Elom 20ce – Le griot contemporain

Elom 20ce, griot contemporain, est un arctiviste qui exprime son art à travers différents médiums avec comme leitmotiv principal de contribuer à la constitution d’une Afrique unifiée autour de ses valeurs et de ses richesses culturelles. Elom 20ce est actuellement à Abidjan dans le cadre d’une performance artistique avec Dalila Dalléas Bouzar qui expose à la Galerie Cécile Fakhoury du 9 décembre 2016 au 18 février 2017. En attendant, il se produit ce soir au Hollywood Boulevard dès 21h00.

 

Elom 20ce 

Elom 20ce est un jeune togolais qui se définit comme un Arctivist, c’est-à-dire la fusion entre un « artiste » et un « activiste ». Il est donc un partisans d’une Afrique unie, riche de toutes ses diversités, valeurs et couleurs et ceci Nord au Sud et de l’Est à l’Ouest.  

Après avoir milité au sein des collectifs Mouvement Universitaire de Rap (MUR) et Faculté de Rap (F2R) au Bénin, il contribura en 2006 à l’élaboration de la mixtape « Rock the mic Vol. 1 » aux cotés de ses frères d’armes: Avénon, CK One, Easy Mo et Eklin.

Très curieux et ouverts aux autres, il réalisa différents projets panafricains notamment :

  • Entre 2008 et 2009 : des projets de street art dont Street performance produit par Lumumba studio, les mixtapes de DJ Cavera en Afrique du Sud et en Angola et sur quelques projets musicaux à travers l’Afrique.
  • En janvier 2010: sous le label Asrafo Records, il produit « Légitime Défense«  avec des titres poignants tels Ainsi soit-il ou Inébranlable. Avec un verbe qui lui est propre il dépeint les idéaux et souhaits d’un jeune « tiers-mondiste » soucieux de son histoire et des défis à relever pour aller de l’avant.
  • En mars 2012 : Il sort son premier album « Analgézik » qui est élaboré comme un médicament avec une notice pour le consommer. L’objectif est de soulager les peines tout en donnant des forces pour aller de l’avant.  Il est donc comme un témoignage d’un jeune africain qui est témoin de l’histoire contemporaine et qui est convaincu que l’art, la musique, la culture sont les vecteurs de développement et d’apaisement de ces maux.
  • Décembre 2015 : l’album « Indigo » sort avec Castration mentale comme premier extrait de cet album. Ce titre est un morceau qui relate les actions et agissements des hommes dans la société actuelle de consommation où la loi du plus fort règne,où les peuples d’Afrique sont soumis à différents dictats… il est une forme de « coup de gueule » dédié à Anselme Gouyano et Trayvon Martin (élève de 12 ans qui a été tué par balle par un membre des forces de sécurité lors d’une manifestation d’écoliers et de lycéens en soutien à leurs enseignants qui étaient eux en grève).

Performance avec Dalila Dalléas Bouzar 

Elome 20ce a rencontré Dalila Dalléas Bouzar lors de la Biennale de Dakar et le contact est naturellement passé entre eux. C’est ainsi que Dalila Dalléas Bouzar l’a invité à réaliser une performance intitulée Inner Past et qui s’est tenue ce Samedi 3 décembre 2016 à 17h30 à la Galerie Cecile Fakhoury. Cette performance sur la libération est le fruit d’une collaboration naturelle entre les deux artistes dans la logique selon laquelle l’art créé des ponts entre les hommes quelque soit leur culture et leur origine.

Cette collaboration s’inscrit dans la nouvelle démarche artistique de Elom 20ce qui a récemment réalisé une performance le 22 octobre 2016 dernier à l’Institut Français de Lomé durant laquelle un sculpteur réalisa des sculptures traduisant les textes de ses morceaux en vue de tenter de rendre palpable la musique qui reste une forme d’art immatérielle au contraire de la sculpture qui est, elle, bien, matérielle. Ainsi chaque morceau a été taillé dans le bois.

Dalila Dalléas Bouzar @ Galerie Cécile Fakhoury - Abidjan du 9.12 au 18.02.2017. Peinture ' Untitled #11 ', Série Princesse, 2015, huile sur toile, 50 x 40cm.
Dalila Dalléas Bouzar @ Galerie Cécile Fakhoury Peinture ‘ Untitled #11 ‘, Série Princesse, 2015, huile sur toile, 50 x 40cm.

Arctivism
Arctivism est la contraction des mots « Art » et « Activisme » qui se résume comme le militantisme sociopolitique porté par l’art. Il a été lancé depuis octobre 2009.

« Ce concept a pour but principal de hâter l’avènement des États-Unis d’Afrique par la conscientisation des masses africaines sur le panafricanisme à travers la culture et l’éducation. Comme moyen d’actions, il faut noter l’art oratoire (rap, slam, reggae, contes, devinettes), la peinture, la danse et surtout les films documentaires sur l’histoire du tiers monde, en général, et des grandes figures du monde noir, en particulier. Le concept est né de l’idée selon laquelle il était important de créer des alternatives afin d’éduquer les masses sur l’histoire de l’Afrique et sa diaspora sur ses grands Hommes. » (source : http://www.rapporteuz.fr)

C’est un projet itinérant qui est libre et gratuit et ouvert à tous qui s’orientent autour de trois (3) axes principaux :

  • Projection de films documentaires sur des personnalités du monde entier en général et de l’Afrique en particulier pour parler de leur histoire et de leurs actions en vue d’inspirer la jeunesse africaine en manque de repères;
  • Discussion autour du documentaire projeté;
  • Prestations d’artistes Rap, Reggae, Slam, Danse, Conte et Peinture…

La prochaine édition de Arctivism aura lieu en janvier 2017 à Lomé au Togo.

14884668_10154689397002059_6964549426785920853_o

En attendant voici les deux (2) dates à noter :

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s