David Tayorault : 30 ans de Carrière en 30 questions

Considéré aujourd’hui comme l’un des meilleurs arrangeurs ivoiriens des années 90, Tayoro Edson David alias David Tayorault n’a pas fini de nous surprendre. En effet, ce samedi 22 octobre 2016, il célébrera ses 30 ans de carrière lors d’un concert live au Palais de la Culture de Treichville.Prenez-donc rendez vous pour ce bel événement. En attendant, nous vous proposons de revivre avec lui ses 30 ans de carrière en 30 questions exclusives.

 

  1. Comment définirez-vous vos 30 ans de carrières ?
    TED:  Je les définis comme étant très riches en succès et en expériences parce que le chemin parcouru jusque là est satisfaisant à plus de 90%. C’est pour moi le temps de faire un bilan pour envisager un avenir prometteur
  1. L’adjectif qui vous qualifie le plus ?
    TED: Travailleur acharné
  1. Le sentiment que vous avez quand vous êtes devant le public ?
    TED: Excitation, l’envie de lui faire plaisir et de lui transmettre tout mon amour pour la musique.
  1. Votre instrument de musique préféré ?
    TED: La Batterie.
  1. Votre album de musique préféré ?
    TED: « Give Me TheReason » de  LUTHERVANDROSS
  1. Votre artiste préféré ?
    TED: J’ai plusieurs artistes modèles mais celui dont le nom me reviens en premier est LUTHER VANDROSS
  1. Une chanson que vous avez composé qui vous représente le plus ?
    TED: « DREAM »
  1. Votre chiffre préféré ?
    TED: Je n’en ai pas. Mais sachez que je n’aime pas les chiffres impairs. Ça me fatigue un peu l’esprit.
  1. Le moment de la journée que vous préférez et pourquoi ?
    TED: La soirée parce que le calme est au rendez-vous et on peut réfléchir tranquille sans être dérangé par les bruits,  les coups de fil et les visites.
  1. Le nombre de concert que vous avez animé en 30 ans de carrière ?
    TED: Je ne saurai me souvenir le nombre exact mais j’en ai fait hein.
  1. Le moment fort de votre carrière ?
    TED: Il y’en a eu plusieurs. Le premier album de WOYA en 1985, le premier  concert au Palais des sport de Treichville le 14 Juin 1986,  mon premier album solo « MIZIKI » en 1991,  le succès mondial de 1er Gaou, celui de MOKOBÉ avec la chanson « C Dans La Joie » en 2007.
  1. Votre premier succès ?
    TED: « Kakou Ananzè » avec WOYA 1985, « Cocktail » en solo 1993
  1. La date de signature de votre premier contrat et votre sentiment ?
    TED: Mon premier contrat artiste solo, je l’ai signé en fin d’année 1990 avec Monsieur Sahibou Assirou pour la production de mon premier album solo « MIZIKI ». C’était un sentiment de fierté. Pouvoir exister en tant qu’artiste solo et avoir un nom, c’est important pour un chanteur. Réaliser son premier disque solo, c’est également important. Cet album représente pour moi ma carte d’identité artistique par ce que avant c’était juste le petit chanteur de Woya. Alors que là, j’allais être connu comme David Tayorault
  1. La réaction de vos parents quand vous leur avez annoncé que vous vouliez devenir musicien chanteur ?
    TED: Évidemment qu’ils ont eu la réaction à laquelle je m’attendais. Ils  n’ont pas été d’accord. J’ai été obligé de les affronter et imposer mon choix. Après je me suis battu pour leur prouver que mon choix de faire de la musique mon métier était le bon. Ils ont fini par accepter quand le succès est arrivé.
  1. Avez-vous déjà eu le trac avant de monter sur scène ?
    TED: Non. cela me fait toujours sourire quand on me pose cette question parce que je ne sais pas comment cela se manifeste quand on a le trac. J’ai plusieurs fois demandé à mes collègues qui l’ont eu de m’expliquer. Moi je joue devant le public depuis l’âge de six (6) ans alors comprenez que je ne sache pas ce que c’est que le trac.
  1. Combien d’instruments de musique jouez-vous et quels sont-ils ?
    TED: Je suis à la base batteur de formation. Mais j’ai appris à gratter un peu de guitare et je joue un peu de piano juste pour les besoins des programmations.
  1. A l’origine d’où vient votre passion pour la musique ?
    TED: La musique a toujours été présente dans la famille Tayoro. Ma mère chantais dans un groupe de chant traditionnel. Deux (2) de mes grands frères jouaient de la batterie et sont des amis d’enfance du batteur ivoirien internationalement connu Paco Séry. Un autre jouait un peu de guitare et chacun d’eux avait un tourne disque. Donc vous constatez que j’ai baigné dans ça dès ma plus tendre enfance.
  1. Tant de chemin parcouru : quels conseils donneriez-vous aux jeunes qui se lancent dans la musique ?
    TED: La musique est un métier très sérieux et noble où les plaisantins n’ont pas leur place. Quand on s’y met c’est pour la pratiquer avec professionnalisme et réaliser des oeuvres qui marqueront les mélomanes et resteront toute la vie pour permettre à l’artiste de rentrer dans l’histoire de fort belle manière en ayant apporté sa touche personnelle.
  1. Comment qualifieriez-vous aujourd’hui le milieu de la musique en Côte d’Ivoire ?
    TED: Le milieu de la musique ivoirienne est aujourd’hui dominé par la mésentente. C’est un milieu ou chacun tire la couverture sur lui et où la jalousie, l’hypocrisie règnent et où les intérêts  personnels priment. C’est vraiment dommage par ce que l’union fait la force et tant que nous ne nous mettons pas ensemble la musique ivoirienne n’aura pas d’avancée véritable.
  1. Qui ont été vos partenaires de carrière les plus proches ?
    TED: Oho j’en ai eu à tous les niveaux… La liste est longue… mais je peux dire que ces personnes comptent beaucoup dans ma carrière. Elles sont là pour m’épauler dans mon travail. Ce sont des musiciens, des techniciens, des producteurs, des managers en tout cas des personnes importantes qui m’aident tous les jours à avancer. Je ne peux que leur dire MERCI. MERCI de pouvoir compter sur elles tout le temps et de me permettre de me remettre en cause chaque fois que c’est nécessaire et me permettre de corriger ce qui n’est pas bien fait.
  1. A qui avez-vous envie de dire merci pour cette carrière très riche ?
    TED: Les fans. Pour les plus âgés qui me suivent depuis 1985, ceux des générations 90 et 2000 qui ont pris le train en marche, je voudrais leur dire merci pour cet amour indéfectible entre eux et moi qui dure depuis tout ce temps.
    J’avais prévu un hommage surprise à mon mentor François Konian lors du concert mais malheureusement il sera fait à titre posthume (il détestait ça). MERCI à Mr Sahibou Assirou le producteur de mon premier album « Miziki ». À Ignace Koffi « Kophen » qui m’a permis de le rencontrer et qui a été mon premier manager. À tous les musiciens qui ont traversés ma carrière avec qui j’ai collaboré et qui m’ont prêté leurs talents sur tous les albums que j’ai réalisé les miens comme ceux d’autres artistes réalisés et sur toutes les scènes du monde entier où nous avons passé des moments magiques lors des concerts.
  1. Si c’était à refaire qu’auriez-vous fait différemment ?
    TED: Si c’était à refaire je le referai de la même manière.
  1. Quelle étape préférez-vous : celle au studio ou celle sur scène ?
    TED: Moi, les deux (2) me conviennent, par ce que elles sont différentes et complémentaires. Le studio, c’est pour penser, élaborer, donner naissance à une œuvre, la peaufiner et lui donner la forme définitive sous laquelle elle sera consommée par les mélomanes. La scène, c’est l’aboutissement, exécuter l’œuvre et communiquer avec le public à travers elle.
  1. Comment définirez-vous votre relation à la musique ?
    TED: Ma relation avec la musique est fusionnelle, amoureuse, passionnelle. C’est mon passe temps, mon métier, c’est tout pour moi!
  1. Être une Star, cela se résume comment selon vous ?
    TED: Moi je ne me sens pas Star du tout. Je vis comme Monsieur tout le monde. J’essaye d’apprécier la vie du bon côté et de la façon la plus simple. Les strass et les paillettes, ce n’est pas mon truc.
  1. Quel est votre plat préféré ?
    TED: J’aime la nourriture de chez moi, des deux(2) côtés: Dida et Avikam. Foutou sauce graine et Foufou, Attiéké et poissons. Apres j’aime tout ce qui est nourriture ivoirienne.
  1. Quel est l’endroit que vous préférez le plus au monde ?
    TED: Le studio et la scène. Ce sont les deux (2) endroits où je me sens invincible et d’où je ne crains rien, car c’est mon univers préféré où je me sens le plus à l’aise.
  1. Quel est l’artiste avec lequel vous avez vraiment apprécié collaborer et pourquoi ?
    TED: YOUSSOU N’DOUR, par ce que c’est un professionnel dans tous les sens.
  1. Comment-vous sentez-vous aujourd’hui à l’aube de la célébration de votre 30ème anniversaire de carrière qui se tiendra le 22 octobre au Palais de la Culture de Treichville ?
    TED: Je suis concentré et en même temps très décontracté. Confiant. Je suis prêt !
  1. Un mot pour vos fans avant le concert.
    TED: Je leur demande simplement d’être là nombreux ce jour là pour que l’on vive ensemble cette fête qui est aussi la leur.

Vous venez donc d’avoir 30 ans de carrière au travers de 30 questions à David Tayorault qui vous donne rendez-vous pour célébrer ses 30 ans d’histoire de musique ivoirienne. Je tiens à dire merci à NunShack sans qui cette interview n’aurait pas eu lieu et je vous invite à prendre vos dispositions pour ce mémorable concert qui se tiendra le samedi 22 octobre 2016 dès 20h00 au Palais de la Culture de Treichville à Abidjan.
Infoline :  20 01 18 88,  info@pa-events-ci.com et en cliquant ICI

Page You TubePage Facebook

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s