Rencontre avec Nu Barreto qui prépare sa prochaine exposition à Abidjan

J’ai découvert Nu Barreto sur LinkedIn et j’ai tout de suite eu un petit coup de coeur pour son travail. J’ai donc été ravie de le rencontrer lors de son passage à Abidjan en avril 2016 pour l’exposition Lumières d’Afriques qui s’est tenue à la Fondation Donwahi. C’est à ce moment que Nu Barreto m’informa de sa prochaine exposition prévue à Abidjan en octobre 2016 à la Galerie LouiSimone Guirandou.  Nous avons donc décidé de nous revoir pour échanger sur ce projet. Choses dites, choses faites ! Retour sur ce petit moment dans la sphère créative de l’artiste. 

 2016-07-26 10.16.15

La rencontre avec Nu Barreto s’est tenue à Paris et a permis de découvrir en avant-première quelques croquis qui seront présentés lors de sa prochaine exposition prévue en octobre 2016 à la Galerie LouiSimone Guirandou à Abidjan. Cette exposition sera une composition de peintures et de dessins. Nous allons nous focaliser sur les dessins.

La prochaine exposition de Nu Barreto

J’ai décidé de vous présenter cinq (5) caractéristiques des croquis de Nu Barreto que vous retrouverez dans l’ensemble de ces dessins. Ces éléments sont souvent omniprésents dans son travail car ils sont empreints de sens. Il s’agit :

  • Le rouge comme fil conducteur: Nu Barreto utilise le rouge comme fil conducteur car le rouge est une couleur qui a toujours été présente dans ses tableaux. Le rouge est constant, il est omniprésent et il évoque la douleur, la tristesse et le malheur pour lui mais qui a un sens différent selon les pays. Par exemple chez les indiens, il traduit la puissance et la féminité, en Europe, il est évocateur de sang et de maternité et en chine c’est la couleur de l’amour, du bonheur, de la richesse et du bien être. L’exploitation du rouge a été choisi pour voir ce que cette couleur pour apporter en terme de compréhension.
  • La tératologie au centre de l’œuvre : La tératologie est la science des anomalies de l’organisation anatomique, congénitale et héréditaire, des êtres vivants. Ces anomalies sont omniprésentes dans les croquis. Les personnages sont déformés, en quelque sorte des mutants, mi-homme, mi-animaux. Il est donc pas étonnant de voir des contrastes générés par le monde animal car l’homme, l’être humain reste également un animal. Ces transformations sont souvent des choses impossibles dans la morphologie des personnages ce qui traduit la difficulté des êtres humains à assumer qu’il est animal.
  • Des personnages torturés : Les personnages ont souvent un aspect dur. En effet, ils ont la bouche ouverte d’où nous imaginons des cris s’échappés comme s’ils expriment une plainte, une souffrance d’évoluer dans un monde tourmenté.
  • L’oiseau et le poisson : L’oiseau symbolisant le monde terrestre et le poisson le monde marin sont présents dans de nombreuses toiles comme pour indiquer que la Liberté dépend de l’environnement dans lequel nous sommes. En effet, la ligne entre la mer et l’air est la ligne de liberté car la liberté du poisson s’arrête à la limite de la liberté de l’oiseau. Le poisson est libre dans l’eau mais dans l’air il ne peut survivre et l’oiseau est libre dans l’air mais ne peut survivre sous l’eau. Ce qui nous amène à nous interroger sur la limite de nos libertés et les droits et devoirs qui découlent de l’expression de notre liberté dans l’environnement dans lequel nous somme.
  • Les échelles disloquées : les échelles dans le travail de Nu Barreto traduisent l’ascension sociale. Vous remarquerez qu’elles sont souvent disloquées. Elles sont l’expression de l’omniprésence dans nos sociétés d’avoir un besoin d’ascension sociale qui est peu ou mal satisfait. Ce qui nous amène a repenser notre système social.

Le plus de cette rencontre 

Cette rencontre avec Nu Barreto comportait tout ce qu’il y avait de plus plaisant car elle était une rencontre dans la sphère artistique de l’artiste. J’ai pu découvrir le temps d’un petit thé que Nu Barreto est un grand amateur de musique classique et de jazz. Ce n’était pas du tout pour me déplaire. Mais ce qu’il faut retenir c’est que l’artiste écoute essentiellement de la musique classique pour produire ses oeuvres. C’est donc dans une ambiance décontractée que j’ai pu apprécier les quelques oeuvres que Nu Barreto nous soumettra lors de son exposition à la LouiSimone Gallery.

J’ai également appris que c’est Yacouba Konaté qui a facilité la mise à jour des travaux de Nu Barreto. Yacouba Konaté n’est autre qu’un conservateur de musée, écrivain et critique d’art qui fait bouger les choses en Côte d’Ivoire.

Pour finir, je vous laisse apprécier ces morceaux de toiles afin de vous laisser imaginer ce que Nu Barreto pourra vous montrer.

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s