Hommage Photographique à Malick Sidibé

Lors de la deuxième exposition vente Artisanat Africain à l’initiative de Afric Art et en collaboration avec le Bushman Café et le blog Originvl, un hommage au photographe Malick Sidibé a été animé à travers un atelier photographie très original. 

IMG_3408 NB
@EtserKango

L’atelier photographique en hommage à Malick Sidibé

L’atelier photographique en hommage à Malick Sidibé se voulait être une activité culturelle ayant pour but de faire connaitre l’artiste malien Malick Sidibé décédé à l’âge de 80 ans le 14 avril 2016 et internationalement connu pour être le premier photographe africain à recevoir le Prix international de la photographie 2003 décerné par la fondation Hasselblad. 

L’idée était donc de reproduire autant que possible l’ambiance de ses studios et d’inviter les visiteurs à se laisser aller par les jeux de mise en scène qui ont rendus célèbre le photographe.

Au sein du décor, un élément, un poste radio, a été inséré en vue de faire un clin d’oeil artistique à Seydou Keita,  le grand maître malien du portrait. Vous pourrez également apprécier un siège multifonctions Biakouklou réalisé par Marie-Stella Konian. Pour en savoir plus cliquez ici.

Voici quelques photos de cette activité très originale que vous pourrez vous procurer en contactant le Bushman-Café ici

 

Les animateurs de l’atelier photographique

L’atelier photographique en hommage à Malick Sidibé a été animé par trois blogeurs ivoiriens que sont :

13735459_301213103553059_999206618_n

Louis Blé du blog Monsieur Pockpa dont le blog est dédié au style, la culture et l’esthétique africaine. Il avait le rôle de Directeur Artistique et indiquait les différentes pauses que les participants au projet pouvaient utiliser.

Lien vers le blog : http://monsieurpockpa.blogspot.com

 

 

Capture d’écran 2016-07-18 à 12.14.44Hermann Wilfried Boni du blog N’Zassa qui prône la diversité culturelle, l’Afrique et ses richesses à travers le regard d’un jeune homme ayant plusieurs aspirations et passions. Lors de l’atelier d’hommage photographique, il avait pour rôle d’identifier les différents accessoires que les participants pouvaient exploiter pour agrémenter leurs photos.

Lien vers le blog : http://www.nzassa225.com

lmseEtser Emmanuel Kango du blog Le monde selon Etser qui est un catalogue d’idées, de pensées, de savoirs, de visions sur ce qui nous entoure vue dans le regard d’un jeune passionné d’écriture. Son rôle était de prendre les photos durant l’atelier photographique.

Lien vers le blog : https://lemondeselonetser.blogspot.com

 

MALICK SIDIBE

@Africulture
@Africulture

Né en 1936 au Mali, il apprend le dessin et obtient le diplôme d’artisan bijoutier à l’Ecole des Artisans Soudanais (actuel Institut National des Arts) à Bamako en 1955. La même année, Malick entre au studio « Photo Service » tenu par le Français Gérard Guillat dit «Gégé la Pellicule» avec lequel il fait l’apprentissage de la photographie.

C’est en 1962 qu’il ouvrira son studio dans le quartier populaire de Bagadadji à Bamako. Le grand maître malien du portrait est alors Seydou Keita qui photographie à la chambre 13×18 les élégantes de la capitale et leurs familles. Malick Sidibé choisit des appareils plus légers : 6×6 pour le studio et 24×36 pour les reportages.

De l’œuvre de Malick Sidibé on connaît d’abord les photographies de reportage, prises dans les surprises-parties organisées par des jeunes gens friands de musique et de liberté alors que le pays se prépare à l’indépendance. Ces séries débutent vers 1957 et vont se poursuivre jusqu’au début des années 1970.

Par la suite, c’est bien le portrait réalisé en studio qui va constituer la majeure partie de l’activité du « Studio Malick ». Au laboratoire, le photographe réalise lui-même les tirages, développant le plus souvent la nuit pour profiter des températures moins élevées.

La clientèle du studio est populaire, jeune, elle vient d’abord du quartier. Malick a l’âme joyeuse, curieuse, enthousiaste, généreuse, il en dépose naturellement une petite part dans chacun de ses portraits ; le studio devient un théâtre d’invention dans le jeu des poses ou le choix des fonds. On vient de partout.

À partir de 1994, avec les premières Rencontres de la photographie africaine à Bamako, le travail de Malick Sidibé est remarqué et fait rapidement l’objet d’expositions importantes dans les galeries et musées en Europe, aux Etats-Unis et au Japon. La première a lieu à la Fondation Cartier à Paris, le musée Guggenheim à New-York , la National Portrait Gallery de Londres et en 1998, André Magnin, spécialiste de l’art contemporain africain, lui consacre une biographie.

Avec feu Seydou Keita, qu’il a peu connu mais admiré, Malick Sidibé est l’une des figures emblématiques de la photographie malienne. Peu célébré dans son pays, l’artiste confirme l’adage.  » Je suis reconnu par les gens jusque dans les villages car j’ai fait des portraits de nombreuses personnes à Bamako qui sont retournées dans leurs villages avec des photographies de moi mais il n’y a rien d’officiel. Bien qu’il y ait un peu plus d’agitation depuis ma nomination au prix Hasselblad relaté entre autres par le journal Le Monde  » explique-t-il. Pourtant, Malick Sidibé est officiellement depuis 2002 Chevalier des Arts et Lettres de l’ordre du mérite français.

La consécration arrive en 2003, Malick Sidibé devient le premier photographe africain à recevoir le Prix international de la photographie 2003 décerné par la fondation Hasselblad. Il lui été remis le 25 octobre 2003 à Göteborg (Suède). Ce prix a déjà consacré les plus grands photographes de la planète comme Richard Avedon, Jeff Wall ou encore Cindy Sherman.  » C’est une grande surprise. Je suis très très fier et très content. Cela veut dire que mon travail est d’une certaine manière reconnu « , indique Malick Sidibé et pour cause c’est la première fois qu’un Africain est ainsi promu au rang des plus grands photographes.

Le 10 juin 2007, il reçoit un Lion d’or d’honneur pour l’ensemble de sa carrière à l’occasion de la 52e Biennale d’art contemporain de Venise.

Le 23 juin 2009, il remporte le prix Photo España Baume & Mercier 2009 pour son travail de portraitiste et, la même année, le World Press Photo dans la catégorie Arts and Entertainment.

CLIC CLAC

Malick Sidibé s’est éteint le 14 avril 2016 à Bamako (Mali) à l’âge de 80 ans.

Source : Le Monde – Magnin A – Africulture

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s