Les Masques rendus à l’Angola : un projet de restitution du patrimoine culturel angolais par la Fondation Sindika Dokolo

Sindika Dokolo est un homme d’affaires, opérateur culturel et Président de la Fondation Sindika Dokoloa. Il détient la plus importante collection d’art africain contemporain avec environ 5000 œuvres d’art et il œuvre dans la promotion de l’art et de la culture africains dans le monde. Ce n’est donc pas étonnant que je sois en admiration devant Sindika Dokolo car il est pour moi le mécène de l’art contemporain africain. Il a entrepris récemment un projet de reconstitution du patrimoine de l’art classique angolais en vue de faciliter le retour d’œuvres d’art pillées lors de la guerre civile qui a frappé le pays. Retour sur ce projet.

source : http://www.fondation-sindikadokolo.com
source : http://www.fondation-sindikadokolo.com

Les Masques rendus à l’Angola : un projet de restitution du patrimoine culturel angolais par la Fondation Sindika Dokolo

Le projet de rapatrier les œuvres d’arts constitutives du patrimoine classique angolais est une mission que Sindika Dokolo s’est assignée : « Le moment est venu pour toutes les œuvres perdures de rentrer à la maison, où elles pourront jouer pleinement leur rôle, un rôle qui aidera à renforcer notre culture et notre savoir, qui permettra de compléter notre patrimoine », soutient Dokolo dans une de sa conférence de presse du 30 octobre 2015 à Londres annonçant le projet que l’on peut revoir sur le site internet de la Fondation.

Depuis, Sindika Dokolo a pu rapatrier trois (3) œuvres du patrimoine classique angolais.

En effet, il a pu remettre le 4 février 2016 à SEM José Edouardo dos Santos, Président de la République d’Angola, les trois (3) pièces que sont deux (2) masques Mwana Pwo, ayant des vertus de féminité, et une (1)  statuette mâle du peuple Tchokwe, partie orientale de l’Angola. Ces œuvres d’art, remontant à la fin du XIXème ou au début du XXème siècle, ont été volés au Musée de Dundo se situant dans le nord est de la province de Lunda Norte lors de la ppériode de guerre civile qui a frappé le pays. Mais comme l’a expliqué Sindika Dokolo lors de sa présentation «Aujourd’hui, un masque Mwana Pwo de la culture Tchwoke peut coûter 100.000 dollars américains ou même plus d’un million de dollars ». Signe que ce patrimoine a de la valeur.

Après cette présentation officielle à SEM le Président de la République d’Angola en présence du Chef traditionnel de la culture Tchokwe, Sindika Dokolo a fait une présentation publique aux citoyens angolais de ces trois (3) œuvres de leur patrimoine culturel. Cette présentation s’est tenue au Palacio de Ferro à Luanda le 13 février 2016 en présence du Ministre de la Culture de la République d’Angola. L’idée ici recherchée par le collectionneur est de rendre aux angolais ce qui leur appartient : leur patrimoine culturel qui sont une partie intrinsèque de leur identité.

source : http://www.fondation-sindikadokolo.com
source : http://www.fondation-sindikadokolo.com

Le travail continu…
…Sindika Dokolo a trouvé un nouveau masque Mwana Pwo à Paris
. Un accord à l’amiable a été trouvé avec le marchand qui détenait l’œuvre, marchand qui a souhaité conserver son anonymat. L’œuvre initialement présente au Musée de Dundo, dans la province de Lunda Norte en Angola, sera présentée au grand public dans le cadre de l’inauguration du Musée de la Monnaie, dont la Banque Nationale d’Angola vient d’achever la construction.

 

Une initiative qui ouvrira la porte à d’autres initiatives je l’espère

source : http://www.fondation-sindikadokolo.com
source : http://www.fondation-sindikadokolo.com

Au delà du fait que j’admire le travail et la dévotion de Sindika Dokolo pour la promotion des Arts et de la Culture, je trouve ce projet très novateur et créateur de valeur. En effet, j’estime que l’Art et la Culture sont des vecteurs de développement qui sont trop souvent oubliés par nos Gouvernements mais qui mériteraient d’être plus valorisés. J’espère donc que les initiatives comme celles de Sindika Dokolo ouvriront la porte à une nouvelle génération de collectionneurs –mécènes dont l’Afrique regorge mais qui restent trop souvent dans l’anonymat.

 

En attendant, je vous invite à lire cet article intitulé «Le Robin des Bois de l’art africain» extrait de SABATO, le Magazine du week-end de l’Echo du 26 mars 2016 qui vous donnera un bel aperçu sur Sindika Dokolo, son parcours, sa fondation et sa mission.

 

Site officiel 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s