Yahn Aka

La personnalité du Mois de janvier 2017 sur Originvl Art & Culture est Aka Brou Yannick dit Yahn Aka. Ecrivain qui est à l’origine des éditions Maïeutique. Je l’ai découvert en lisant le livre Poings d’interrogation dont il est un des co-auteurs. Passionné par la Littérature et la Musique, il partage avec nous un peu de lui en prélude de la présentation de son prochain roman intitulé ‘Démon-cratie’ qui sera présenté ce samedi 25 février lors d’une après-midi Spectacle-Dédicace. 

Yahn Aka
Yahn Aka

1. Yahn Aka, que faites-vous dans la vie, quel est votre parcours et quelles sont vos activités professionnelles actuelles ?

Diplômé en communication, j’ai travaillé dans plusieurs agences en Côte d’Ivoire et dans la sous-région. Je vivais une profonde insatisfaction entre mon essence artistique exigeante en liberté et les contraintes existentielles requérant un emploi rémunéré pour satisfaire ses besoins. En voulant satisfaire ces deux (2) exigences, on réalise l’incompatibilité : je parle des artistes dans l’âme de manière générale. Le ‘profil d’employé’ assujetti aux humeurs et fantasques de son employeur n’épousait pas mes mensurations de « fou », rêveur, entrepreneur etc . Je me suis posé la question de ce que je voulais faire vraiment dans ma vie et de ma vie : être écrivain, être étudié dans les universités furent mes réponses. La réponse à ma question posait un problème existentiel puisqu’il est de toute évidence que ce métier ou cette vocation semble être suicidaire en Afrique. C’est en cela qu’avant de tout abandonner en rendant ma démission, j’ai créé ma maison d’édition : les Editions Maïeutique. Plusieurs écrivains s’accoutument à dire que l’écriture est une seconde activité pour elles : une passion dans leurs temps libre. Moi j’éprouve la toute fierté décomplexée de dire comme je l’ai dit dans mon œuvre « exode morale » : je vis de livre et d’eau fraîche et c’est mon activité principale. Comme le disait Zouglou Makers «  C’est notre boulot… nous on n’aimes ça ooo…. C’est de ça on vit oooo… » Du coups, des regards de compassion s’amoncèlent et tu entends dire ( du courage ! yako ! va chercher travail ya rien dans écriture…)

2. A l’origine, d’où vient votre passion pour les arts, la musique et la littérature ? Et comment cela vous a conduit à mener des actions de promotion de la littérature?

J’ai eu la chance d’avoir un père instituteur qui a posé les bases de mon amour pour l’art mais j’avoue qu’en étant attentif à la profondeur de son âme, l’on découvre ses besoins utiles à son épanouissement antinomique aux influences bruyantes du monde qui nous conditionne dans un bonheur d’apparence. En dehors des activités d’interaction avec son monde extérieur, la culture (mes livres) et la musique ( ma guitare) me plongent dans un monde d’introspection et d’enrichissement de vie intérieure.

3.Quelles sont vos actions concrètes dans la promotion de la Littérature?

Je contribue à la promotion du livre de manière bénévole en publiant des chroniques littéraires dans le quotidien « L’intelligent d’Abidjan », j’ai contribué au dynamisme littéraire en animant de manière bénévole l’émission littéraire « bien-être littéraire » sur la radio bien-être et Ivoire FM. Cette émission a été utile pour faire davantage connaître certains auteurs et leurs œuvres et répondre à un besoin des passionés de littérature. Je suis musicien (guitariste bassiste et acoustique qui apprend toujours). Le Président de l’association des éditeurs de Côte d’Ivoire m’as mis dans la comission technique chargée du développement et des relations extérieures. J’avais pris quelques distances avec l’association des éditeurs mais après ‘un dialogue directe’ avec le Président Anges Félix N’Dapri, je reviens prendre ma place et continuer de contribuer au dynamisme des activités littéraires.
Il y a d’autres projets que je tairai pour l’heure et que je tiendrai loin des projecteurs et des projectiles.

4.Pouvez-vous nous donner votre bibliographie?

  • Le pouvoir de la vanité  (récit n’zassa Editions du net 2012)
  • Exode Moral  (poésie, Editions Maïeutique 2016)
  • Poings d’interrogation  (récit collectif editions Maïeutique 2016)
  • Démon-cratie  (Roman n’zassa, Editions Maïeutique 2016)

5. Quels sont les livres qui ont été édités pour l’heure par Les éditions Maïeutique ?

  • Rôle et responsabilité des intellectuels dans la crise Ivoirienne de Traoré Moussa (actuel pdt de l’union des journalistes de CI)
  • Championne l’enjailleuse de Wakili Alafé
  • Poings d’interrogation – récit collectif de 5 jeunes écrivains ivoiriens de la génération montante
  • En quête de bonheur de Zemba Edmond (prix littéraire Burkinabè)
  • A moi les tisons survivants du Pr Séry Bailly
  • Journal Intime de Giovanni Mélèdje
  • Exode Moral de Yahn Aka
  • Démon-cratie de Yahn Aka

D’autres livres sont en cours, et certains sont presque prêts comme ceux de ISAAC Gnamba Yao (Directeur Général de la poste) et celui du Pdt Bernard N’Doumi (ex Directeur Général de la CNPS).

6. Que pensez vous de l’avenir de la littérature en Afrique plus précisément en Afrique Noire ?

La relève des négritudiens est assurée. L’Afrique a de bonnes références en ce qui concerne les auteurs, surtout ceux qu’on appelle les afropéeens : Alain Mabanckou, Sami Tchack, Danny Lafferière, Calixe Beyala etc.. En ce qui concerne les jeunes, je réalise que la moisson d’auteurs est abondante mais les maisons d’éditions sont peu nombreuses. Prions donc le maître de la moisson de renforcer les maisons d’éditions pour une production littéraire qualitative et quantitative. Tout cela est aussi possible grâce à des mesures d’accompagnement. Le Sénégal bénéficie de plusieurs avantages très intéressants pour faciliter la production littéraire. Je pense qu’on peut le faire aussi chez nous et être la référence littéraire en Afrique. J’ai échangé avec un libraire Canadien qui parcours l’Afrique francophone pour acheter des livres et m’a fait comprendre qu’en dépit des avantages que l’Etat Sénégalais offre aux professionnels de la chaîne du livre, la production littéraire Ivoirienne est plus quantitative que celle du Sénégal.

7. Pensez vous que les arts & culture africains ont une partition à jouer dans le développement d’une Afrique moderne et ouverte sur l’extérieur ?

Bien sûr que si. Le contexte de la mondialisation avec le développement de la technologie sont des appuis à exploiter pour parvenir à cette finalité.

8. Parlez nous rapidement de votre évènement qui se tiendra ce samedi 25 février 2017

Ce samedi 25 février 2017 à 16h30, vous êtes conviés à une après-midi Spectacle-Dédicace en vue de vous présenter mon prochain roman intitulé  Démon-cratie.  Il faut s’attendre à un évènement riche en art et culture où se mêlent danse, théâtre, slam, prestation de guitares acoustiques féminin, prestation saxophoniste, un peu de rumba congolaise, la critique littéraire de l’œuvre et un cocktail. Alors rendez-vous à l’INSAAC à Abidjan (RCI).

Spectacle -Dédicace du roman Démon-cratie de Yahn Aka ce samedi 25 février 2017 à 16h30 à l'INSAAC à Abidjan (RCI)
Spectacle -Dédicace du roman Démon-cratie de Yahn Aka ce samedi 25 février 2017 à 16h30 à l’INSAAC à Abidjan (RCI)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s