Le Festival International de Danse « Un pas vers l’avant » dans le regard de Wilfried CODO

Wilfried Cédric CODO est un chargé de communication d’artistes, administrateur de projets culturel (Musique, Cinéma, Danse) béninois que j’ai rencontré sur le réseau social Facebook. Actuellement de passage à Abidjan, il nous partage son retour sur le Festival International de Danse « Un pas vers l’avant » auquel il participe.

danseurs
crédit photo : focus record

Qui est Wilfried CODO?

Wilfried CODO chargé de communication d’artistes, administrateur de projets culturel (Musique, Cinéma, Danse) béninois qui a fait des études secondaires en Arts Textiles et des études supérieures en Réalisation CINEMA et Television à Cotonou (Bénin). Il a participé à plusieurs évènements culturels en tant que stagiaire dont le Salon des Musiques Africaines, le Festival AFRICA FETE, le Festival des Musiques Urbaines d’Anoumabo (FEMUA) de Magic System et à de nombreux autres projets culturels. Il est par ailleurs, l’assistant Bénin de Emmanuelle SODJI, pour la ID PROD où il participe à la production d’images pour entre autre Canal+, France24 et Arte.

Actuellement, il travaille en tant que chargé de communication d’artistes au BENIN (Cotonou City Crew- Polo Orisha) et il se concentre sur la création de son entreprise culturelle. A travers ses différentes formations, il compte concilier industries Culturelle et Textile. Il écrit également de nombreux pitchs qu’il développera en scenarios plus tard. Aussi, il travaille sur un projet de long métrage sur lequel il écrit depuis deux (2) années.

source: Institut Goethe CI
source: Institut Goethe CI

Le Festival International de Danse « Un pas vers l’avant » dans le regard de Wilfried CODO

 

Pouvez-vous nous présenter le Festival International de Danse « Un pas vers l’avant » ?

Le Festival International de Danse « Un pas vers l’avant » crée, il y a cinq (5) ans par Ange Aoussou- Dettmann, représente une plateforme d’expressions, de rencontres et d’échanges entres acteurs culturelles principalement des danseurs et administrateurs culturels.

Si je dois décrire en une phrase ce festival, c’est le seul festival en Afrique qui fait 80% de Formation et 20% de Danse sur un continent où l’absence de structuration du secteur est dû à un manque de formation des acteurs.

Parlez nous des formations de façon générale : les thématiques abordées, les intervenants qui ont dispensés les formations

De mon coté, la formation en Administration culturelle a été donnée par Oumar SALL du Sénégal, sur (i) l’entreprenariat culturel, (ii) la présentation d’une entreprise culturelle, (iii) la mise sur pied d’une activite cuturelle et (iv) le montage d’un dossier de pojets culturel. Il y a également, Patrick ACOGNY de l’Ecole des sables qui est intervenu sur l’outillage artistique des danseurs et enfin, Jana SCHMUCK et Isabelle SCHAD en provenance d’Allemagne ont donnés une formation sur le partage de savoirs aux danseurs.

Combien étiez vous par atelier et de quelle nationalité ou pays de provenance venez vous tous ?

Nous sommes douze (12) par ateliers venus de la Côte d’Ivoire, du Bénin, du Togo, de la Tanzanie, du Nigéria, du Sénégal, du Mali et du Burkina Faso. Il faut noter le nombre considerable de femmes dans les differents ateliers de formations.

Quelle est la formation qui vous a le plus intéressé et pourquoi ?

Comme je le disais précédemment, c’est pour la formation en administration cuturelle que j’ai été invité, mais grande a été ma joie d’assister aux différents ateliers des danseurs. Ce qui m’a permis de comprendre aussi certaines difficultés liées à leur metier.

 

Que retenez vous de ces formations de façon globale ?

Une chose est sûre, je ne vois plus les choses de la même facon.
Je retiens de façon globale, l’engagement de la promotrice, un staff dévoué et des festivaliers qui savent ce qu’ils veulent et où ils veulent aller.
Nous devons comprendre qu’un danseur a les mêmes droits qu’un musicien, qu’un cinéaste, etc., et que sans un bon artiste, vous ne pouvez pas avoir un bon administrateur. L’artiste doit comprendre que pour mener une bonne carrière que ce soit dans la musique, le cinéma ou la danse, un administateur culturel est indispensable.

 

Si c’était à refaire qu’améliorerez vous ?

Je donnerai plus de moyens aux organisateurs afin d’élargir les invitations pour les ateliers de formations à des personnes venont d’autre pays comme le Congo, le Cameroun ou encore le Tchad.

 

Avez-vous quelques choses à dire pour motiver d’éventuelle personne à venir aux spectacles de vendredi et samedi ?

Le thème de cette édition est claire : « Danse ici et d’ailleurs ». J’invite les ivoiriens et tous les jeunes à se déplacer Vendredi et Samedi respectivement à l’Institut Français et au Goethe Institut pour venir assister à l’expression du corps. L’Union Africaine ca existe déja dans la culture; sortez massivement voir !

Pour avoir les détails du programme des spectacles, cliquez ICI.

One comment on “Le Festival International de Danse « Un pas vers l’avant » dans le regard de Wilfried CODO

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s