion artistique à une compréhension de la religion animiste et plus largement vaudou car au Bénin, chaque société de masques a des règles très strictes que nulle personne ne peut enfreindre sous peine de devoir mourir. Ainsi les sociétés de masques ont chacune un langage, un code, des signes et une loi dont les initiés gardent le secret délivrant ainsi une certaine forme de pouvoir aux détenteurs de ces secrets.  On a donc une compréhension des fondements et de l’organisation de la société sur la base de la compréhension des sociétés secrètes. On comprends ainsi que les signes, symboles et la communication non verbale ont vraiment un poids très important au sein de la culture béninoise.

A lire : Exposition « Signes de pouvoirs » de Charly d’Almédia à la LouiSimone Guirandou Gallery

 

4 comments on “Les masques Guèlèdè du Bénin

  1. Aversion : Sentiment d’antipathie violente, voire de répulsion, ressenti par quelqu’un à l’égard d’une personne ou d’une catégorie de personnes ; haine, inimitié
    = Violente antipathie, dégoût.
    ??

    J'aime

    • Je vois que la correction automatique m’a fait défaut. J’ai corrigé le mot mais apparemment, vous voyez encore le mot aversion. Pouvez vous actualiser la page et vous verrez surement passion au lieu de aversion. Merci pour votre vigilance ! 😉

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s